La Bastoche – Bal-musette, plaisir et crime 1750-1939, “Paris entre chiens et loups”

Paru le 24 avril 1997 – Rue de Lappe ! Rue de Lappe ! “, comme un cri de ralliement lancé aux bourgeois encanaillés.

Qui ne sait qu’à la Bastille, autour de la colonne révolutionnaire, faubourg Saint-Antoine, on a dansé musette au son de l’accordéon ! En nommant ” Bastoche “la Bastille des rues borgnes et des bals, l’argot parisien a fait la part des choses. Et l’ouvrage de Claude Dubois est un livre d’histoire populaire, mâtinée voyou par nature, la marque de fabrique de Paname et de sa culture. En 1920-1930, les écrivains – Carco surtout, Mac Orlan, Henry Miller et bien d’autres – ont exalté la Bastille du plaisir.

Parée de guinches, de lieux de plaisir, de femmes et de mecs en casquette ou chapeau, la Bastoche représentait un paris interlope que le monde nous enviait. En 1933, à New York, un dancing s’appelait À la Rue de Lappe ! Une histoire mouvementée ; Grâce aux Auvergnats installés depuis le XVIIIe siècle, et aux Italiens, la rue de Lappe est célèbre, dès avant 1914, par joueurs de musette et d’accordéon interposés.

Avec le souvenir impérissable de Jo Privat, le roi du Balajo, de nombreux musiciens oubliés ont bâti la gloire de la Bastoche, de concert avec les apaches, les mauvais garçons, puis les hommes du milieu auxquels, au Bousca-Bal, au Petit Balcon et dans tant d’autres lieux, leurs bourrées, valses et javas procuraient de troubles et ineffables sensations. Mais la nostalgie n’est pas de mauvaise mémoire.

On s’amuse toujours à la Bastoche. Même si, méchante habitude des origines, il arrive que le plaisir dérape en crime, en ” fait divers “, cette fleur vénéneuse du pavé parisien.

Sommaire : 

  • 1918-1939 : À mots nouveaux réalités nouvelles
  • Mon homme de Francis Carco, ou la vraie culture de la rue de Lappe
  • Le milieu dans ses hautes œuvres
  • Radiographie de la Bastille et des bals-musette en 1925
  • Jazz-band et tango
  • Oui ou non le dancing-musette a-t-il tué le bal musette et le milieu ? Le crime : gros titres et statistiques
  • La Bastille, urbi et orbi
  • La prostitution, une spécialité de la Bastille
  • Le bordel du 12, rue de Lappe
  • La création du Balajo
  • Instantané : les musettes de Paris en juin 1937
  • Jo Privat in memoriam
  • Dire, faire et raconter encore.

Claude Dubois, alias le Titi du Figaroscope, est l’ultime héraut du Paris de la rue. Né rue Rambuteau, il a vu détruire la ville, exiler son menu peuple, celui qui fut chanté au fil des siècles par une kyrielle d’écrivains. Envers et contre tout, fidèle, il a repris le flambeau de la tradition.

Éditeur : Félin (Editions du)

 


Vous aimerez aussi...