Le centre pénitentiaire de Château-Thierry : un avenir en sursis ?


Telle est la question qui se pose depuis juillet 2010 pour cet établissement ouvert en 1890. Il mérite que l’on s’intéresse à son cas notamment parce qu’il occupe une place particulière dans le paysage carcéral français. En effet, ce centre pénitenciaire est devenu une référence en matière de détention de détenus difficiles et atteints de troubles psychiques. Présentons maintenant quelques éléments relatifs à l’histoire de cette prison et à sa situation actuelle.

Un établissement pour l’incarcération de détenus difficiles



1850 : Construction de l’établissement pénitentiaire de Château-Thierry.
1890 : Mise en service
1950 : Après la réforme Amor, la prison devient un centre d’observation spécialisé dans la prise en charge des détenus psychopathes. Dès lors, elle a une vocation de structure relais sur la carte pénitentiaire destinée à soulager les établissements classiques des détenus difficiles.
1986 : qualification de l’établissement en « maison centrale sanitaire ».
1994 : Réforme sanitaire et sociale des détenus. L’établissement redevient un « centre pénitentiaire », la prise en charge des soins en milieu carcéral étant de la seule compétence du service public hospitalier.

Ces quelques éléments de chronologie sont issus d’un document produit en 2009 : « Surveillants pénitentiaires à Château-Thierry : compte rendu d’un mémoire sur les pratiques professionnelles » ici (Cahiers d’études pénitentiaires et criminologiques n°32, nov. 2009 par Ana-Maria Falconi) qui permet de mieux cerner le travail particuliers du personnel dans cette prison spécialisée.

A propos de la constitution de cet établissement : « Il est composé d’un quartier « centre de détention » (33 places) et d’un quartier « maison centrale » (101 places) ayant pour vocation d’accueillir des condamnés des personnes détenues au comportement inadapté en milieu carcéral, parfois en raison de troubles psychiques. » (www.annuaires.justice.gouv.fr)


Un risque de fermeture dans le contexte de la modernisation du parc immobilier pénitentiaire français


L’annonce de la fermeture de 23 établissements pénitentiaires faite en juillet 2010 par M. Alliot-Marie était accompagnée d’une « liste » d’autres lieux d’incarcération dont l’avenir demeurait incertain. La prison de Château-Thierry y figurait. Plus précisément, avec 3 autres établissements, elle devait faire l’objet d’une expertise supplémentaire (dans les trois mois suivants cette annonce); ceci devant permettre de statuer définitivement sur leur sort. Un reportage réalisé par France 3 témoigne de la vive réaction suscitée par ce risque de fermeture de la prison auprès de son personnel.
Cependant, rien ne semble avoir été décidé pour le moment (comme en témoignait encore le Projet de loi de finances pour 2011: Justice-administration pénitentiaire produit en novembre 2010).