Compte-rendu : S. Rappaport, La chaîne des forçats. 1792-1836.

Veuillez trouver ci-dessous un compte-rendu du récent ouvrage de Sylvain Rappaport consacré à la chaîne des forçats, par Danielle Donet-Vincent.

Ceci est le dernier message avant la pause estivale de notre liste : les envois d’informations reprendront début septembre.
En vous souhaitant un bel été.

Sylvain RAPPAPORT, La chaîne des forçats. 1792-1836, Paris, Aubier, Collection historique, 2006, 346 p.

Compte rendu de Danielle DONET-VINCENT

Nous pensions savoir beaucoup sur la chaîne. Nous l’avions vue maintes fois, filigrane du malheur, se profiler sous la plume de nombre de nos auteurs romanesques, de Hugo à Mistral; nous l’avions croisée au détour de correspondances publiées; nous l’avions rencontrée, sorte d’annexe aux nombreuses études historiques de nos galères et de nos bagnes portuaires.

C’était sans compter sur la recherche de Sylvain Rappaport qui, en historien du sensible, a su rendre à cette phase de la condamnation, galère ou bagne, sa dimension propre. Le travail rigoureux de recensement (nombre d’individus concernés, nombre de chaînes ayant traversé le territoire au cours des années, nombre des entrepreneurs ayant vécu du transport des condamnés, par exemple) ne se montre pas en tableaux d’une précision aussi tatillonne que sèche. Tout le processus fondamental de la recherche, dont le texte nous prouve l’incontestable existence, est distancié par une approche fine qui dit l’homme au-delà du condamné rivé à son collier de fer et à sa chaîne de métal: homme nu dépouillé de ses vêtements en même temps que de sa dignité, homme humilié qui cache son visage en traversant le pays de son enfance, homme épuisé par les longues journées de marche sous le soleil ou la pluie. Le corps souffre autant que l’esprit au long des routes de poussière, sous les coups, la faim et la fatigue extrême.

Et la foule vient voir passer les damnés dans cette étape de transition entre la vie et la peine. Mais cette épreuve est peine à elle seule. Et Sylvain Rappaport montre bien combien ce spectacle, qui fascine mais qui effraie les populations, est, au fond, l’avatar voulu et à peine voilé des supplices de jadis; il reste la démonstration de la force du pouvoir qui se saisit des corps: “on ne verse pas le sang, écrit-il, on tente de limiter les coups, mais le spectacle de corps épuisés, rompus, n’en demeure pas moins éclatant”. L’humanisation du transport, avec l’emploi de charrettes découvertes, “plus à même de véhiculer des tonneaux que des êtres humains”, nous dit-il encore, ne bouleverse pas pour autant la valeur profonde du châtiment. Car à cette lecture, nous comprenons que cette étape est bien châtiment à part entière.

L’homme puni, avec son collier de fer et la chaîne qui fait de lui un maillon dans la colonne en marche, n’appartient plus à la société. Appartient-il toujours au genre humain? Le public en doute qui insulte et crache, regarde mais tremble et fait preuve d’indignation, soudain, en voyant mêlés aux “infâmes” ceux condamnés en raison de leurs idées politiques, républicaines mais “subversives”: il faut épargner à ceux-là, même si l’on ne partage pas leurs opinions, le refoulement ultime au-delà des marges du monde.

Plus tard (1837), viendront les fourgons cellulaires qui rapprocheront “les bancs de la cour d’assise (de) ceux du bagne” sans pour autant ôter aux condamnés leur lot de souffrances physiques et morales. La chaîne au pied a cependant remplacé la chaîne au cou, dans un désir affirmé “d’humanisation”. L’étude s’achève sur cette porte ouverte vers une autre période de notre histoire des peines judiciaires.

Fortement marqué par la démarche générale d’Alain Corbin qui a su resituer l’homme dans ses recherches historiques, Syvain Rappaport nous rappelle les chants provocateurs des enchaînés, les corps épuisés, brinquebalés dans les charrettes par mesure d’indulgence, les pieds sanglants sur les routes, la rumeur précédant et suivant le long cortège, le fracas de son passage, dans lequel voix, cliquetis lourd des chaînes et pas des chevaux de l’escorte se fondent, et sur lequel flottent les pestilences de l’humaine condition en souffrance. Tout cela n’est pas anecdote ou voyeurisme facile mais une page d’histoire dans laquelle l’être humain, fut-il condamné, fut-il homme du passé, retrouve sa place et redonne toute sa profondeur à des questions récurrentes: qu’est-ce que la Justice ? Qu’est-ce qu’une peine ?

Cette composante de l’étude n’occulte pas pour autant les aspects administratifs de la question: qui sont les entrepreneurs acheminant les condamnés, quel est le regard de l’Eglise sur ce processus, quel est le poids du ministère de la Marine, détenteur des bagnes portuaires, dans cette question de Justice ? La chaîne est source de conflits mais aussi de profits. Suivre l’évolution de son histoire et de ses routes, c’est tracer une géographie fluctuante des compétences et des intérêts.

Un seul regret, peut-être, que l’on ose à peine formuler après avoir lu cet ouvrage sensible et magnifiquement documenté: pourquoi employer le terme anglo-saxon de convicts (oui, il figure dans nos dictionnaires ! Mais est-ce une raison ?!) à propos de ces hommes convaincus de crimes? Certes, sous la chaîne, ils n’étaient pas encore tout à fait des galériens ou des bagnards; ils étaient néanmoins des condamnés astreints au châtiment. Et la chaîne était un châtiment immense, nous ne pouvons plus en douter.

Une étude historique à lire comme elle a été écrite : avec passion.

Danielle Donet-Vincent

“Criminocorpus-info”, juillet 2006

Mentions légales

La diffusion électronique de ce compte-rendu à des fins non commerciales est permise sous réserve de signaler la source de diffusion (Criminocorpus-info,juillet 2006) et de créditer l’auteur (Danielle Donet-Vincent).
Pour toute autre reproduction, s’adresser préalablement aux responsables de la liste Criminocorpus-info.



Citer ce billet
Marc Renneville (2006, 19 juillet). Compte-rendu : S. Rappaport, La chaîne des forçats. 1792-1836. Criminocorpus. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nctz

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search