Serge de Lenz, une réputation usurpée ? par Jean-Claude Vimont

Maurice Leblanc détestait la propension des journalistes à comparer les méfaits de Serge de Lenz aux prouesses de son héros Arsène Lupin. A ses yeux, le cambrioleur n’avait rien d’un gentleman cambrioleur, bien au contraire. Il livrait ses complices à la justice, trahissait ses maîtresses et était soupçonné, depuis le début des années vingt, d’être un indicateur de la police .

Extrait de l'hebdomadaire Détective, n°299, 24 mars 1952. Article publié à l'occasion de l'arrestation du meurtrier de Serge de Lenz

Extrait de l’hebdomadaire Détective, n°299, 24 mars 1952. Article publié à l’occasion de l’arrestation du meurtrier de Serge de Lenz

Au sein de la précieuse collection iconographique de Philippe Zoummeroff, deux photographies présentent un couple à la sortie de la mairie du XVIème arrondissement. Ils viennent de se marier. Nous sommes en janvier 1938. Serge de Lenz a été extrait de la prison de Fresnes. Une jeune femme le rejoint, mademoiselle Lallier ; le célèbre ténor du barreau Torrès est l’un des témoins de la cérémonie. Les policiers sont en nombre autour du couple. A quel titre  ce cliché figure-t-il dans la galerie photographique du collectionneur ? Comme membre de la Gestapo française, puisqu’un dossier est consacré à ces auxiliaires de la répression nazie ? Comme « vedette » du crime à l’instar des Pierrot le Fou, Abel Danos, Jo Attia, Emile Buisson ? Ces deux photos sont en effet rangées dans le dossier « Pierrot le Fou » alors que Serge de Lenz était décédé depuis le 11 septembre 1945, ce qui ne pouvait en faire un complice de Pierre Loutrel. La sulfureuse renommée du cambrioleur avant guerre et son engagement auprès des services policiers allemands pendant l’Occupation expliquent certainement l’acquisition de cette photographie d’agence de presse. Une biographie rédigée par l’ancien commissaire Roger Le Taillanter reprend dans son titre l’élogieuse présentation qu’affectionnaient les quotidiens à grand tirage : « Serge de Lenz, l’Arsène Lupin de l’entre-deux-guerres ». L’ouvrage, bien documenté et ayant bénéficié des souvenirs de certains de ses collègues, ne masque pas les accusations qui furent portées contre ce malfaiteur. Mais l’image du séducteur, de l’intrépide escroc et cambrioleur l’emporte sur les bassesses du personnage. La presse communiste des années trente ne partageait pas les appréciations flatteuses à l’égard du fils de famille bien né et accusait le délinquant d’être un indicateur de police, un policier. Détective en mars 1952, lors de l’arrestation de son assassin, décrivait Serge de Lenz en mouchard des prisons et en ancien collaborateur des services policiers allemands : « (…) Même maintenant que l’on sait quelle pauvre crapule fut ce dévoyé ridiculement fat et snob, il demeure pour tout le monde le « gentleman-cambrioleur »   Le parcours judiciaire et carcéral de ce cambrioleur récidiviste suscite bien des interrogations, mais est assez éclairant sur les destinées des malfaiteurs du XXèeme siècle. Destinées brutalisées par les deux conflits mondiaux, bousculées également lors des après-guerres. Plusieurs fois déserteur en 14-18, il connut les régiments disciplinaires, les Bat’ d’Af’ alors engagés sur le front. Figure sulfureuse des années folles, il fit la une de la chronique judiciaire. Réclusionnaire en maison centrale, son homosexualité le fit surnommer « la marquise ». Interdit de séjour, « tricard », il échappa de peu à la relégation et aux ultimes convois vers Saint-Jean-du Maroni en Guyane. Sujet d’expertises psychiatriques tant en Belgique qu’en France, il aurait pu être interné dans l’un des nouveaux établissements de la défense sociale réservés aux « anormaux mentaux ».  Habitué des prisons de la Seine, il fut rangé parmi les exclus de l’armée en 1940 et interné comme de nombreux repris de justice au camp de Rouillé dans la Vienne.  Il rejoignit un temps les bureaux d’achats allemands et officines policières où nombre de malfaiteurs bénéficiaient d’une relative immunité pour poursuivre leur « carrière » tout en participant au pillage de l’économie et à la répression. ” Gestapiste” de la bande de Rudy de Mérode, autrement appelée “Gestapo de Neuilly, il fut victime des conflits entre les chefs des différentes officines de cette collaboration policière et économique. Déporté en 1943 par ses maîtres, à la suite de nouveaux vols qui irritèrent Henri Lafont, le chef de la Gestapo française de la rue Lauriston, il connut les camps de Compiègne, d’Oranienburg-Sachsenhausen et Buchenwald jusqu’à la libération de ce camp en 1945 par les troupes américaines. Libéré, il revint trafiquer dans la capitale en uniforme de G I’s et commit quelques nouveaux cambriolages jusqu’à son meurtre par l’un de ses complices, cette même année 1945.

