La Tour de la Lanterne à La Rochelle par Maxime Morlaine

Le front de mer de la Rochelle comporte de nombreuses fortifications, parmi lesquelles figurent trois tours de défense : la tour Saint-Nicolas, la tour de la Chaîne et la tour de la Lanterne. Cette dernière est probablement la plus atypique, aux vues de son architecture et de son histoire.

Photo de la Tour de la Lanterne (source : http://coins-du-monde.over-blog.com)

Un édifice à l’architecture originale 

La tour de la Lanterne est un ouvrage complexe à l’architecture particulière. D’une hauteur d’environ 55 mètres, elle est constituée de deux parties bien distinctes. Sa base est un cylindre d’une vingtaine de mètres de haut et de quinze mètres de diamètre. Il est surplombé d’une flèche octogonale de style gothique qui mesure plus de trente mètres et dont quatre des huit pans sont percés de fenêtres trilobées de style flamboyant. 
Cette tour est plus récente que celles qui sont postées à l’entrée du Vieux Port, aussi est-on mieux documenté en ce qui la concerne. Vestige des fortifications de la ville, on sait d’après Claude Masse, ingénieur-géographe de Louis XIV, que sa construction débuta en 1445. 
Au XIIIe siècle, une tour existait déjà à cet emplacement, mais elle fut incorporée par « chemisage » au nouvel édifice dont l’objectif était de fermer l’angle Sud-Ouest de l’enceinte médiévale fortifiée.
Les travaux de transformation s’étalèrent ainsi sur une période de près de 23 ans, pour s’achever en 1468, grâce au soutien financier du maire de l’époque : Jean Mérichon, également conseiller du roi Louis XI.
Malgré la destruction de l’ancien rempart de la Rochelle, au début du XVIIe siècle, la tour de la Lanterne fut conservée, puis réintégrée au sein de la nouvelle enceinte bâtie vers 1689. En 1841 quelques travaux y furent entrepris, dont la mise en place des étages à l’intérieur de la flèche.


De 1900 à 1914, elle fit l’objet d’un important chantier de restauration, confié aux architectes Juste Lisch et Albert Ballu, qui lui redonna son aspect médiéval. Sa couronne de créneaux fut rétablie et sa lanterne de pierre disparu pour laisser place au lanternon néogothique. A l’intérieur de la flèche, le cloisonnement et les planchers intermédiaires, témoins de l’aménagement en prison, furent également conservés.
Plusieurs salles superposées, tant dans la base cylindrique que dans la flèche gothique, composent l’intérieur de la tour :
La salle basse du rez-de-chaussée, dite « salle Plantagenêt », indépendante du reste du monument, possède de grandes archères et une voûte d’ogives à sept branches de style Plantagenêt (début du XIIIe siècle), ce qui confirme la réutilisation de la première tour de 1209. 
Les deux salles du premier étage, accessibles par le chemin de ronde du rempart maritime. La première, dite « salle des Gardes », ouvre sur une petite pièce dotée d’une croisée d’ogives avec une clé de voûte aux armes de l’ancien maire Mérichon. La seconde, baptisée « salle du désarmeur des nefs » comporte un escalier en colimaçon, aménagé à l’intérieur du mur, par lequel on monte au deuxième étage, à la « salle des Quatre-Sergents ».

Le troisième étage, appelé « salle des graffitis » correspond à l’ancienne grande salle de la tour. Au-dessus, on accède au chemin de ronde et à l’escalier qui dessert les salles de la flèche dont la plus haute pièce de l’édifice : la « salle de l’Amer ».
Malgré son aspect imposant, la flèche n’eut jamais un caractère défensif. Il s’agit d’un monument décoratif qui servit de repère à la navigation. Elle a donc bénéficié d’une décoration soignée, comme en témoigne les hautes fenêtres et les arêtes ponctuées de crochets, sculptés aux motifs floraux.


