Les clichés et les écrits du docteur Collin constituent un témoignage détaillé et précis de la vie en Nouvelle Calédonie il y a un siècle

Tirage plaque de verre (1906). Portraits. Musée Nicéphore-Niépce

Les clichés et les écrits du Docteur Collin constituent un témoignage détaillé et précis de la vie en Nouvelle Calédonie il y a un siècle. Il pose un regard d’ethnologue sur le monde kanak qu’il découvre au cours des campagnes de vaccination. Comme lors de ses séjours en Guyane, l’univers carcéral ne le laisse pas insensible et le malheur transparaît sur les visages des condamnés au bagne qu’il immortalise. Site historique de l’île Nou

__________________________________________________________________________________________________________________________________________

Médecin militaire, le docteur Léon Collin (1887-1970) a eu l’occasion durant sa carrière de connaître les bagnes de Guyane entre 1907 et 1910, puis de séjourner en Nouvelle-Calédonie de 1910 à 1913. Sa curiosité et son regard scientifique l’ont incité à accumuler une riche documentation, probablement rassemblée dans l’intention de témoigner. Il publia d’ailleurs quelques articles dans la presse de l’époque. Les documents retrouvés il y a quelques années par Philippe Collin dans un grenier familial sont constitués de tapuscrits, de plaques de verre, d’articles de journaux et de manuscrits rédigés par Léon Collin, par des condamnés ou des libérés. La plupart des exemplaires originaux de ces documents ont été déposés aux Archives nationales d’Outre-mer, aux Archives de Nouvelle-Calédonie, au musée de Saint-Laurent-du-Maroni et au musée Nicéphore-Nièpce. Philippe Collin offre donc ici une occasion unique de les consulter rassemblés.

Collection constituée à l’initiative de Philippe Collin, petit-fils de Léon Collin.

Voir  la collection sur Criminocorpus.

 



Citer ce billet
Philippe Poisson (2018, 24 octobre). Les clichés et les écrits du docteur Collin constituent un témoignage détaillé et précis de la vie en Nouvelle Calédonie il y a un siècle. Criminocorpus. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndj4

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search