Bifin aux Bat’ d’Af’.

Sous la plume des chroniqueurs judiciaires, une expression revint fréquemment : Serge de Lenz était le « fils dévoyé » d’un banquier et d’une marquise, la marquise de Pontès dont il porta le nom lors de ses mésaventures dieppoises au début des années trente. Né en 1892 à Neuilly-sur-Seine, il était décrit comme « racé », élégant, bel homme, doué « d’une faconde de commis-voyageur » pour les plus sévères, s’exprimant « sans affectation, mais avec une véritable distinction de langage » pour les plus indulgents, riche fêtard des années vingt, séducteur. Il commit ses premiers vols (larcins dans un palace et un vol de voiture) peu avant le premier conflit mondial et fut sanctionné de dix mois de prison. Mobilisé en 1914, il fut porté déserteur et condamné par défaut par un conseil de guerre. Arrêté, il fut incorporé dans l’infanterie. Il déserta à nouveau et fuit brièvement en Espagne. Un second conseil de guerre le condamna à cinq années d’emprisonnement. Il fut conduit dans un régiment disciplinaire et parvint au grade de caporal-chef, cité à l’ordre du régiment. Mais il déserta à nouveau et un troisième conseil de guerre lui infligea une nouvelle peine en 1917. Selon le commissaire Le Taillanter, les lois d’amnistie le libérèrent de manière anticipée.

Réclusionnaire à Melun.

 Gigolo démobilisé, « le beau Serge » devint l’amant d’une ancienne actrice de soixante-dix ans, fort riche et qui se faisait appeler la baronne de Tessancourt. Il la vola tout en l’impliquant comme receleuse de ses vols de bijoux et fourrures. En effet, il commit un certain nombre de cambriolages dans les beaux quartiers de la capitale chez des personnalités du gotha mondain dont il avait repéré les adresses parmi les relations de sa mère. La presse énumérait les vicomtesses, marquis, princes, hommes d’affaires dont les appartements avaient été dévalisés. Nulle prouesse acrobatique, nul trésor arraché à de riches propriétaires, mais une répétition de méfaits au moment où Maurice Leblanc créait son héros de fiction. La réputation de « gentleman cambrioleur » naquit dès ces années-là. On mentionnait plus de cent cambriolages chez des personnalités. Il les revendiquait non sans fanfaronnade.  Arrêté dès 1919 et condamné à trois années d’emprisonnement, de nouveau arrêté en janvier 1922, il ne quitta plus la « une » des quotidiens. Son procès devant les assises de la Seine, un an plus tard, révéla la nature du personnage. Il avait « donné » ses complices receleurs, impliqué ses maîtresses, trahi ses amis. Comme circonstance atténuante, il invoquait son addiction à la cocaïne. Un inspecteur révéla que Serge de Lenz était depuis plusieurs années son indicateur.

