Une prison royale à Tinchebray

 

Le musée de Tinchebray se situe dans l’ancienne prison royale (volonté de mettre les opposants du régime à l’écart). Elle fut construite entre 1611 et 1625 pour remplacer une prison plus ancienne alors inconnue. Elle fut surtout utilisée pendant la Révolution Française et avait la particularité de rassembler dans un même lieu la prison et le tribunal, évitant ainsi que les prisonniers ne sortent de l’enceinte pour recevoir leur jugement.

Ce musée, bien que dédié à l’histoire du sucre de betterave inventé par des jeunes de la région dont Jean-Baptiste Quéruel lors du régime de Napoléon Ier, fin 1811, accorde une place importante à l’histoire de cette prison.

En effet, plusieurs vestiges de cette période sont présentés en bon état. Tout d’abord, une part de la façade intérieure a gardée ses fenêtres, ses ouvertures et ses barreaux de fer.

À l’intérieur, seulement quatre cellules ont été sauvegardées sur l’ensemble de celles-ci. Deux se situent au rez-de-chaussée. Elles étaient séparées par une cloison de bois aujourd’hui disparue. On y trouve les latrines (une par cellule) dans un petit espace d’un m² fermé par une porte. Cette latrine est composée par une pierre percée d’où les excréments et l’urine se trouvaient déversés dans la rue.

Les deux autres cellules sont au premier étage. Elles ont des latrines, un plancher mais surtout une cheminée avec des barres croisées pour éviter que les prisonniers ne s’échappent par là. Les détenus pouvaient se faire apporter du bois pour se chauffer et de la nourriture. Ces cellules étaient réservées aux personnes riches. C’est derrière les portes de ces dernières que l’on peut observer des graffitis réalisés avec les dents que les prisonniers s’arrachaient.

Des cellules ont vu passé beaucoup de monde notamment le chef des chouans Michel dit Michelot Moulin ou encore l’abbé Dulaurent. Le nombre de prisonniers par cellule pouvait atteindre 15 personnes pour seulement un espace de 10 m². Pendant la Révolution Française il y eut jusqu’à 70 prisonniers à Tinchebray.

Entre le rez-de-chaussée et le premier étage se trouve la chapelle où l’office était célébré tous les jours. À ce moment, toutes les portes des cellules étaient ouvertes pour que les prisonniers puissent y assister.

Entre le rez-de-chaussée et le sous-sol, il était possible de pénétrer dans un cachot, appelé « basse fosse » sous la chapelle. Les prisonniers y étaient totalement dans le noir car il n’y avait aucunes fenêtres.

La partie Tribunal du bâtiment se situe au premier étage avec le bureau des juges et le tribunal (ou auditorium) en lui-même. Lors des travaux de restauration du bâtiment et de la salle du tribunal en elle-même, il y a été reconstitué un jugement avec la présence du juge, des magistrats, du prisonnier (jugement de personnes qui ne sont pas forcément emprisonnées) ainsi que des spectateurs.

Les personnes qui sont condamnés à mort étaient envoyées à Domfront (à 35 km de Tinchebray) pour y être pendus puis, à la suite de la Révolution, guillotinés.

C’est dehors qu’on à accès à la « cohue » ou la hall (hall dit des marchands de toile) en dessous de l’auditorium où la population se réunissait pour suivre le procès et « criait » la sentence.

Dans chaque prison, il y a un gardien. Ici, l’habitation du gardien se trouve au rez-de-chaussée. Elle est composée d’une pièce unique où il pouvait se chauffer, se laver, dormir, manger… Cette pièce représente l’habitation d’époque de la région. Dans cette pièce, se trouve la reconstitution d’un intérieur normand avec des meubles de la région.

Le musée présente, en plus de la prison et de l’histoire du sucre de betterave, divers objets fabriqués au siècle dernier témoignant ainsi du savoir faire riche dans le domaine du travail des métaux comme celui du fer ou encore de la broderie et de la coiffe qui connaissent un franc succès.

Le musée de Tinchebray est une ancienne prison royale qui a parfaitement réussie sa reconversion tout en sauvegardant la mémoire et le souvenir de son passé carcéral. Ce musée fut classé au titre des Monuments Historiques par arrêté du 13 décembre 1978.

webographie :

http://www.trivago.fr/tinchebray-35456/museeexpositiongalerie/prison-royale-1967205 (photos de Muriel123, consulté le 18 janvier 2012)

http://www.ciao.fr/Prison_royale_Tinchebray__2165116 (texte et photos de Chouchou1234, consulté le 18 janvier 2012)

http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/mersri_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD;_1=REF&VALUE;_1=PA00110959 (consulté le 30 janvier 2012)

http://www.tinchebray.fr/fr/information/25394/prison-royale (consulté le 18 janvier 2012)



Citer ce billet
Jean-Claude Vimont (2012, 31 mars). Une prison royale à Tinchebray. Criminocorpus. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd2b

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search