« Le populisme repose sur le fait de décérébrer des populations »

Le journaliste Dominique Vidal a coordonné l’ouvrage « Le retour des populismes » (La Découverte) avec le géopolitologue Bertrand Badie. Trente experts contribuent à ce livre éclairant, au moment où le Brésil semble, à son tour, céder aux sirènes populistes.

Dans votre livre Le retour des populismes, on a l’impression que le populisme est un éternel retour, une sorte de spasme…

Dominique Vidal : Éternel, cela me paraît excessif. Disons que le phénomène apparaît à la fin du XIXsiècle, notamment avec les Narodniki en Russie ou le boulangisme en France. Il réapparaît dans l’entre-deux guerres autour du nazisme et du fascisme en particulier. Et puis on le retrouve sous une forme assez différente après la seconde guerre mondiale essentiellement dans le Sud, avec les grands mouvements d’indépendance de ce que l’on appelait alors le tiers-monde.

C’est vrai, à chaque fois le populisme apparaît sous des formes différentes, mais ce n’est pas seulement dans ses formes que réside la différence, c’est aussi dans les contextes très divers auxquels il s’applique. La terminaison «-isme » de populisme est trompeuse : si on pense au socialisme, au fascisme, etc., il s’agit de doctrines cohérentes, ce qui n’est pas le cas avec le populisme. Il n’y a pas vraiment une doctrine populiste : il y plutôt des pratiques, des discours politiques qui s’adaptent à des situations très différentes les unes des autres même si, bien sûr, il y a des points communs…

Historien et journaliste, Dominique Vidal est spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient. Il a publié de nombreux livres avec Bertrand Badie dont « Qui gouverne le monde ? » (La Découverte, 2016) et « Le retour des populismes » (La Découverte, 2018).

Pour en savoir plus sur le site du Nouveau-magazine-litteraire.


Vous aimerez aussi...