Serge de Lenz fut condamné à dix années de réclusion et à vingt années d’interdiction de séjour le 23 février 1923. Il fut envoyé dans la maison centrale de Melun. Mémorialistes et journalistes des années cinquante affirmèrent qu’il y prostitua le nom de sa mère en se faisant surnommer « la marquise », et en ayant des relations homosexuelles avec d’autres détenus. Certains allèrent plus loin en le présentant comme un mouchard de l’administration pénitentiaire. Prisonnier modèle, typographe à l’imprimerie administrative de la centrale, fidèle à la messe hebdomadaire de l’aumônier, Il fut récompensé par une libération conditionnelle dès 1931. Détective écrivait en 1952, à propos du séjour à Melun : « (…) il va donner toute la mesure de son ignominie. Mouchard et provocateur, il accomplit une telle quantité de vilenies que, pour le récompenser des « services rendus », on le libéra avant l’expiration de sa peine ».

Le cambriolage du château des Tourelles à Dieppe.

Jean Ernest-Charles, dans La France judiciaire du 15 novembre 1931 s’étonnait de la complaisance de la presse à l’égard des méfaits de Serge de Lenz : «  Ces derniers jours, un jeune cambrioleur, déjà expérimenté, se livrait à Dieppe à des exercices dangereux pour les coffres-forts de ses amis et connaissances. On a considéré aussitôt cette affaire banale comme une des affaires les plus importantes de l’époque, et on a pensé qu’elle était de nature à détourner d’une manière heureuse les esprits des préoccupations que leur prodigue l’heure présente. Et le trop fameux Serge de Lenz est devenu un héros national. C’est trop. (…) Tâchons de nous rendre compte du danger croissant de la publicité excessive accordée aux cambrioleurs distingués de notre époque, et qu’il est déplorable, et qu’il est funeste de les entourer d’un prestige qu’ils sont très éloignés de mériter. » Cet éditorial avait le mérite de tempérer les exagérations de la presse quotidienne, car le dernier méfait de Serge de Lenz n’avait rien d’extraordinaire. Interdit de séjour à Paris, il s’était fait embaucher dans une usine dieppoise. Il y connut un américain  Guise-Hitte ( ou Guise-Hyte) qui se disait descendant adultérin de la duchesse de Berry. Il devint son amant, le fit parler et, peu de temps après, déménagea le coffre-fort de sa propriété, le château des Tourelles. Le vol qualifié eut lieu en septembre 1931. Le montant du forfait s’élevait à 500 000 francs. Il loua une charrette à bras et transporta le coffre de soixante-dix kilogrammes. Il le convoya jusqu’à Paris, le fit ouvrir, s’exhiba dans des cafés montmartrois avec les bijoux volés, puis s’envola vers la Belgique, où il fut arrêté dix jours après, sous la fausse identité de Serge Charvet.

Photographie anthropométrique de Serge de Lenz, publiée dans l'hebdomadaire Détective en mars 1952.

Photographie anthropométrique de Serge de Lenz, publiée dans l’hebdomadaire Détective en mars 1952. 

En Belgique confronté à la « Défense sociale ».

Incarcéré à Bruxelles le 17 novembre 1931, il fut examiné par des psychiatres. Etait-il admissible à une sanction pénale ? Des troubles mentaux le recommandaient-ils pour les nouveaux établissements de la Défense sociale réservés aux « anormaux mentaux » ? Depuis une loi de 1930, à la suite des recommandations du docteur Vervaeck, créateur du service d’anthropologie pénitentiaire, la Belgique organisait l’observation des inculpés en état de démence ou présentant un état grave de déséquilibre ou de débilité mentale ; et ceci, dès le stade de l’instruction, au sein d’une annexe psychiatrique de la prison. Si le détenu était reconnu comme irresponsable ou dément, il pouvait être interné pour au sein d’un établissement de défense sociale. « Battre le dingue », « maquiller une maladie » étaient des procédés que surent utiliser nombre de gangsters pour échapper à l’univers carcéral. Les frères Buisson firent de même à plusieurs années d’intervalle. René Girier également. Les psychiatres belges pensèrent qu’il était accessible à une sanction pénale. Il subit quelques mois de prison, puis fut extradé vers la France en juin 1932.

Les expertises psychiatriques contradictoires.

