Les généraux et officiers du putsch d’Alger détenus à la maison d’arrêt de Tulle entre 1961 et 1968 par Lolita Delesque

Les détenus « célèbres » peuvent-ils aider à la patrimonialisation d’une prison ou d’une maison d’arrêt ?



Travaux de recherche de Pierre Calvas sur l’histoire de la maison d’arrêt de Tulle

Pierre Calvas est l’auteur de l’article « Les généraux de l’OAS à la prison de Tulle : réalités et rumeurs », cet article a été publié pour la première fois dans Histoire pénitentiaire, volume 3, Paris, Direction de l’Administration pénitentiaire, Collection Travaux & Documents, 2005, p. 28-53. A l’heure actuelle, cet article est disponible sur le site de criminocorpus.
Cet article met en lumière la présence des généraux de l’armée française, qui ont participé au putsch d’avril 1961, à la maison d’arrêt de Tulle. Une quinzaine d’officiers ont séjourné à Tulle, entre septembre 1961 et juin 1968. Des photographies clandestines de l’intérieur de la prison ont été prises par le colonel Charles de la Chapelle.
Pierre Calvas souligne dans son article que cette partie de l’histoire de France et d’Algérie n’a suscité que très peu d’intérêt de la part des historiens, et la mémoire n’a donc pas retenu grand-chose de cette période.
A l’heure actuelle, les sources limitées semblent appauvrir la culture pénitentiaire française. Les sources qui ont permis le travail de recherche de Pierre Calvas sont :
– le dossier de construction de la maison d’arrêt, 
– les talons de permis de visites du 11 août 1965 au 13 août 1968, 
– le fonds Borricand (correspondance avec les détenus, quelques coupures de presse …) 
Ce travail a permis de mettre en lumière l’histoire de,la maison d’arrêt de Tulle et ses détenus.

  

Maison d’Arrêt de Tulle
AD de la Corrèze, fonds La Montagne, 23Fi

Rappel 


« Le putsch des généraux » aussi appelé « putsch d’Alger » a eu en avril 1961, il s’agit d’une tentative de coup d’état. Quatre généraux français à la retraite (Maurice Challe, Edmond Jouhaud, Raoul Salan et André Zeller) basés à Alger ont fomenté ce coup d’Etat en réaction à la politique d’abandon de l’Algérie du général de Gaulle alors Président de la République et de son gouvernement. Cette tentative a échoué et les généraux, les commandants et autres partisans se font arrêter et ils sont rapatriés en France où ils sont jugés et emprisonnés pendant quelques années.

Les quatre généraux du putsch d’Alger : Maurice Challe, Edmond Jouhaud, Raoul Salan et André Zeller
Source : http://www.herodote.net/evenement-19610421.php

Informations sur les principaux acteurs du putsch


Edmond Jouhaud, né en Algérie française. Il a été chef de l’état-major de l’armée de l’air. Après l’échec du putsch en 1961, il est devenu chef de l’OAS en 1962. Il a été arrêté le 25 mars et condamné à mort le 13 avril 1962. Il a d’abord été détenu à la maison d’arrêt de Fresnes puis il a été transféré à la maison d’arrêt de Tulle. Cependant le général de Gaulle l’a gracié et il a été libéré de la prison de Tulle en décembre 1967.

