L’œuvre prolifique de Guillaume Gillet

Il faut souligner l’œuvre prolifique et diversifiée de Guillaume Gillet, auteur du centre de détention de Muret, qui est à l’initiative de nombreux édifices partout en France. Il se distingue dans le domaine religieux avec l’entreprise de quatre églises :
-1954-1959 : l’église Notre-Dame de Royan en Charente-Maritime. 
 
Notre –Dame de Royan, croquis de Guillaume Gillet-www.notre-dame-royan.com/ 

 
 
-1959-1965 : l’église Saint-Crépin de Soissons dans l’Aisne
 
 
Saint-Crépin de Soisson 
-http://soissons.envole.net/soissons_eglise_saint_crepin/
-1961-1966 : l’église Notre-Dame de la Solitude au Vieux-Condé dans le Nord
Puis
-1963-1966 : l’église Saint-Joseph-Travailleur et le centre paroissial d’Avignon dans le Vaucluse.
Saint-Jospeh Travailleur d’Avignon-Flickr.com
Durant une vingtaine d’années, Guillaume Gillet cumule les chantiers pour être avant tout un architecte dans le domaine officiel avec la réalisation du Pavillon lors de l’Exposition Universelle en 1956 à Bruxelles, et du Pavillon de Paris. Son œuvre dépasse le cadre international avec la création de la résidence diplomatique de France à Beyrouth en 1965.
Il participe en 1977 à une opération de rénovation des palais de justice en France, comme à Bordeaux sur la tour des Minimes.
Parmi ses réalisations, on compte des écoles et des lycées auxquels s’ajoute l’un de ses chefs d’œuvres : l’École nationale de la magistrature à Bordeaux pour le ministère de la Justice, réalisée en collaboration avec B. Cayla et P. Daurel.
 
Ecole nationale de la magistrature de Bordeaux
caissedesdepots.fr
Guillaume Gillet contribue également à la reconstruction urbaine sur l’ensemble de la France, puisqu’il aura en charge les chantiers de la place Gambetta et la passerelle surmontant le bassin du commerce au Havre ou encore de la reconstruction du quartier des Trois-Ponts à Roubaix. Des cinémas et des ensembles commerciaux font aussi partie de son carnet de commandes.
 Il s’adonne également à l’aménagement territorial notamment dans le sud comme à Porquerolles, à Saint-Roch ou au Cap Dramont, Saint-Raphaël et à Monaco.
La carrière professionnelle de Guillaume Gillet a été saluée à plusieurs reprises : il reçoit le titre d’architecte en chef des bâtiments français à Rome pour le ministère de la Culture et sera architecte en chef de la section française de l’Exposition universelle et internationale de Bruxelles en1958.[1]A cela s’ajoute, entre autres, la réception du Grand Prix de Rome en 1946,  la remise de la médaille de l’Architecture monumentale en 1966 et une nomination en tant qu’officier de la légion d’honneur.
CHRONOLOGIE :
-1963-1967 Centre de jeunes délinquants pour le ministère de la Justice, Bordeaux
Gradignan (Gironde).
-1964 Maison d’arrêt de Metz, Moselle, pour le ministère de la Justice.
-1965-1967 Maison centrale pour le ministère de la Justice, Muret (Haute-Garonne).
-1965-1968 Maison d’arrêt pour le ministère de la Justice, Albi (Tarn).
-1965-1968 Maison d’arrêt pour le ministère de la Justice, Saint-Étienne (Loire).
-1965-1969 Maison d’arrêt des hommes, maison d’arrêt des femmes, maison d’arrêt des jeunes et complexe de 85 logements pour le ministère de la Justice, Fleury-Mérogis (Essonne).
– 1969-1970 Prison pour le ministère de la Justice, Fresnes (Val-de-Marne).
– 1973 Maison d’arrêt de Nantes pour le ministère de la Justice.
– 1987 Extension de la maison d’arrêt des femmes, Fleury-Mérogis, avec François
Dubuisson.
Référence :
Dion (Mathilde). Notices biographiques d’architectes français,Paris : Ifa/Archives d’architecture du XXe siècle, 1991. 2 vol.(rapport dactyl. pour la dir. du Patrimoine).

http://www.paca.culture.gouv.fr/dossiers/xxeme/f14.htm

http://archipostcard.blogspot.com/2009/09/presque-tout-guillaume-gillet.html


[1]Dion (Mathilde). Notices biographiques d’architectes français,Paris : Ifa/Archives d’architecture du XXe siècle, 1991. 2 vol.(rapport dactyl. pour la dir. du Patrimoine), p.4.