Après son extradition de Belgique, il fut écroué dans la maison d’arrêt et de correction du Pollet à Dieppe. Ce petit établissement à dortoirs, que les détenus surnommaient « Nice » avait été construit pendant la Restauration, à proximité des bassins du port de Dieppe. Le docteur Gassiot, directeur de l’hôpital psychiatrique de Saint-Etienne-du-Rouvray, examina Serge de Lenz, accusé de vol aggravé. Il remit son rapport au juge d’instruction en janvier 1933. Il concluait que le cambrioleur était atteint de déséquilibre mental et qu’il y avait lieu de procéder à son internement.  Le Parquet décida de désigner un autre expert. Ce fut le psychiatre parisien Sellier. En mars 1933, Serge de Lenz fut donc transféré à la prison de la Santé.  Le second psychiatre émit un diagnostic à l’opposé de son collègue rouennais. La responsabilité du cambrioleur était pleine et entière. Le quotidien du parti communiste accusait la police de manœuvres tendant à soustraire Serge de Lenz à la justice. L’Humanité  dès le 8 mars 1933 annonçait l’examen médical parisien du « cambrioleur-indicateur » en ces termes : « La police ne pouvait laisser son agent en prison. Serge de Lenz sera certainement interné. Après quoi… ». Le 15 mars, il était présenté comme un « policier ». L’auteur de l’article insistait sur « le caractère policier du personnage » et sur ses « relations équivoques » avec sa victime ; une occasion de fustiger le quotidien socialiste Le populaire qui avait félicité Guise-Hite d’avoir enlevé sa plainte. L’Humanité du 14 mai 1933 précisait : « On sait comment, depuis de longs mois, le directeur de la police s’efforce de faire déclarer irresponsable le fameux Serge de Lenz, titulaire de quelque vingt cambriolages. » Cette réputation d’indicateur de police était déjà présente dans la presse communiste en novembre 1932. Au détour d’un article sur un escroc britannique qui se faisait appeler Duc de Montfaucon, l’Humanité écrivait : « Il est en effet plus que probable que l’escroc, comme le fameux Serge de Lenz, rendait des services à la police.»

 Au procès devant la cour d’assises de Rouen, en mai 1934, les avocats de Serge de Lenz plaidèrent la folie. Le docteur Gassiot préconisa l’internement. Le docteur Sellier maintenait son avis contraire. Deux autres médecins parisiens déposèrent. Les docteurs Lerain et Berillon, médecins honoraires des asiles de la Seine décrivirent Serge de Lenz comme un « monstre moral » qui devait être interné. Le Populaire du 13 mai 1934 s’interrogeait : « masochiste ou simulateur, Serge de Lenz est l’objet des préoccupations des médecins. » On avait découvert dans sa cellule un fouet confectionné avec son linge lacéré et du bois d’allumettes.

Photographie de l'hebdomadaire Détective du 24 mars 1952

Photographie de l’hebdomadaire Détective du 24 mars 1952 

Relégable à Rouen, mais dispensé de cette peine à Evreux.

Il fut condamné à dix années de réclusion et à la relégation.  « Une bien sévère condamnation », selon le quotidien socialiste. Sept, un hebdomadaire catholique, commenta lui aussi la sévérité des jurés normands le 2 juin 1934. Après avoir mentionné la sentence de dix années de réclusion pour le vol du coffre-fort, le journal écrivait : « Par contre, un paysan qui avait violé six fois sa fillette âgée de huit ans eut… cinq mois de prison, avec sursis. Moralité : les jurés normands ont des coffres-forts. Ont-ils des petites filles ? ».  Prononcer la relégation perpétuelle pour un cambriolage pouvait sembler sévère. Le procureur général n’avait pas écarté les circonstances atténuantes. La magistrature déplorait le caractère automatique de cette peine complémentaire disproportionnée Mais le casier judiciaire de Serge de Lenz était chargé, notamment d’une première peine criminelle aux côtés de plusieurs peines correctionnelles. Pour lui, le quantum des peines prononcées impliquait automatiquement la relégation.  L’univers des bagnes de Guyane était dénoncé depuis plusieurs années. La presse avait accordé une large place aux reportages d’Albert Londres, d’Alexis Danan. Plusieurs livres de médecins, de Salutistes dénonçaient la corruption et la misère au sein des camps de transportés de Saint-Laurent-du-Maroni et des camps de relégués de Saint-Jean-du-Maroni, les chantiers forestiers mortifères et la clochardisation des libérés.  La question de la suppression des bagnes d’outre-mer était posée. Une réforme était en préparation sous l’égide du premier président de la cour de cassation. Faire partie de l’un des derniers convois de ces hommes que l’on rayait de l’humanité, selon la belle expression d’Albert Camus en 1938, c’était une malchance inouïe pour ce délinquant qui n’avait jamais achevé ses peines dans leur totalité. Le hasard vint à son secours. Le président de la cour d’assises avait lu le témoignage de deux témoins absents à l’audience. Il oublia de citer leur nom et le jugement fut cassé.

