95 – Portrait du jour : Isabelle Brunet, archiviste aux A.D.d’Agen

Stéphane Capot,directeur des A.D. du Lot-et-Garonne, Isabelle Brunet et Marie Cuchi  ont présenté la grande collecte des archives 14-18.PHOTO F. S.- Au temps de la Première Guerre mondiale – Juin 2018

« … J’ai pu reconduire un tel travail de classement lorsque j’ai été nommée comme archiviste dans le département de Lot-et-Garonne. Là, j’ai pu traiter l’ensemble des archives des établissements pénitentiaires du département, autant les archives de la préfecture que celles des établissements pénitentiaires eux-mêmes.

A chaque département sa spécificité ; en Lot-et-Garonne, c’était Eysses qui fut une maison d’éducation surveillée, colonie correctionnelle de 1895 à 1940. On trouve notamment dans les fonds les dossiers des pupilles qui ont fréquenté l’établissement. Le papier permet alors de retracer des parcours de vie, du pauvre enfant abandonné volant pour survivre à l’enfant placé là par mesure de correction paternelle car il était désobéissant ou à la véritable fripouille récidiviste. Car les archives sont des miroirs de la vie … »

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour notre 95ème Portrait du jour – Criminocorpus nous recevons Isabelle Brunet archiviste aux A.D. du Lot-et-Garonne à Agen.

Le pédagogue Jules Payot disait : « La suprême élégance se confond avec la suprême simplicité ». Cette phrase résume à elle seule ce que j’ai retenu de ma collaboration avec Isabelle du temps de mes visites aux Archives Départementales à Agen… Qu’est ce que c’est attirant, une solide culture qu’on étale pas, variée et pas encombrante, qui montre juste qu’on est une fenêtre ouverte sur le monde ! Chez Isabelle alors ça, c’est carrément « l’Arme Fatale »…

Bienvenue Isabelle à Criminocorpus le seul site qui décoiffe même en automne. Ph.P.

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

« C’est au travers de leurs archives que j’ai été confrontée aux mondes judiciaire et pénitentiaire, et en ai découvert une certaine réalité, voilà comment ….

Je faisais mes études d’histoire à Lyon et m’interrogeais alors sur mon avenir. Une immersion dans l’univers des Archives départementales du Rhône lors d’une recherche de sujet de mémoire en décida. Ce fut un coup de foudre …. Ou presque.

Il se trouvait qu’il existait alors à Lyon une formation tout à fait adaptée sous la forme d’un DESS pour lequel je m’empressais de postuler. Me voilà embarquée dans un monde qui pour beaucoup rime avec poussière et vieux papiers, mais qui permet une relation très intime avec nos sources historiques primaires, et se révèle passionnant et d’une richesse infinie dès qu’on met le nez dedans !

Mais je ne connaissais pas encore les archives pénitentiaires. Ce fut fait lors d’un stage effectué dans ledit service des archives dans le cadre de ma formation, quand on me demanda de procéder au classement de la sous-série 1 Y, qui correspond aux archives produites par la préfecture du Rhône de 1800 à 1940 relatives aux établissements pénitentiaires du département. Ce fut la plongée dans un univers inconnu, malgré une approche très administrative et un certain recul du temps qui en estompe quelque peu les réalités humaines.

Ce travail de classement fut couplé à la visite d’établissements de détention alors en fonction pour peu d’années encore, soit les prisons Saint-Paul et Saint-Joseph, situées alors dans le quartier sud de Perrache.

Les prisons Saint-Paul et Saint-Joseph dataient du XIXe s. La prison Saint-Joseph, construite par Louis Pierre Baltard entre 1827 et 1831, était conçue sur un plan orthogonal pavillonnaire en peigne, issu de l’architecture hospitalière. La prison Saint-Paul, construite entre 1860 et 1865 par Antonin Louvier, architecte départemental du Rhône, était organisée sur un système de bâtiments rayonnants autour d’une rotonde centrale de surveillance surmontée d’une chapelle. Surpeuplées et devenues vétustes au cours du XXe s., elles sont désaffectées en 2009, et reconverties en campus pour l’université catholique de Lyon.

Je ne peux parler que de sidération, quand j’entrevis un univers dont j’ignorais tout, mais qui a ses règles et un fonctionnement propre. Cette visite, faite en compagnie du conservateur des Archives Georges Cuer, m’a définitivement marquée.

J’ai pu reconduire un tel travail de classement lorsque j’ai été nommée comme archiviste dans le département de Lot-et-Garonne. Là, j’ai pu traiter l’ensemble des archives des établissements pénitentiaires du département, autant les archives de la préfecture que celles des établissements pénitentiaires eux-mêmes.

A chaque département sa spécificité ; en Lot-et-Garonne, c’était Eysses qui fut une maison d’éducation surveillée, colonie correctionnelle de 1895 à 1940. On trouve notamment dans les fonds les dossiers des pupilles qui ont fréquenté l’établissement. Le papier permet alors de retracer des parcours de vie, du pauvre enfant abandonné volant pour survivre à l’enfant placé là par mesure de correction paternelle car il était désobéissant ou à la véritable fripouille récidiviste. Car les archives sont des miroirs de la vie … http://www.cg47.org/archives/recherche/Serie_Y/YREPERT1.pdf

Une autre spécificité du Lot-et-Garonne est d’être le lieu d’implantation depuis l’été 2000 de l’Ecole nationale d’administration pénitentiaire. Or il existe à l’ENAP une direction de la recherche très active, incarnée tout d’abord par Marc-Renneville et Philippe Poisson, puis par Jean Michel Armand, Jacques Garçon et Jean-François Alonzo, sous la direction actuelle de Paul Mbanzoulou

Cette proximité géographique a permis de faire naître une belle collaboration qui a conduit à des rencontres tout aussi belles et qui s’est incarnée dans une revue appelée Le Lien, qui existe depuis 2005 (avec des périodicités diverses) et dont le but est d’explorer l’histoire de la justice et des établissements pénitentiaires de Lot-et-Garonne à travers la présentation et l’exploitation de ressources archivistiques originales conservées par les Archives départementales de Lot-et-Garonne.

Cette publication existe toujours et si vous avez envie de la découvrir ou d’en consulter les derniers numéros … » Isabelle Brunet

LE LIEN, BULLETIN D’HISTOIRE JUDICIAIRE ET PÉNITENTIAIRE EN LOT-ET-GARONNE :

 https://www.enap.justice.fr/publications-enap

Archives départementales de Lot-et-Garonne :

http://www.cg47.org/archives/accueil.htm

Les archives pénitentiaires :

http://www.cg47.org/archives/recherche/Archives-modernes.htm

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.