Saint-Hilaire. Colonie pénitentiaire (1830-1960)

A l’heure où la justice des mineurs se prépare à d’importantes réformes, Criminocorpus invite ses visiteurs à un retour dans le passé sur l’influence des réformes de l’administration pénitentiaire sur la vie quotidienne des colons, à travers l’exemple de Saint-Hilaire, dans la Vienne.

Avant d’être un complexe comprenant un golf 18 trous, un hôtel cottage et des locations de villas, le domaine de Saint-Hilaire fut en effet, pendant plus d’un siècle, un lieu de punition, d’observation et de redressement pour mineurs. Élise Yvorel propose d’en refaire un parcours en images, des années 1930 aux années 60, à partir des fonds iconographiques de l’ENPJJ.

Consulter l’exposition sur criminocorpus

Utilisez les commentaires ci-dessous pour

réagir à l’exposition et déposer vos éventuels témoignages


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. de saint fuscien dit :

    La prison de nos jours, moi, qui arpente chaque jour les coursives, qui subit les tensions, qui ouvre les portes, qui écoute, qui regarde, qui observe, qui entend.

    Alors, je dis oui à la réforme pénitentiaire, non pas comme les hauts dirigeants l’entendent, mais comme des agents qui aiment leur travail, qui sont au vif du sujet, qui veulent participer à l’évolution du régime pénitentiaire.

    Oui, il faut développer les perceptions sensorielles, rendre plus humaine la prison, la valoriser en faisant des choses simples : comme impliquer le ou la détenu(e)s dans son environnement , développer le regard sur l’extérieur sans laisser sur le bord du côté des détenu(e)s.Ils ont tous droit au même univers carcéral.
    Je dirais comme l’école.

    Il faut les intéresser et pour cela il faut faire appel à la discussion, créer des séances de thérapie de groupe, des conférences sur des sujets qu’ils auront choisi, animé par des agents qui vivent avec eux et non des agents extérieurs.

    Si nous voulons évoluer, il faut que nous évoluons dans le bon sens. Alors, oui reprendre certaines idées dans les temps passés et les adapter à notre époque. J’espère avoir une réponse, non pas comme la dernière fois.
    Merci, cordialement une adepte de votre site.