Raoul Salan, général français. Il est devenu le chef du réseau terroriste de l’OAS en 1961. Après le putsch d’avril 1961, il est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité en novembre 1962. Il a d’abord été détenu à la maison d’arrêt de Fresnes puis il a été transféré à la maison d’arrêt de Tulle. Il a été amnistié en 1968, libéré de la prison de Tulle en juin 1968.
Maurice Challe, aviateur et général français. Quelques jours après l’échec du putsch d’Alger, il s’est rendu aux autorités. Il a été condamné le 31 mai 1961 à quinze ans de détention. Il a d’abord été détenu à la maison d’arrêt de la Santé puis à la maison centrale de Clairvaux pour finir à la maison d’arrêt de Tulle. Il a été libéré par anticipation en décembre 1966 et amnistié par de Gaulle en 1968.
André Zeller, général français. Après le putsch d’avril 1961, il a été condamné à 15 ans de détention. Il a d’abord été détenu à la maison d’arrêt de la Santé puis à la maison centrale de Clairvaux pour être finalement transféré à la maison d’arrêt de Tulle. Il a été libéré en 1966 et amnistié en 1968.
Pierre-Marie Bigot, ancien commandant de la région aérienne d’Alger et général. Il a été condamné à 15 ans de prison. Il a été écroué en août 1961, d’abord à la maison d’arrêt de la Santé, puis à la maison centrale de Clairvaux et enfin à la maison d’arrêt de Tulle. Il a été libéré de prison en décembre 1965.
Jacques Faure représentant des putschistes à Paris et général de division. Après l’échec du putsch, il est condamné à dix ans de prison. Il a d’abord été détenu à la maison d’arrêt de la Santé puis transféré à la maison d’arrêt de Tulle. Il a été libéré en avril 1966. 
Marie-Michel Gouraud commandant le corps d’armée de Constantine. Après l’échec du putsch d’avril 1961, il a été condamné à 7 ans de prison. Avant d’être transféré à la maison d’arrêt de Tulle, il était détenu à la maison d’arrêt de la Santé. Il a été libéré en avril 1965.
Jean-Louis Nicot major-général de l’armée de l’air. Il a été condamné à 12 ans de détention. Il a d’abord été détenu à la maison d’arrêt de la Santé, puis à la maison centrale de Clairvaux pour finir à la maison d’arrêt de Tulle. Il a été libéré en décembre 1965.
André-Louis Petit commandant militaire d’Alger. Après le putsch d’Alger, il a été condamné à cinq ans d’emprisonnement. Il a d’abord été détenu à la maison d’arrêt de la Santé, puis à la maison centrale de Clairvaux pour finir à la maison d’arrêt de Tulle. Il a été libéré en mai 1962.


Le transfert des généraux du putsch à la maison d’arrêt de Tulle


–          4 août 1961 :
·        Les généraux Zeller, Challe, Bigot, Petit et Nicot
·        Les lieutenants colonels  Lecomte, De la Chapelle et Masselot
·        Les chefs de bataillons Robin et Denoix de Saint-Marc.
–          21 mars 1962 :
·        Le Commandant Forhan
–          8 septembre 1962 :
·         Les généraux Faure et Gouraud
–          7 décembre 1962 :
·         Les généraux Jouhaud et Salan
          3 septembre 1963 :
·         Le colonel Sèze
–          4 mars 1964 :
·         Le commandant Gamelin
·         Le lieutenant de vaisseau Guillaume.


–> Ils sont tous libérés entre 1962 et 1968

                                 
Tableau reprenant les entrées et les sorties des Généraux du putsch d’Alger,

Source : Article de Pierre Calvas, Les généraux de l’OAS à la prison de Tulle : réalités et rumeurs 

Les généraux et les régimes spéciaux


Les généraux de l’OAS bénéficiaient d’un régime spécial quand ils étaient à la prison de Tulle. Ils faisaient partie des détenus de la catégorie A, c’est-à-dire « tous les détenus, prévenus ou condamnés, pour fait en relation avec des évènements d’Algérie ».

Les détenus de la catégorie A n’étaient pas astreints au travail, ils bénéficiaient d’une représentation auprès de la direction de l’établissement, ils pouvaient s’abonner à des quotidiens (sauf l’Humanité et Libération, proches du Parti Communiste), écouter de la musique. Ils bénéficiaient également de facilités de parloir qui permettaient de garder le lien avec les familles. La correspondance avec la famille mais également avec d’autres prisonniers, l’accès à la lecture ainsi que la possibilité de recevoir des colis de vivres sont des indices qui montrent que les conditions carcérales des détenus étaient plutôt favorables à la maison d’arrêt de Tulle.

Maison d’arrêt de Tulle
AD de la Corrèze, fond La Montagne, 23Fi

La patrimonialisation


Le patrimoine carcéral passe non seulement par le patrimoine bâti mais également par les personnages qui ont « vécu ». La maison d’arrêt de Tulle illustre très bien ce propos. 

Cependant tout comme pour le bâtiment, très peu d’informations sur la vie des détenus dans la maison d’arrêt de Tulle sont accessibles. 
Une véritable avancée « patrimoniale » sera faite quand tous les documents seront libres d’accès. Aujourd’hui avec la publication d’articles sur Criminocorpus, ainsi que sur ce blog, la patrimonialisation de la maison d’arrêt de Tulle est sur la bonne voie. 

Sources :