La prison de femmes de Rennes par Clothilde Quiesse

La première prison de femmes de France 

Que faire des femmes incarcérées ? Où vont les femmes incarcérées ?

C’est au cours du XIXè siècle qu’une réponse claire est apportée. Les femmes prisonnières ne semblaient guère susciter l’intérêt des autorités. Celle-ci se trouvaient dans des quartiers de femmes dans les prisons d’hommes, qui étaient des lieux peut adaptés pour les femmes, sans confort et sans hygiène. Cela était également valable pour les hommes. 

C’est vers les années 1860 qu’est pris la décision de construire une prison pour les femmes en France. Rennes est choisi et reçoit donc « une maison centrale de force et de correction » pour les femmes. Cette maison centrale est la première de ce type construite en France pour recevoir les femmes. 

L’architecte choisi pour la conception de cet établissement est Alfred-Nicolas Normand. Cet architecte s’est d’ailleurs illustré à de nombreuses reprises, notamment à Paris. Il est épaulé par l’architecte rennais, Charles Louis Langlois. 

Les travaux sont réalisés assez rapidement, ils débutent en 1863 et se terminent en 1869. Quand les travaux s’achèvent la prison est constituée d’une enceinte, des bâtiments pénitenciers et d’une chapelle. La prison est construite sur le plateau de Beaumont, qui se trouve à ce moment en pleine campagne, à côté de la ville de Rennes. Aujourd’hui, cet établissement est parfaitement intégré à la ville. La gare de Rennes se situe juste à côté, au sud du centre ville.
Jusqu’à 1911, c’est un bâtiment dirigé par la marine nationale. De 1941 à 1944, il est rattaché au ministère de l’intérieur puis au ministère de la justice.

©Clothilde Quiesse

La congrégation de religieuses

La maison centrale (et maison d’arrêt à partir de 1870) de Rennes : abrita des sœurs de la congrégation de Marie-Joseph, chargées de la surveillance des détenues au moins de 1856 à 1907. Anne Quinon était la supérieure générale des sœurs de Marie-Joseph du Dorat en Haute-Vienne. La maison mère des religieuses était située près de Limoges.

Le sœurs vivaient dans la prison (cela n’était pas obligatoire), tout en étant soumis à un traité qui réglait les conditions de l’administration des sœurs dans le service de surveillance. Ce traité contenait 9 articles et date d’aout 1850. Le nombre de religieuses est fixé à 20 y compris la mère supérieure et son assistante. Seul le mobilier est fourni par l’Etat, le reste est à leur compte. La prison fournissait 650 francs annuels pour les sœurs. En plus, les sœurs étaient payées 50 francs par jours. Les sœurs étaient appréciées par les détenues. Leur travail était satisfaisant, cependant elles n’accompagnaient pas les détenues sortantes jusqu’à la voiture qui devaient les ramener chez elles, ou chez l’un de leurs parents, ce qui était pourtant prévu dans le règlement du 2 mai 1841. Les détenues pouvaient, par manque de surveillance, retomber dans la prostitution dès leur sortie de prison.

À partir du 1 janvier 1907 apparaît alors une surveillance laïque. Ce projet de laïcisation est évoqué dès 1905, ce qui est sans doute lié à la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat. La maison centrale de Rennes prendra alors en charge le voyage de retour des religieuses qui s’élevait à 132,90 frs.

Un projet novateur et de grande envergure? 

