La prison Saint-Michel de Rennes par Clothilde Quiesse

La prison Saint-Michel se trouvait au numéro 7 de l’impasse Rallier jusqu’en 1902. Aujourd’hui l’impasse porte le nom de Rallier-du-Baty. Rallier du Baty fut maire de Rennes. Cette ancienne prison, qui n’existe plus aujourd’hui, se trouve au nord de la ville historique. La prison portait plusieurs noms : La Feillée, la Conciergerie et la prison Saint-Michel, du fait de sa présence près de la porte Saint-Michel, des anciens remparts de la ville, qui n’existent plus. Pendant la Révolution, la prison prit le nom de prison Marat.

Plan de Rennes en 1720 (détail de la prison)

La prison remplace vers 1450, l’ancien prieuré Saint-Michel. Elle servit de prison civile, et fut également prison militaire à partir de 1840, jusqu’à l’achèvement de la prison militaire de Saint-Hélier, elle fut transformée par la suite en magasin. Il est encore possible d’observer la cour intérieure de la prison, et également quelque pièces. La disposition actuelle de l’ensemble du bâtiment change peu par rapport à la description qui en a été faite en 1692, et le plan qui en a été dressé en 1724.

Plan de Rennes en 1720 (détail)

Plan de la prison Saint-Michel


Grâce au plan de Robelin de 1724, nous pouvons faire une description très détaillée du premier étage de l’ancienne prison Saint-Michel de Rennes et apporter également des précisions sur le rez de chaussée. 

Plan de Robelin de 1724. Archives départementales C 340.

Tour octogonale. ©Clothilde Quiesse
À gauche du porche actuel se situe une tour de forme octogonale, à l’intérieur de laquelle monte un escalier de pierres en colimaçon. C’était l’escalier principal. Au pied de cet escalier se trouvent deux portes. Cette tour s’élève sur trois étages. Ce qui est différent du reste des bâtiments, visibles depuis la cour intérieure, qui eux s’élèvent sur un étage et sur lesquels court un balcon (ou galerie).
Les détenus entraient par une porte qui donnait sur une première cour. Ils y étaient ferrés. C’est cette première vision qu’avaient les prisonniers quand ils entraient dans la prison. Après ils accédaient à une deuxième cour carrée qui est encore visible aujourd’hui, et dont nous venons de décrire les bâtiments. Dans cette cour est toujours observable un ancien puits. Elle était divisée en deux parties, une pour les femmes au sud et l’autre pour les hommes au nord. La prison était petite. L’air circulait mal. Elle était donc insalubre . La cour des femmes peut illustrer cet aspect. Sa petite taille ne permettait pas le renouvellement de l’air. Les épidémies étaient fréquentes.

Escalier en colimaçon. ©Clothilde Quiesse
La partie de la prison réservée aux femmes était du côté sud. Elles occupaient notamment le rez de chaussée des bâtiments de ce côté, jusqu’au XVIIIè siècle. Elles occupèrent par la suite deux autres pièces toujours au rez de chaussée. Ces salles furent destinées par la suite au corps de garde. Se trouvait également au rez de chaussée des cachots, des chambres de force, des latrines et un cellier. Sous le cellier il y avait une cave, où était entreposé le charbon. Dans la cour, se trouvait une porte par laquelle passaient les prisonniers pour descendre dans d’autres cachots. La descente dans ces cachots était considérée pour les détenues comme une peine disciplinaire. À l’intérieur des cachots ils y avait deux lits superposés à côté desquels se trouvaient des chaînes pour attacher les détenus. 

Puits. ©Clothilde Quiesse
La partie ouest de la prison était occupée par le logement du concierge et par deux salles de détentions appelées la Chambre dorée et la Chambre brillante ou Chambre du coin. Ces pièces communiquaient entre-elles. Cela permettait au concierge d’intervenir rapidement en cas de révolte des détenus.

Dans la partie nord de la prison il y avait deux chambres de détention : la chambre Carrée et la Chambre Lansquenet.
Du côté Est, se trouvait l’infirmerie pour les hommes, une infirmerie pour les femmes, et une lingerie.

Base de la tour octogonale. ©Clothilde Quiesse

Dans la partie sud se trouvait la chapelle, une porte permettait de rejoindre la chambre criminelle depuis la chapelle. C’est dans cette chambre criminelle qu’avaient lieu les interrogatoires et les dépositions, dans cette pièce les accusés étaient également soumis à la torture. Cette pièce fut détruite par l’incendie de 1720 et reconstruite en 1724 à la même place.
Il semblerait que des religieuses aient également occupé une petite pièce au sud-est de la prison, près de l’infirmerie des femmes. Une cloison leur permettait d’accéder et d’être en contact direct avec les détenues. Les religieuses portaient le nom de Filles de la Charité. En 1719, une demande fut faite pour l’installation d’un aumônier.

Les pièces de cette prison étaient recouvertes de bois. Le bois était très abîmé dans certaines parties de la prison, ce qui la rendait encore plus insalubre. La prison fut entièrement détruite lors d’un incendie survenu en 1720, qui toucha principalement le quartier Saint-Michel, mais elle fut reconstruite.

Les façades de la prison Saint-Michel sont encore visibles dans plusieurs cours qui se situent dans les rues avoisinant l’impasse Rallier-du-Baty.

Porche d’entrée actuel. ©Clothilde Quiesse
Porte de cachot. ©Clothilde Quiesse


Les prisonniers pour crime recevaient 15 livres de paille par semaine et 30 onces (ce qui équivaut à un seizième de livre) de pain tous les deux jours. Les prisonniers enfermés dans les basses-fosses avaient quant à eux 40 onces de pain. Ils recevaient également 3 sols tous les deux jours, qui leurs servaient pour des achats personnels et des achats de nourriture.
La messe devait être dite tous les jours dans la chapelle à 8 heures, en été, depuis Pâques jusqu’à la Toussaint, et à 9 heures en hiver, c’est-à-dire de la Toussaint jusqu’à Pâques. Il y avait des messes et des visites aux malades.
Le 2 août 1767, une demande est faite à l’intendant de Bretagne, pour qu’une somme de 50 livres soit distribuée aux prisonniers les plus pauvres, lors de leur sortie.

La prison Saint-Michel reçut dans ses geôles Guy Eder de la Fontenelle (1572-1602). Ce personnage fut un chef de guerre et un brigand breton. Il fut enfermé en 1600.

Les murs de l’ancienne prison abritent aujourd’hui un restaurant, un bar, une discothèque. 

Façades depuis la cour intérieure. ©Clothilde Quiesse
Sources

Archives municipales de Rennes, Série F, FF266
Banéat Paul, Le Vieux Rennes, Librairie Guénégaud, Rennes, 1983

2 réponses

  1. Très bon article. juste une petite erreur : le 1er plan présenté est un détail du plan Forestier (appelé aussi plan Robelin) qui date de 1726. Le 2ème plan est antérieur à 1720.

  2. Anonymous dit :

    tant et tant de souvenirs…Il faut signaler que dans les années 60, la prison Saint-Michel était la plus belle boîte de nuit d'Europe!