Lucifer au couvent : La femme criminelle et l’institution du Refuge au siècle des Lumières …

Parution du livre le 2 novembre 2009 – Écrivain provençal de langue d’oc, Jean de Cabanes (Aix-en-Provence, 1654-1717) a laissé une œuvre abondante encore aujourd’hui largement inédite (pièces de théâtre, contes en vers, récits en prose, etc.) et presque exclusivement écrite en provençal. La Satiro contro la sœur de la Croix est un long poème, sans doute composé au tout début du XVIIIe siècle, dans lequel son auteur, héritier d’une famille parlementaire aixoise et juriste de formation, s’en prend, avec un grand luxe de détails et une rare violence, à la sœur Marie-Thérèse de la Croix, plus connue dans l’œuvre du parlementaire poète sous le sobriquet de « a Drouillade », en référence au nom du père de cette dernière, Antoine Drouilla, barbier chirurgien de La Flèche.

Très longtemps, la figure de la Drouillade est demeurée quasi légendaire dans sa ville d’adoption. La sœur de la Croix, dont la réputation était fort sulfureuse, aurait été l’abbesse du Refuge d’Aix de la fin du XVIIe siècle au tout début du XVIIIe, c’est-à-dire la directrice de l’institution chargée d’accueillir les reprises de justice, ou bien encore toutes celles qui souhaitaient s’y retirer volontairement pour faire pénitence. Or les propos de Cabanes se fondent effectivement sur la connaissance des affaires impliquant la sœur de la Croix, telles que les archives aixoises permettent d’en avoir, partiellement, connaissance.

On trouvera ici le poème de Cabanes, édité dans sa langue d’origine, traduit en français par Philippe Gardy, et annoté par Christophe Regina. Ce texte plein de verve et riche d’allusions, souvent très précises aux protagonistes haut placés de cette affaire et à la vie d’une époque, est accompagné d’une double étude, littéraire et historique, concernant l’œuvre de Cabanes, sa famille et l’institution de répression que constituait alors le Refuge aixois.

Né en 1948 à Châlon-sur-Saône dans une famille ou l’on parlait régulièrement occitan et catalan, Philippe Gardy a commencé à écrire en langue d’oc au milieu des années 1960, à Nîmes, avec comme professeur Robert Lafont.

Enseignant de français et de latin, il s’est ensuite tourné vers la recherche, au CNRS, tout en continuant d’enseigner à l’université Paul Valéry de Montpellier. Ses recherches sont essentiellement consacrées à la littérature occitane et aux utilisations sociales de la langue, avec un intérêt particulier, mais pas exclusif, pour les écrivains (poètes surtout) de la période baroque et maniériste en Provence et en Languedoc, et, plus récemment, du XXe siècle. En tant que chercheur, Philippe Gardy a été le fondateur, en 1977, de la revue de sociolinguistique Lengas, dont il est encore aujourd’hui le directeur.

Il a collaboré et collabore toujours à plusieurs revues littéraires occitanes (Viure, Amiras, Dire, La Revista occitana, jusqu’à leur disparition ; Oc, Reclams). Il dirige, avec Jean-Paul Creissac et Jean-Claude Forêt, les éditions Jorn, et il est l’animateur de la collection Pròsa occitana aux éditions Trabucaïre de Perpignan.

Auteur de recueils de poésie (L’Ora de paciéncia, 1965 ; Lo Païsatge endemic, 1982), il écrit également des nouvelles. Ses derniers recueils parus : La Dicha de la figuiera (2002) ; Mitologicas (2004), A la Negada (2005).

Christophe Regina, maître de conférences en histoire moderne à l’université de Limoges-ESPE; décédé le 12 octobre 2018.

Très tôt intéressé par l’histoire du genre, il a consacré sa thèse aux expressions de la conflictualité féminine à Marseille au siècle des Lumières et soutenu celle-ci à l’Université d’Aix-Marseille, sous la direction de Martine Lapied et Gilbert Buti et sous la présidence d’Arlette Farge (thèse publiée en 2017 chez Garnier). Ses travaux ont porté sur les rapports des femmes à la violence au XVIIIsiècle, qu’elles en aient été actrices ou victimes, sur la criminalité, sur les liens entre littérature et droit, ainsi que sur les gens de justice et leur formation. Il a été le co-auteur, avec Philippe Gardy, de Lucifer au couvent. La femme criminelle et l’institution du refuge au siècle des Lumières ( Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2009), ainsi que de nombreux ouvrages ayant trait à la violence (CNRS Éd., 2010), à la justice et à la manipulation. On lui doit également un essai sur La violence des femmes. Histoire d’un tabou social (Paris, Max Milo, 2011) et avec Lucien Faggion, un Dictionnaire de la méchanceté (Paris, Max Milo, 2013)…

  • Éditeur : Presses Universitaires de la Méditerranée PULM; Édition : PULM-Presses universitaires de la Méditerranée (2 novembre 2009)
  • Collection : Etudes occitanes

 


Vous aimerez aussi...