La tragédie de Louis Renault – Dossier documentaire

RENAULT : un mot célèbre aux plans commercial et technique, mais qui a fini par occulter une réelle tragédie humaine, le mot “tragédie” étant à prendre quasiment au sens grec : celle de Louis RENAULT, fondateur et dirigeant jusqu’en 1944, année de sa mort, de l’entreprise qui porte son nom. Alain DECAUX trace un portrait haut en couleurs, incroyablement passionnant, de ce personnage singulier, taciturne et bourru, autocrate et inventeur génial, travailleur infatigable, mari passionné et déçu, n’ayant eu finalement qu’un seul amour : son usine.

 

 

220px-Louis_renault_1926La mort troublante, à 67 ans, de Louis Renault, un mois après son incarcération à Fresnes, n’a cessé d’alimenter la controverse sur les conditions de sa détention et le climat anarchique des premiers temps de la Libération.

 Emmanuel Chadeau tente de dissiper les zones d’ombre d’une sortie de scène qui tranche avec l’éclat d’une existence partagée entre les fastes, les mondanités, la compétition industrielle et l’affrontement social. Mais, au fond, qui était cet homme brillant et autoritaire dont les ennuis de santé, à l’approche de la soixantaine, commencèrent d’altérer les capacités morales sans excuser pour autant les compromissions des années noires ? L’auteur de cette biographie, la première véritable du «seigneur de Billancourt» – du «saigneur», corrigera-t-on à gauche – a puisé aux meilleures sources pour restituer un personnage fuyant mais porté aux affaires et aux jouissances avec la même passion de s’offrir du plaisir. Est-ce le gage de cette réussite qu’illustrèrent, autant que l’automobile, l’épopée des taxis de la Marne et, à partir de 1916, la production des blindés de la Victoire? Toujours est-il que les honneurs comblèrent longtemps Louis Renault avant qu’un voile d’infamie n’assombrisse sa destinée. Sa réputation posthume ne s’en releva pas, sans que la marque au losange auquel on conserva son nom après la nationalisation de 1945 en fût affectée. L’industriel disparu, restait son industrie … ( Louis Renaulpar Daniel Bermond, Lire, mars 1998).

Photographie, Louis Renault en 1926.

Photographie à la une, Louis Renault en 1925.

louisrenalt1Louis Renault : retour sur une figure controversée

Un jeune historien tente de réhabiliter l’industriel accusé de collaboration avec les Allemands en 1944. Le débat peut commencer…

Voilà une biographie qui, parions–le, va faire l’effet d’une bombe. Il s’agit en effet de Louis Renault, patron emblématique de la célèbre firme automobile, qui selon un jeune historien serait innocent des accusations de collaboration portées contre lui à la Libération. L’industriel avait été arrêté à la fin de la guerre et était mort en prison quelques semaines plus tard sans avoir été jugé. Ses usines avaient alors été nationalisées, sans contrepartie.

S’appuyant sur cinq années de recherches et sur des archives inédites, l’auteur de cette biographie, Laurent Dingli, soutient aujourd’hui que le dossier d’accusation contre l’industriel serait en réalité vide. Renault aurait au contraire essayé de résister aux exigences de l’occupant, et faute d’avoir su s’expliquer, aurait joué le rôle de bouc émissaire.  » Une victime expiatoire, désignée d’avance, a payé pour tous « , écrit l’auteur en pointant tous ceux que cette accusation arrangeait : les anciens de Vichy, et particulièrement le neveu de l’industriel, les communistes, et même les gaullistes pour qui c’était l’occasion de confisquer les usines sans avoir à débourser un sou…

Cette thèse, nouvelle et provocante, devrait relancer la polémique. L’avenir dira si le débat entre historiens peut éclaircir le mystère de cette personnalité controversée. Au-delà de ce point difficile, cette biographie a le mérite de montrer comment Renault a pu survivre à son créateur et s’inscrire dans le patrimoine national. Toute l’histoire de l’entreprise se confond avec l’histoire économique et sociale de la nation au cours du xxe siècle.

De la contribution à la victoire de 1918 grâce au lancement du petit char d’assaut au rôle d’avant-garde joué par l’entreprise dans l’adoption d’un salaire minimal et de certains avantages sociaux, en passant par les grands mouvements partis de Billancourt, la firme au losange a toujours eu un rôle à part. Quant à Louis Renault,  » il n’est ni le grand patron social ni le « saigneur » de Billancourt, mais un homme qui par sa complexité échappe aux caricatures « . En attendant plus d’éclaircissements sur ce personnage en tout cas hors du commun… – Laurence Ville – L’Expansion

Emmanuel Chadeau : Historien de l’économie, spécialiste de l’histoire de l’aviation. Chargé de recherche au CNRS, enseignant à l’École nationale de la statistique et de l’administration économique et à l’Université du Mans (en 1987). Membre de l’Institut universitaire de France (de 1993 à 1998). Professeur d’histoire économique à l’Université de Lille 3.

Éditeur : Plon (7 janvier 1998)

Langue : Français

Liens utiles :