La prison de Lure en Haute-Saône par Manon Pigné et Jean-Claude Vimont

Prison de Lure

Le ministre de la Justice, Michel Mercier, a revu à la baisse, le mois dernier, le nombre des fermetures de prisons vétustes annoncé en juillet dernier par Michèle Alliot-Marie. Selon un document transmis par la Chancellerie, le ministre a décidé la construction de 25 établissements, sept “extensions de capacité” et “le maintien et la rénovation de 15 établissements supplémentaires par rapport aux annonces de juillet 2010”. Initialement vouée à une fermeture définitive et après de nombreuses manifestations, la prison de Lure est ainsi maintenue.
Selon l’annuaire du ministère de la justice, la prison fut construite entre 1857 et 1860. L’établissement a pris diverses appellations : prison, centre de relégation, centre de tutelle pénale et enfin maison d’arrêt depuis 1981. Située au centre ville de Lure dans le quartier de la sous-préfecture, sa superficie est de 4 900 m². 
Cette maison d’arrêt est donc “sauvée” pour le moment mais, compte tenu de la capacité d’accueil limitée de cette structure, beaucoup espèrent, sur place, que celle-ci survivra au nouveau système pénitencier dans les prochaines années. Disposant d’une histoire carcérale riche, on peut être étonné de ne pouvoir en savoir plus sur l’histoire de cette prison, notamment du côté des Archives départementales qui ne semblent pas disposer de fonds ultérieurement à la fermeture (provisoire) de la maison d’arrêt en 1952.
Elle occupa pourtant une place notable au sein de la Réforme pénitentiaire initiée en 1945 par Paul Amor. Elle hébergea à partir de 1954 des récidivistes considérés comme “antisociaux”. C’était le second établissement consacré à ces prisonniers, le plus souvent des individus qui avaient posé des problèmes de comportement à l’administration pénitentiaire, après l’ouverture de la petite prison de Gannat dans l’Allier.
La petite maison d’arrêt occupait 4200 mètres carrés et avait une capacité de 50 places. Elle ferma en 1952 et deux années de travaux furent nécessaires pour en renforcer la sécurité. pourvue de dortoirs avec de larges fenêtres, de cellules individuelles, elle offrait toutes les garanties d’un établissement de Défense sociale, aux yeux du sous-directeur de l’Administration pénitentiaire Pierre Cannat. les premiers relégués arrivèrent en août 1954. Un relégué qui s’était échappé du centre de relèvement par le travail de Radepont dans l’Eure et avait été sanctionné d’une incarcération à Lure, ne s’en plaignait pas trop : “Ici, nous ne sommes pas mal à tous points de vue. La nourriture est autre que celle de Rouen (centre de triage et d’observation de relégués où on l’avait étiqueté “antisocial”) et l’ambiance n’est pas trop mauvaise. Il n’y a que le travail qui n’est pas trop mouvementé, car nous sommes toujours sur un banc avec une petite pince pour faire des fonds de bourriche et des paniers à salade.”
Sources :
http://www.ouest-france.fr
http://www.annuaires.justice.gouv.fr


1 réponse

  1. Bonjour,

    j'essaie vaille que vaille de trouver des infos concernant la Prison des Baumettes à marseille pour développer une page de mon blog : brunodesbaumetttes.overblog.com

    si vous avez des infos ou des liens… MERCI D'AVANCE