La prison est conçue pour recevoir au minimum 900 femmes. Jusqu’en 1985, il y avait 400 à 450 femmes, aujourd’hui l’établissement compte 233 places en centre de détention, 54 places en maison d’arrêt, 4 place en semi-liberté, ainsi que 5 places en nurserie. 
Le domaine s’étend sur neuf hectares. Il comprenait à l’époque le centre pénitentiaire, une chapelle, aujourd’hui il détient également la direction régionale des services pénitentiaire de Rennes, ainsi que des logements pour le personnel. 
La prison se trouve au cœur d’un grand enclos de forme carré. Le bâtiment est de forme hexagonale. Le centre pénitentiaire de Rennes se démarque par sa forme particulière, qui lui confère une image moins dure. La prison donne l’impression dune ouverture vers l’extérieur. La présence des espaces verts complètent l’enclos sur tout le contour. Les espaces verts sont présents jusqu’au cœur du bâtiment où se trouve une fontaine et un jardin. Les matériaux utilisés pour la construction de la prison centrale de Rennes, sont la brique et la pierre blanche. De même dans une volonté d’unité, ces pierres assez claires, donnent également un côté plus agréable à cet endroit. La prison s’étire sur de longues et fines perspectives, qui commencent par de grandes arcades arrondies et ouvertes. Cela forme un chemin couvert qui s’ouvre sur la jardin intérieur, comme pour une abbaye et son cloître. Ces arcades se prolongent en hauteur sur 3 étages. Cela accentue le style architectural très fin de la prison de femmes. Cela peut être perçu comme une image douce, ou délicate, qui est associée aux femmes. Deux ailes supplémentaires viennent se rattacher directement au bâtiment, à sa droite et derrière.
La prison ne cesse d’évoluer au cours du siècle. Cette évolution va permettre une amélioration constante des conditions de vie des femmes. De 1954 à 1959, la prison subit des rénovations. Les détenues adultes sont transportées à Hagueneau et les jeunes filles sont quant à elles transportées à Doullens. 

La prison de femmes de Rennes contient :
– Un régime de centre de détention, s’est dans cette unité que sont incarcérées les femmes qui ont une peine de plus de 2 ans à perpétuité. 
– Un quartier de maison d’arrêt, où sont enfermées les femmes en cours d’instruction. Cette unité peut accueillir entre 20 et 25 personnes 
– Un quartier nurserie qui peut accueillir les mères et leurs enfants. 

Puis on procède à des travaux qui consistent principalement à apporter le chauffage, l’eau chaude, un gymnase, une médiathèque… 
La dernière innovation est la mise en place le 26 septembre 2003 par le ministère de la justice, de 3 appartements « UVF » : unité de visite familiale, sur le site de la prison centrale des femmes de Rennes.  Ce nouveau système est expérimenté pour la première foi à la maison centrale de Rennes. Y ont accès, une foi par trimestre pour une durée allant de 6 à 48 heures, et une foi par an pour une période allant jusqu’à 72 heures, les femmes qui ont des peines définitives, qui ne bénéficient pas de permission de sortie ou d’aménagement de peine. Afin de recevoir leur famille et leurs proches dans un lieu plus accueillant. Les appartements sont équipés d’une terrasse, d’un jardin, et sans doute pour faire oublier, ou faire diminuer le carde pénitencier pour quelques heures, les appartements sont entourés d’un grillage blanc. Cette mise à disposition, pour les femmes qui le désirent, de ces appartements est un système qui est bien accueillit par la communauté de détenues. 
Crédit photo : ©C.Nivet

Plan d’une UVF 

Ce projet d’UVF montre que la maison centrale continue son évolution. Ce système connaît un succès important, et il est d’ailleurs implanter dans plusieurs prison françaises. 
Les femmes sont également assez libres au sein de la prison. Elles peuvent pratiquer différentes activités, comme la lecture, et également travailler de 7h30 à 14h30. Certaines d’entre elles peuvent partir en permission une fois par trimestre. Cet ensemble d’éléments profitent aux détenues, aujourd’hui la maison centrale de Rennes, affiche un taux de réussite de réinsertion s’élever à 95%.
Cet établissement a su se moderniser en plus d’un siècle, son évolution est toujours constante. Ce système a prouvé qu’il était efficace, en permettant une meilleure réinsertion des femmes après leur passage dans la maison centrale. La prison de femmes de Rennes s’inscrit dans la longévité et la modernité.

Aujourd’hui il existe d’autre établissements pénitentiaires de femmes, notamment celui de Joux la ville, qui se trouve près d’Auxerre.
Sources :

www.justice.gouv.fr/actualite-du-ministere-10030/extension-des-unites-de-visite-familiale-uvf-12062.html 
CP Rennes: Plan d’une UVF

Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, série Y:1Y76
Photos trouvées à partir de Google Images
Article mis à jour le 5 mai 2012 à 14:33