Une « tour-prison » aux multiples noms 

Du Moyen age jusqu’à son classement à la fin du XIXe, la tour de la Lanterne fut le centre de nombreux événements marquants qui lui ont conféré de multiples appellations. 
En effet, la tour de la Lanterne ne fut pas toujours nommée ainsi. Située à l’origine au bord de l’eau, elle servait au XIIIe siècle à protéger l’accès au port primitif de la Rochelle. Une ordonnance du corps de la ville, datant de 1209, mentionne l’existence d’une « tour de la Chaîne » – sans rapport avec celle qui porte actuellement ce nom – barrant l’entrée du port par le biais d’une chaîne pour obliger tous les vaisseaux à désarmer avant d’entrer dans la ville. 
Par la suite – ce même dispositif ayant été installée sur l’actuelle tour de la Chaîne – la tour de la Lanterne fut renommée « tour du Garrot » du fait de l’ajout d’un énorme cabestan destiné au désarmement des vaisseaux. Ces derniers venaient désormais y déposer leurs armes et leurs munitions et l’appareil de levage, installé dans la tour, « garrottait » les canons pour les soustraire aux bateaux qui pouvaient ainsi entrer dans le port sans risque pour la cité. Le capitaine de la tour, chargé du contrôle de l’opération, prit alors le nom de « désarmeur des nefs ».
Mais la tour servait également de repère pour la navigation en faisant office de phare, grâce à l’adjonction d’une lanterne construite à côté de la flèche. La nuit, le désarmeur des nefs était chargé d’y entretenir la lumière d’un gros cierge dans la tourelle vitrée, d’où la dénomination de « tour de la Lanterne ». Rabelais en fit allusion dans son roman Pantagruel : « Sus l’instant entrasmes au port de Lanternois. Là sus une haute tour recongnut Pantagruel la lanterne de La Rochelle, laquelle nous fit bonne clarté ».



Durant la guerre de Cent Ans, la tour se retrouva à nouveau au centre du dispositif de défense de la cité. La Rochelle étant sous domination britannique, la garnison était essentiellement composée de soldats anglais d’où le nom de « tour des Anglais ».
Il faut attendre les guerres de religion pour que débute sa vocation carcérale. En 1568, les protestants sont maîtres de la région. Les catholiques fuient la ville mais treize prêtres sont arrêtés et enfermés dans la tour. Ils y sont égorgés et leurs corps précipités dans la mer. La tour prit alors le surnom de « tour des Prêtres ».
Au XVIIe, la tour fut surtout le lieu de détention des minorités religieuses. En 1628, le Grand Siège et la prise de La Rochelle par Richelieu donnèrent lieu à la condamnation à mort de plusieurs gentilshommes protestants du Poitou. Enfermés dans la tour, comme de nombreux marins anglais capturés, ils furent décapités et leurs têtes exposées sur l’édifice. Sous Louis XIV, les dragonnades de 1681 et 1685 amenèrent de nombreux protestants poitevins à y être incarcérés dans d’affreuses conditions.
Au XVIIIe, la lutte sur les mers entraina l’arrivée massive de corsaires anglais, écossais, irlandais, hollandais et espagnols dans la tour. Certains d’entre eux furent condamnés à mort et pendus dans la plus haute salle. La Révolution y entassa également les prisonniers des guerres de Vendée, venus chercher refuge à La Rochelle en 1793 après leur insurrection.
Désignée comme prison militaire en 1820, on y créa de nouveaux étages intermédiaires dans la flèche pour entasser encore plus de détenus, notamment des soldats français indisciplinés ou accusés de mutinerie. Les plus célèbres d’entre eux furent probablement les quatre sergents de la « Conspiration de La Rochelle » ou « des Carbonari », qu’elle aurait accueilli en 1822, avant leur exécution à Paris.

De ce célèbre événement, la tour obtint son dernier surnom de « tour des Quatre Sergents ». A la fin du XIXe, elle se vida peu à peu de ces derniers prisonniers militaires et fut classée au titre des Monuments Historiques. 
La tour de la Lanterne abrite aujourd’hui une collection remarquable de plus de 600 graffitis, témoins de sa fonction carcérale. Les prisonniers (politiques, religieux, « droit commun », marins, corsaires, pirates, soldats…) y ont laissé de nombreux souvenirs de leur passage sous forme de gravures exécutées à même la pierre, généralement avec un clou de sabot. Le musée, installé dans la tour, permet de se rendre compte de l’importance de ces témoignages historiques.


Classée au titre des Monuments Historiques depuis 1879, la tour de la Lanterne reste le plus ancien phare de France et le dernier d’époque médiévale à être conservé le long de la côte atlantique.
Sources :