Le 24 juin 2014, au château de Gaillon ( Eure), conférences sur le passé carcéral et militaire du château de Gaillon.

IMG_1262

Le mardi 24 juin, des conférences auront lieu sur un passé méconnu du prestigieux château de la Renaissance grâce à une association d’amis du château, grâce à la DRAC et grâce à France Poulain, architecte des bâtiments de France au Service territorial de l’architecture et du patrimoine de l’Eure. Le patrimoine carcéral des régions de France commence à être découvert et il mobilise désormais les services de l’Etat. Ce qui ne fut pas toujours le cas à Gaillon. Le château hébergea une maison centrale pour des condamnés à la réclusion et pour des condamnés correctionnels à une peine supérieure à une année, originaires de l’Eure mais aussi des départements limitrophes. Le mari de Flora Tristan y séjourna. Ce fut aussi une maison centrale pour détenus aliénés, certainement la première de France. Son quartier pour mineurs fut à l’origine de la colonie pénitentiaire des Douaires, sur les hauteurs de la ville. A la fin du XIXème siècle, dans la partie haute des dépendances du château, on aménagea une colonie correctionnelle pour mineurs insubordonnés et criminels, moins connue que celle d’Eysses, mais dont de nombreuses traces subsistent. Un temps caserne, le château devint un camp d’internement administratif pendant la seconde guerre mondiale recevant trafiquants de marché noir, proxénètes et résistants. Il ne perdit pas cette vocation à la Libération, recevant encore des trafiquants mais aussi des prévenus de faits de collaboration. Pour toutes ces raisons, une attention nouvelle doit être portée sur les bâtiments, les coursives, les tours, les cachots, les traces au sol de constructions détruites. D’autant que le château recèle des graffiti très précieux, qui sont minutieusement collectés par les services de la DRAC. Un programme plus détaillé des interventions sera communiqué ultérieurement. (Jean-Claude Vimont)

Nous venons de disposer du pré-programme de la journée, obligeamment fourni par Madame France Poulain :

Service Territorial de l’Architecture et du Patrimoine de l’Eure (DRAC Hte-Normandie) –

Les Ateliers du Patrimoine de l’Eure – 1er janvier 2014 – France POULAIN

Ordre du jour du 24 juin 2014

Premières approches sur le passé carcéral et militaire du château de Gaillon

Les Ateliers du Patrimoine de l’Eure visent à regrouper au sein d’une même instance informelle les associations oeuvrant en faveur de la protection du patrimoine. Réunis une fois par mois, les participants ont pour objectif de mieux définir les « marqueurs » identitaires du territoire de l’Eure et aussi d’oeuvrer à la réalisation de différents projets et actions où l’action collective est un gage de réussite. Ces ateliers seront de nature variée avec des travaux et visites sur le terrain, des apports méthodologiques et techniques et des présentations de travaux de recherche… Le Château de Gaillon connaît sa pleine gloire entre les 15 et 16ème siècles durant lesquels les cardinaux de Rouen le parent de merveilleux décors architecturaux encore en partie visibles aujourd’hui. La Révolution Française verra le début d’une période douloureuse avec la revente d’une partie des pierres ayant servi à l’édification du château. Mais dès le début du 19ème siècle, le Château va retrouver un usage, moins glorieux mais tout aussi important pour l’Histoire de France : celui d’une prison centrale puis d’une caserne. Durant plus d’unsiècle, les uniformes des militaires ont côtoyé ceux des prisonniers qu’ils gardaient et chaque groupe a laissé des traces sur les murs du château. Des milliers de graffitis sont encore visibles et ont fait l’objet d’un travail de relevé depuis 2012 par les services de la direction régionale des affaires culturelles de Haute-Normandie (Service Régional de l’Archéologie et Service Territorial de l’Architecture et du Patrimoine de l’Eure) ; pendant ce temps, l’Association pour la Renaissance du Château a initié un groupe de travail pour récolter les informations concernant cette période et réussir à retracer les lignes d’une histoire très vite oubliée voire cachée. Afin de faire partager et faire progresser la recherche sur ce thème, le STAP27 dans le cadre des Ateliers du Patrimoine de l’Eure, le SRA et l’ARC se sont associés pour organiser une demi-journée de conférences au château de Gaillon.

13h30 Accueil café dans la chapelle. Les conférences auront lieu dans le réfectoire.

14h00 Introduction par Jean-Claude VIMONT « La recherche sur les prisons en France »

14h20 Intervention de Jean-Louis BRETON « De la prison à la caserne de Gaillon 19-20ème siècles »

15h20 Pause

15h30 Intervention par Dominique PITTE et France POULAIN « Les graffitis de Gaillon, une mémoire dessinée »

16h30 Visite du château (parties conservées de la prison et de la caserne)

Partenaires : STAP27, SRA, ARC, ville de Gaillon.

Château de Gaillon (Photographie J-C V.)

Château de Gaillon (Photographie J-C V.)

 

 

Château de Gaillon / Graffiti (photos J-C V)

Château de Gaillon / Graffiti (photos J-C V)

 

Château de Gaillon / Graffiti ( photos J-C V)

Château de Gaillon / Graffiti ( photos J-C V)

 

Château de Gaillon / Graffiti ( photos J-C V)

Château de Gaillon / Graffiti ( photos J-C V)

Château de Gaillon (Photographie J-C V.)Château de Gaillon (Photographie J-C V.)

 


Vous aimerez aussi...