Après cassation, un second procès eut lieu en janvier 1935 devant la cour d’assises de l’Eure. Serge de Lenz prétendit avoir voulu découvrir la véritable identité de sa victime. Ne disait-on pas que le fortuné américain était un espion ? Deux psychiatres vinrent à la barre, le docteur Gassiot et le psychiatre parisien Sellier. Ils évoquèrent la brillante conduite de Lenz pendant la guerre, attestée par une décoration au revers de son veston ! Ils estimèrent que sa place n’était pas en prison mais dans un asile-prison semblable à ceux qui existaient en Belgique. Le psychiatre parisien avait curieusement inversé son diagnostic. Il fut question de crises nerveuses, « hystériformes et épileptiques ». Le procureur général demanda la confirmation du jugement de Rouen. Les jurés manifestèrent leur indulgence. Ils le condamnèrent à cinq ans de prison et écartèrent la relégation. La presse avait évoqué le comportement étrange de l’accusé. Le Populaire du premier février 1935 titrait un article : « Le célèbre escroc ne semble pas jouir de toutes ses facultés. »  Serge de Lenz fut libéré en décembre 1936, au terme de sa peine et non parce qu’il avait simulé la folie comme l’indique une célèbre encyclopédie en ligne.

Etonnantes indulgences à l’égard d’un « tricard »

Les interdits de séjour, les « tricards », qui parvenaient à se maintenir dans la capitale furent de tous temps accusés par le Milieu de bénéficier de passe-droits policiers en échange de leurs informations et confidences. Serge de Lenz fut arrêté en septembre 1937 sur le champ de courses de Longchamp. Il était accusé de nouveaux cambriolages, notamment celui du musée Cognacq-Jay. Il fut de nouveau écroué dans la prison de la Santé. Plusieurs complices furent arrêtés en sa compagnie : Roger Aupet et Yves-André Draud. Le 11 janvier 1938, L’Humanité plaisantait sur « un mariage royal » à la mairie du XVIème arrondissement. Il s’agissait du « roi de la cambriole », hospitalisé à l’infirmerie de la prison de la Santé. La promise jouissait » présentement de même hospitalité que son futur mari. » Il semblerait que le quotidien communiste aurait confondu une inculpée et la jeune mariée. Durant l’instruction de cette affaire, il comparut en février 1938 devant la quatorzième chambre correctionnelle de la Seine pour port d’arme prohibée. Un taxi avait vu de Lenz passer un révolver à Draud, le 2 juillet 1937. Ils furent condamnés chacun à un mois de prison. Aupet avait avoué avoir participé au cambriolage du musée et à d’autres. Serge de Lenz niait tout. Lors du procès en décembre 1938, Serge de Lenz fut acquitté pour l’affaire Cognacq-Jay. Il fut quand même condamné à six mois d’emprisonnement pour recel de faux papiers.

