La Tour Armagnac d’Auch

Histoire de la tour.

Située sur la commune de Termes, la Tour d’Armagnac est le seul vestige de l’ancien château de Thibault de Termes, compagnon de Jeanne D’Arc et de Pierre Terrail de Bayard. Sa position stratégique, au confins occidentaux de l’actuel département du Gers sur une colline qui surplombe la vallée de l’Adour et la vallée de l’Arros, permettaient aux familles d’Armagnac de surveiller les frontière de l’Armagnac.

Construite à la toute fin du XIIIè siècle pour servir de prison, cette tour haute de 36 m symbolisait les attributions judiciaires de l’archevêque au Moyen-âge, située en avant poste, elle permettait également de surveiller au sud une éventuelle percée des troupes de Gaston Phébus, logées dans la forteresse de Montaner. Sous l’Ancien Régime, elle abrita les archives du chapitre de la cathédrale. La Tour redevint prison sous la Terreur afin d’emprisonner les condamnés et, plus tard, les opposants au coup d’Etat du 2 décembre 1851 et à l’instauration du Second Empire, proscrits en Algérie.

Architecture de la Tour.

Le donjon est composé de sept étages, chacun d’eux est composé d’une cellule, seule la plus haute est ouverte sur les quatre points cardinaux.
Il est de section carrée et ses murs sont d’une épaisseur de 2 m et d’une hauteur de 36m. Sur trois étages, des salles voûtées en berceau brisé sont percées par des fenêtres trilobées et géminées, et composées d’une cheminée. Les étages sont munis de latrines et sont desservis par un escalier circulaire en pierre et par un réseau de galeries de communication. Du logis il ne reste plus qu’un pan de mur qui prolonge l’une des faces du donjon. Un corps de bâtiments plus bas possède deux arcs murés.
L’austérité et la sévérité de la muraille font de la tour d’Armagnac l’un des plus beaux témoignages de l’architecture militaire de Gascogne.

Les actions patrimoniales.

Don d’André Boingnière à la commune dans les année 1960, afin que ce site puisse être connu du grand public, la Tour d’Armagnac bénéficie le 13 Avril 1962 d’un classement aux Monuments Historiques.
Depuis 1985, le donjon accueille le Musée du Panache Gascon qui a pour vocation de relater l’histoire de la culture régionale. Ce musée est composé de cinq salles d’exposition sur quatre étages, des scènes de la vie quotidienne au Moyen-âge ainsi que des scènes marquantes de l’histoire y sont relatées telles que le départ de Thibault et son frère pour rejoindre le roi de France, le passage des mousquetaires escortant Louis XVI pour son mariage avec l’Infante d’Espagne à Saint-Jean-de-Luz ou bien encore le Roi de Navarre, la reine Catherine de Médicis et la princesse Margot en visite dans un château à Auch où un bal est donné en leur honneur. Une autre salle est consacrée à l’agriculture locale (maïs, vigne…)


Tout au long de l’année, diverses activités et animations rythment la vie du site médiéval telles que des expositions, des concerts, des représentations théâtrales, des fêtes médiévales, etc…
Des ateliers pédagogiques sont proposés au plus jeunes comme la construction d’une motte castrale, telle qu’elles se faisaient au Moyen-âge.


Publié par Elodie MANOURY.


2 réponses

  1. Anonymous dit :

    Bonjour,
    vous avez confondu la tour d'Armagnac avec la Tour de Termes, toutes deux dans le Gers, la première, qui correspond à la seconde partie de votre commentaire, se trouve à Auch, la seconde se trouve à termes d'armagnac, à l'autre bout du département, et fait partie de la ligne des chateaux Gascons qui servait à séparer le royaume anglais du royaume français.
    La tour de Termes n'a pas été construite comme prison, c'est la Tour d'Armagnac qui l'a été.
    Ceci étant à titre d'information et surement pas pour être désagréable.
    Bonne journée.
    je me suis occupé, entre autre, de l'accueil des enfants, à la Tour de Termes sous le nom de "la fée martine"

  2. J-CV dit :

    Cet article sera donc remanié (JCV , l'un des administrateurs du Blog)