Béranger en prison : « Mes fers sont prêts ; la liberté m’inspire ; Je vais chanter son hymne glorieux »

Beranger_articleLe célèbre chansonnier Béranger a fait deux séjours en prison sous la Restauration. L’article analyse comment ces épisodes ont servi sa popularité, dans le cadre d’une véritable stratégie, passant à la fois par la diffusion des textes et par l’image. Il analyse les chansons écrites en prison, et montre comment elles illustrent la position du chansonnier et son défi au pouvoir.

 

 » La prison politique est une réalité encore actuelle. En France cependant, à l’exception des périodes de guerre, l’emprisonnement politique appartient plutôt au passé, et particulièrement aux époques troublées qui ont suivi la Révolution française. À la chute de l’Empire, dès le changement de régime, et surtout à l’occasion des Cent jours, nombreux sont les opposants qui se retrouvent sous les verrous. On compte cent trente-cinq prisonniers du 15 avril 1814 au 29 janvier 1815, presque tous de la Garde impériale. Fin 1815, on emprisonne des Russes déserteurs, en 1816 des suspects de conspiration, et ensuite de nombreux prisonniers d’opinion, surtout pendant la décennie 1820 (plus de deux mille personnes passent en jugement pour faits politiques)1. Parmi eux, les auteurs, les éditeurs, les imprimeurs, les patrons d’organes de presse d’opposition, sont nombreux. Les deux séjours en prison du chansonnier Béranger sont intrinsèquement liés à ce moment de la lutte libérale des années 1820″ […]

Lire la suite de cet article d’Anne-Sophie Leterrier sur Criminocorpus (avec une annexe de 17 chansons, paroles et partitions)


Vous aimerez aussi...