Internement, emprisonnement et guerre d’indépendance algérienne en métropole : l’exemple du camp de Thol (1958-1965) (Arthur Grosjean)

Le camp de Thol offre l’avantage d’illustrer les étapes successives de l’enfermement utilisé comme un moyen de répression contre les nationalistes algériens puis contre les activistes de l’OAS pendant et après la guerre d’indépendance algérienne.
À la fin de l’année 1958, ce camp militaire localisé dans l’Ain a en effet été transformé en Centre d’Assignation à Résidence Surveillée (CARS) par le ministère de l’Intérieur aux fins d’interner des centaines d’Algériens (Français Musulmans d’Algérie) soupçonnés d’appartenir au FLN ou de lui apporter leur soutien sans pour autant que la police ait pu établir leur culpabilité de façon certaine. Au printemps 1961, après la dispersion des indépendantistes vers d’autres camps, on y a brièvement placé des personnalités ultras auxquelles s’appliquaient les mesures d’exception décidées après le putsch manqué des généraux. À la fin de la même année 1961, l’enceinte passe sous l’autorité du ministère de la justice, et devient un centre pénitentiaire. Les prisonniers sont d’abord des condamnés du FLN bientôt vite rapatriés vers l’Algérie, puisque la guerre prend fin. Ils sont remplacés par des activistes de l’OAS condamnés à de courtes peines. Indépendantistes et activistes bénéficient de régimes d’incarcération spéciaux…

Lire la suite de cet article de Arthur Grosjean sur Criminocorpus, la revue.


Vous aimerez aussi...