Assassinat d’un éditeur à la Libération : Robert Denoël (1902-1945)

Parution du livre le 28 février 2005 –  2 décembre 1945 : assassinat de Robert Denoël. Les 12 000 francs contenus dans son porte-feuille ne sont pas dérobés. Ce meurtre ne sera jamais élucidé. C’est pendant l’entre-deux-guerre que Denoël fonde sa maison d’édition à Paris, publiant de grands romanciers tels Aragon, Triolet, Sarraute… En 1932, il rencontre son premier succès avec la publication de Voyage au bout de la nuit de Céline, ouvrage recalé de peu du Prix Goncourt qui obtient le Prix Renaudot. Qualifié de ” zèbre ” par Céline, Denoël est doté d’une personnalité duelle. Homme d’honneur (il a caché des gens traqués par la Gestapo et fait passer des israélites en zone libre), intègre et opportuniste, avide assumé, il est accusé de tromperie et de vol ; condamné par les nazis pour avoir publiés des livres patriotiques; par Vichy pour des livres anti-vichystes mais aussi poursuivi par la France libre pour s’être acoquiné avec les nazis. Et si Denoël s’est effectivement compromis dans le climat de récession des années 30, il n’est pas le seul : Grasset, Gallimard, Arman Colin et tant d’autres… seront également accusés d’ ” édition-collabo.” Cette histoire romanesque ne serait complète sans l’affrontement, au cours d’un procès à rebondissement, entre l’épouse délaissée et la maîtresse femme fatale, étonnement détentrice de parts de la Société qui revendra à Gallimard, le concurrent… et des archives curieusement possédées par le bibliothèque de l’université du Michigan. La chercheuse américaine, A. Louise Staman a mené une enquête passionnante qu’elle raconte comme un thriller . Elle dépeint le monde des arts et de l’édition durant deux décennies tourmentées, tout en brossant le portrait de gens hors du commun.

A-Louise Staman (Auteur), Jean-François Delorme (Traduction)

Éditeur : E-dite

A. Louise Staman est diplômée de Français et d’Histoire. Elle vit aujourd’hui en Georgie, USA.

Février 2005 : Parution aux Editions e-dite de la traduction française de la biographie romancée de Robert Denoël par Louise Staman. Due à Julien et Benjamin Guérif qui l’ont signée du pseudonyme Jean-François Delorme, elle s’écarte sensiblement de la version originale [voir 2002], notamment pour ce qui concerne le rôle occulte assigné par l’auteur à Gaston Gallimard.

En visite à Paris en décembre 2013 Louise Staman s’est (modérément) inquiétée du sort de son éditeur français : il avait mis la clé sous la porte…

La nouvelle de l’assassinat de Robert Denoël fit sensation : jamais on n’avait tué un éditeur. Certains d’entre eux, comme Bernard Grasset, Fernand Sorlot, Jacques Bernard, Gilbert Baudinière, René Debresse, Jean d’Agraives, Jean Renard, Jean de La Hire, ou Louis Thomas, accusés de collaboration, avaient été emprisonnés durant quelques semaines mais aucun n’avait eu à subir de violences corporelles.

Les lecteurs connaissent parfois l’image de leurs écrivains favoris, plus rarement celle des éditeurs de leurs ouvrages. Une maison d’édition est une enseigne, un symbole.

Le lundi 3 décembre 1945, tout changea : la grande presse se fit l’écho de l’assassinat inattendu d’un grand éditeur parisien et placarda son image à la «une» de ses quotidiens.

On rappela alors que Robert Denoël était d’origine belge, et qu’il avait édité Céline, Rebatet, et Elsa Triolet.

Ce raccourci destiné au grand public avait le mérite de résumer la carrière météorique de l’éditeur : il avait découvert Céline, fait fortune avec Rebatet, et obtenu le prix Goncourt avec Triolet.

Crime de rôdeur ? Meurtre passionnel ? Règlement de comptes ? Assassinat politique ? Trois enquêtes de police aboutirent à un non-lieu…

 

 


Vous aimerez aussi...