Les meurtres commis par des enfants en France au XIXe siècle : une étude sociale (Thomas Fadlallah)

Le 12 février 1992, deux garçons de dix ans enlevaient, torturaient puis assassinaient James Patrick Bulger, âgé de deux ans, à Bootle, près de Liverpool. Ces deux garçons, Robert Thompson et Jon Venables, rappelaient à l’opinion publique mondiale que les enfants tuent. Si plusieurs auteurs, à la suite d’Alain Corbin et de Michelle Perrot, se sont penchés sur le crime au XIXsiècle, notamment Dominique Kalifa, Frédéric Chauvaud, Philippe Artières et Anne-Claude Ambroise-Rendu, le crime commis par un enfant n’a pas encore fait l’objet d’une étude spécifique, même si la délinquance juvénile et le système judiciaire dans son rapport à l’enfance sont au cœur des travaux de Jean-Jacques Yvorel. Par ailleurs, la plupart des travaux cités mettent l’accent sur les représentations liées au crime plutôt que sur l’acte criminel lui-même. Les représentations liées au crime ne constituent pas, cependant, le thème de cet article. En effet, si le crime commis par un enfant est toujours présenté comme absolument singulier, l’œuvre d’un individu que sa pathologie ou sa cruauté mettraient hors du temps, cet article vise à montrer qu’il s’agit – à l’instar de n’importe quel fait social – d’un objet dont on ne peut faire sens en dehors de son contexte…

Lire la suite de cet article de Thomas Fadlallah sur Criminocorpus, la revue.


Vous aimerez aussi...