 Le Matin du 4 octobre 1939, indiquait que le « gentilhomme authentique et non moins authentique filou », avait été arrêté dans un café de Montmartre. Le Figaro du même jour précisait que l’accusé avait prétexté être venu à Paris pour régulariser sa situation militaire. Il était réformé n°2, c’est-à-dire réformé définitivement pour une maladie antérieure à son incarcération. Il fut condamné à dix mois de prison pour infraction à son interdiction de séjour. Serge de Lenz comparut encore devant la troisième chambre du tribunal correctionnel de la Seine le 9 mai 1940 pour infraction à son interdiction de séjour. Il fut condamné à deux mois de prison avec sursis.

Photographie extraite de la collection Philippe Zoummeroff. Mariage de Serge de Lenz à la mairie du XVIème arrondissement à Paris.

Photographie extraite de la collection Philippe Zoummeroff. Mariage de Serge de Lenz à la mairie du XVIème arrondissement à Paris.

Interné comme individu dangereux pour l’ordre public et la sûreté nationale.

A la fin des années trente, plusieurs décrets-lois permirent l’internement administratif des étrangers indésirables, des ressortissants des puissances ennemies de la France après l’entrée en guerre du mois de septembre 1939, des espions allemands et italiens, des communistes et personnes suspectées de liens avec la IIIème internationale à cause du pacte germano-soviétique, des individus dangereux pour l’ordre public, dont les repris de justice. Ces derniers lorsqu’ils étaient mobilisés étaient tenus à l’écart des troupes ordinaires, acheminés vers des camps loin de la ligne de front. Pour les condamnés libérables, un décret-loi du 18 novembre 1939 avait créé une “commission de vérification” qui conduisit plusieurs centaines d’entre eux vers des centres de séjour surveillé.  Serge de Lenz connut ce sort. Les sources divergent sur sa destination et sa libération. Selon Le Taillanter, il aurait d’abord séjourné au fort de l’Yvette à Palaiseau, avant d’être conduit au centre de Djebel-Felten, près d’Oran en Algérie. Pour d’autres, il aurait été envoyé au camp de Rouillé. Ce Centre de séjour surveillé fut ouvert le 6 septembre 1941 dans le département de la Vienne, au sud de Poitiers. Il accueillit des internés administratifs. Des trafiquants de marché noir voisinaient avec des militants communistes, des personnes ayant tenté de gagner la Grande Bretagne ; des « indésirables » étrangers russes, arméniens, italiens ou espagnols côtoyaient des  droits communs et des tziganes. Une quinzaine de baraques hébergèrent les 149 premiers détenus à l’ouverture du camp, venant en majorité du camp d’Aincourt. Les droits communs séjournaient dans les baraques n°9 et n°12. Serge de Lenz y demeura peu de temps puisqu’il s’en évada en décembre 1941 en compagnie d’un autre interné, Faivre. Par défaut, le tribunal correctionnel de Poitiers les condamna à deux mois de prison en janvier 1942. Roger Le Taillanter ne mentionne pas cette destination et évoque une libération depuis le camp algérien grâce à une lettre émanant de la Gestapo française de la rue Lauriston. André Tollet, militant communiste et résistant qui parvint grâce à un tunnel à s’enfuir de Compiègne en compagnie du dirigeant Georges Cogniot, mentionne la présence de Serge de Lenz au camp de Rouillé. Il écrivait dans ses souvenirs (Le souterrain, Paris, Editions sociales, 1986) : “Un dénommé Serge de Lenz, qui avait défrayé la chronique avant-guerre, jouait la vedette. Il était présenté comme le roi de l’évasion. Il est parti seul en effet sans laisser de trace. Pour épater la galerie, il emporta sa valise et jusqu’à ses sabots. Nous aurions parié qu’il était sorti par la porte. Le bruit a couru qu’il aurait payé 40 000 francs sa liberté, à l’époque c’était une somme. Ainsi, entre les hommes de Vichy et les gangsters, la frontière n’était pas étanche.”

Au service de l’Occupant.

