Contrebandiers de monnaie et autorités locales sur les côtes basques au début du XVIIe siècle (Susana Truchuelo García)

Tout au long de l’époque moderne, la zone côtière basque fut l’espace d’un commerce intense où les agissements des contrebandiers se multiplièrent. Ils dirigeaient des activités illicites en tous genres, dont la monnaie était l’objet d’échange illégal.

Cependant, à partir de 1570, les guerres avec des puissances maritimes comme les Provinces-Unies et l’Angleterre, et la pratique du blocus économique réglementée par le pouvoir royal pour faire face aux ennemis de la monarchie hispanique, occasionnèrent d’importantes difficultés dans les transits commerciaux atlantiques, avec de conséquences néfastes dans certaines provinces, comme celles du Pays Basque, qui souffraient d’une forte dépendance du commerce extérieur par voie maritime, même s’ils parvinrent très tôt à s’adapter aux nouvelles difficultés.

Dans ce contexte atlantique de réduction des échanges commerciaux légaux, les territoires basques arrivèrent à maintenir une remarquable activité commerciale. Celle-ci s’explique par l’intensification des pratiques commerciales illicites et frauduleuses, comme la contrebande, c’est-à-dire, le non-paiement des rentes royales et le commerce de produits prohibés, à laquelle participèrent basques, castillans, et étrangers. Ces pratiques illégales étaient largement généralisées dans les ports de la façade atlantique…

Lire la suite de cet article de Susana Truchuelo García sur Criminocorpus, la revue.


Vous aimerez aussi...