97 – Portrait du jour : Pierre-Yves Wurth, professeur d’histoire-géographie et auteur du polar « Cent mètres avant la nuit »

« … La mort, le deuil, la consolation sont des sujets qui m’interrogent depuis l’adolescence. Étudiant en philosophie, j’ai eu le privilège de suivre les cours de Philippe Lacoue-Labarthe, que ces questions habitaient littéralement. C’était impressionnant et stimulant. À ma très modeste mesure, elles hantent mes romans. My funny Valentine part d’une question : comment réagit-on face à l’irruption du meurtre dans son quotidien ? Quatre narrateurs, dont vous, inspecteur, mènent le récit à tour de rôle. Tous, au cours de l’enquête, se confrontent à leurs propres turpitudes. D’autant qu’ils trempent dans le meurtre initial, mais ignorent le rôle exact qu’ils y ont joué. L’énigme policière ne se résoudra qu’en élucidant une singulière histoire d’amour, qui sous-tend l’intrigue … »

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour notre 97ème Portrait du jour – Criminocorpus nous recevons Pierre-Yves Wurth, professeur d’histoire-géographie  et auteur du polar Cent mètres avant la nuit.

Après des études de philosophie, Pierre-Yves Wurth a travaillé dans la formation et l’insertion. Vivant près de Mulhouse, il enseigne aujourd’hui le français et l’histoire-géographie à Colmar. Cent mètres avant la nuitt est son deuxième roman publié dans la collection rouge aux  éditions-exaequo

Pierre-Yves a rédigé un portrait sous forme d’interrogatoire avec un de ses personnages de roman.

Bienvenue Pierre-Yves sur le site de Criminocorpus, le seul site qui ne renonce jamais …

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

« Je franchis la porte sécurisée, troquant le ciel bleu d’hiver contre un faux plafond maussade. Le planton peine à lever ses cernes sur moi, tandis que deux agents en civil traversent le couloir, fantomatiques, puis s’effacent derrière une porte. Le SRPJ de Strasbourg traînasse avec la lenteur des réveils pénibles. J’étouffe un bâillement, histoire de me mettre au diapason. S’il n’est pas rare qu’un auteur soit convoqué par l’un de ses personnages, l’être à une heure aussi matinale frôle l’insubordination. L’inspecteur Ittard, enquêteur sur mon premier roman, me conduit jusqu’à son bureau.

Inspecteur Ittard : Monsieur Wurth, il est 6h35, je vous signifie le début de votre garde à vue.

Pierre-Yves Wurth (surpris) : Que me reproche-t-on ?

Insp. I. : Vous êtes soupçonné d’avoir commis deux romans policiers : My funny Valentine en 2015, dont je suis d’ailleurs l’un des principaux personnages, puis Cent mètres avant la nuit en 2018, avec dans les deux cas la complicité des Éditions Ex Aequo. Reconnaissez-vous les faits ?

P-Y W : Je les reconnais.

Insp. I. : Voilà qui nous change… D’habitude, les suspects nient en bloc. Commençons par votre premier forfait : My funny Valentine.

P-Y W : Je l’ai longuement prémédité : trois versions sur près d’une quinzaine d’années.

Insp. I. : C’est plus que la peine que vous risquez, mais quand même, on ne peut pas vous qualifier de rapide… Quel est votre mobile ?

P-Y W : J’aime avant tout construire puis raconter des histoires. Toutefois, si les intrigues policières me fascinent depuis l’enfance, je méprisais quelque peu cette littérature. C’est après l’âge de vingt ans, en découvrant James Ellroy, Jim Thompson, David Goodis, entre autres, que je me suis rendu compte qu’un roman policier pouvait être aussi un grand roman.

Insp. I. : Soit, mais pour le premier, comment avez-vous plongé ?

P-Y W : La mort, le deuil, la consolation sont des sujets qui m’interrogent depuis l’adolescence. Étudiant en philosophie, j’ai eu le privilège de suivre les cours de Philippe Lacoue-Labarthe, que ces questions habitaient littéralement. C’était impressionnant et stimulant. À ma très modeste mesure, elles hantent mes romans. My funny Valentine part d’une question : comment réagit-on face à l’irruption du meurtre dans son quotidien ? Quatre narrateurs, dont vous, inspecteur, mènent le récit à tour de rôle. Tous, au cours de l’enquête, se confrontent à leurs propres turpitudes. D’autant qu’ils trempent dans le meurtre initial, mais ignorent le rôle exact qu’ils y ont joué. L’énigme policière ne se résoudra qu’en élucidant une singulière histoire d’amour, qui sous-tend l’intrigue.

Insp. I. : Un amour qui tient dans une chanson : My funny Valentine, un standard du jazz.

P-Y W : C’est en l’écoutant que j’ai imaginé et élaboré ce premier roman. Une jeune femme y chante son amour pour un voyou, Valentine Lamar, dont elle ne fait qu’énumérer les défauts. Et cependant elle l’aime. Cela dit, c’est la version instrumentale de Gerry Mulligan et Chet Baker qui m’a vraiment inspiré.

Insp. I. : Passons au petit dernier : Cent mètres avant la nuit.

P-Y W : C’est parti d’un défi.

Insp. I. : Quand on vous regarde, c’est pas le premier mot qui vient à l’esprit…

P-Y W : J’ai découvert le roman policier par le biais de John Dickson Carr, le maître des crimes impossibles. J’ai donc tenté à mon tour de manigancer des meurtres en chambre close.

Insp. I. : C’est un aveu !

P-Y W : Un meurtre est commis dans une pièce hermétiquement close, verrouillée de l’intérieur, mais l’assassin a réussi à s’en extraire, sans le secours d’aucun passage secret ni mécanisme quelconque.

Insp. I. : Dans votre livre, il y en a même deux.

P-Y W : Oui, avec deux explications très différentes.

Insp. I. : Je relève également, dans Cent mètres avant la nuit, une défunte qui se redresse sur son lit mortuaire, un verre qui éclate tout seul, un fantôme qui apparaît puis se volatilise, un dessin qui s’enflamme comme par magie derrière le verre de son cadre… Je vais réclamer une expertise psychologique vous concernant.

P-Y W : Chacun de ces prodiges trouve une explication rationnelle !

Insp. I. : Seulement, la logique n’empêche pas votre personnage principal d’être travaillé par ses névroses et ses traumatismes.

P-Y W : C’est l’autre versant de cette histoire. Je voulais mêler au roman à énigme, dans lequel tous les mystères s’éclaircissent, des ingrédients du polar, dont les protagonistes sont soumis à des motifs inconscients qui ne s’expliquent jamais tout à fait. Car en définitive l’impossible se résout plus aisément que l’intime.

Insp. I. (après un temps de réflexion) : Soit. Vous paraissez sincère. J’ai envie de croire à votre histoire. D’ailleurs si je n’y croyais pas, je n’existerais pas. Je lève donc votre garde à vue. Mais ne quittez pas le territoire, et restez à la disposition de vos personnages. »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.