Fin 1941, Serge de Lenz revint dans la capitale et rejoignit un service d’espionnage allemand dirigé par le néerlandais Gédéon Van Houten et le français Frédéric Martin, plus connu sous le nom de Rudy de Mérode. Sous couvert d’un bureau d’achat allemand, ces deux agents de l’Abwehr, l’un et l’autre condamnés à dix années de détention dans la maison centrale de Clairvaux en 1936 et 1937 pour espionnage, étaient chargés de récupérer de l’or dans des banques ou auprès de riches parisiens. Ils se présentaient fréquemment comme des membres de la police allemande, d’où l’expression en usage après guerre de « Gestapo de Neuilly ». Ils rachetaient or et pierres précieuses à vil prix en proférant des menaces à l’encontre des propriétaires. La bande, installée boulevard Maurice Barrès à Neuilly, composée d’anciens repris de justice fut à l’origine de nombreuses arrestations et déportations, notamment quand les victimes de leurs rackets étaient de confession juive. Serge de Lenz disposait d’un carnet d’adresses fort précieux pour ces extorsions de fonds. Il fut accusé d’avoir conservé le produit d’un vol de louis d’or en 1943 et de ne pas les avoir remis aux autorités allemandes. Le propriétaire se plaignit auprès du service rival dirigé par Henri Lafont. C’est pour cette raison et pour le vol d’un autre lingot d’or qu’il fut arrêté, jugé par un tribunal militaire allemand, puis déporté dans un camp de concentration. On ne peut s’empêcher d’effectuer des rapprochements avec la destinée d’un Jo Attia, lui aussi déporté à l’initiative des services français de la rue Lauriston. Le procès des membres de la bande de Neuilly eut lieu en novembre 1945. Van Houten fut condamné à mort et exécuté le 11 avril 1946. Frédéric Martin avait fui en Espagne.  Serge de Lenz était mort depuis deux mois.

 Déporté en Allemagne.

Avant son départ pour le camp d’Oranienburg-Sachsenhausen, Serge de Lenz fut incarcéré à Fresnes dans le quartier allemand de la prison, puis interné dans le camp de Compiègne.  Il fut accusé après guerre d’avoir dénoncé une tentative d’évasion par un tunnel. Le bel ouvrage confectionné par l’amicale des anciens d’Oranienburg mentionnait la présence de Serge de Lenz dans le camp. Le 17 juillet 1944, il fut transféré au camp de Dachau. Il n’y demeura que dix jours. Le 27 juillet, il quitta ce camp pour celui de Buchenwald.

Mortellement blessé.

Quelques mois après son retour des camps allemands, Serge de Lenz fut battu à mort par Octave Warin, dit Monsieur Edmond. Détective écrivait : « Meurtri des pieds à la tête, tenant à deux mains son ventre où l’intestin grêle avait éclaté, Serge de Lenz hurlait, seul, dans sa chambre, 5 ter impasse Compans. La concierge d’un immeuble voisin, alertée par ses cris, appela un médecin qui fit transporter le blessé dans une clinique d’Issy-les-Moulineaux. L’agonisant ne révéla pas son identité. Il expira le lendemain à 7h30, sans « donner » son assassin. »  La police ne trouva dans sa chambre que de faux papiers, mais les sommiers révélèrent la véritable identité de la victime.  Octave Warin était un repris de justice, connu pour sa violence. Il avait subi une peine de sept années de réclusion et venait d’être libéré. Il était interdit de séjour à Paris. Il fut certainement le complice de Serge de Lenz, mais des désaccords éclatèrent à propos du produit de certains vols. La presse de 1945 ne publia que quelques entrefilets sur son décès. On l’avait cru mort en déportation. Les enquêtes montrèrent qu’il avait repris les cambriolages et les trafics, n’hésitant pas à parader en uniforme américain. Faute de preuves formelles, son meurtrier bénéficia d’un non-lieu.

 

Grandeur et décadence serait-on tenté d’écrire. Serge de Lenz, à cinqante-trois ans, fut victime d’un individu brutal, ancien réclusionnaire et « tricard » comme lui. De nouvelles formes de criminalité retenaient l’attention de la Sûreté nationale et du Quai des Orfèvres : les holdups à main armée commis par plusieurs bandes utilisant de puissante cylindrées. Serge de Lenz n’était plus qu’un petit « casseur » oublié. Mais n’avait-il pas été que cela tout au long de sa vie.


Vous aimerez aussi...