Le bagne de Rochefort par Maxime Morlaine

Le bagne de Rochefort, ouvert en 1767, fonctionna jusqu’en 1852. A sa fermeture, son existence fut cependant rayée de la mémoire collective. Ce lieu de misère, dont il ne reste aujourd’hui plus aucune trace à cause notamment d’un incendie en 1888 et des destructions de 1944, a pourtant rythmé la vie de cette ville de Charente-Maritime pendant près d’un siècle.

De ce fait, lorsqu’on évoque l’époque des bagnes en France, c’est avant tout celui de Cayenne qui attire l’attention. Or, qui sait qu’en réalité Rochefort était encore plus dur que l’établissement de Guyane ? Que les milliers d’hommes venus purger leurs peines entre ces murs y vivaient un véritable enfer, travaillant comme des esclaves, vivant comme des bêtes et mourant dans l’indifférence générale ?
Heureusement, depuis quelques années certaines personnes, parmi lesquelles André-Roger Voisin, historien et retraité de l’enseignement, se sont penchées sur l’histoire de ce bagne. De leurs études sur ce lieu mal connu, situé pourtant en plein cœur de la ville, se dégage une atmosphère sombre et angoissante, qui fait apparaître un modèle carcéral inhumain où les conditions d’hygiène et de travail étaient terribles.
Grâce à ces travaux et aux quelques témoignages d’époque, on peut aujourd’hui retracer l’histoire de ce bagne et le quotidien des détenus de Rochefort.

Historique 

C’est au début du mois de mai 1766 que la Cour décida d’établir un bagne à Rochefort pour soulager ceux de Brest, de Toulon et de Marseille devenus insuffisants. Le choix du lieu devant accueillir l’établissement se porta sur la dépendance d’un magasin général, un entrepôt placé sous le contrôle de l’Etat. Ce hangar aux futailles (= tonneaux), utilisé jusqu’ici par la tonnellerie, fut totalement réaménagé sur ordre du commissaire de la Marine de Brest, Jean François Testanière, envoyé pour superviser les travaux qui s’achevèrent en septembre 1766.
La première chaîne arriva de Guyenne le 9 octobre et le 21 un convoi de 400 forçats venus de Brest porta à 528 le nombre de prisonniers avec lesquels débuta le nouveau bagne. Le 5 janvier 1767, un arrêt du Conseil d’Etat donna à l’Intendant les pouvoirs de justice nécessaires pour gérer cet établissement.
Situé près de la Corderie Royale, le bagne accompagna également dès ses débuts l’essor de l’Arsenal maritime. Le travail des forçats s’avéra très précieux dans ce port, où le travail ne manquait pas. Ils remplacèrent entre autres, pour le halage des navires à la cordelle, les corvées qu’on ne recrutait plus que difficilement.


Ces installations ne devaient être que provisoires mais elles perdurèrent aussi longtemps que le bagne lui-même. Au début de 1822, un magasin-atelier de voilerie fut même établi dans une des salles du bagne.
Plus tard, la caserne Martrou, évacuée par le régiment d’artillerie, fut aménagée pour devenir une annexe du bagne qui accueillait alors 1 400 forçats. Mais l’inconvénient d’un pareil établissement en pleine ville ne tarda pas à se faire sentir et il fut supprimé dès 1829.
Sous la Monarchie de Juillet, suite à la circulaire du 4 janvier 1830, Rochefort, qui hébergeait toute sorte de criminels, ne reçut plus que des détenus condamnés à plus de dix ans, provenant de 22 départements « environnant » parmi lesquels la Charente, la Dordogne, la Gironde, les Landes, les Pyrénées orientales …
Plus petit que les deux autres bagnes en fonctionnement, Toulon et Brest, il accueillait tout de même 1 110 Hommes en 1831.
M. Moreau Christophe, inspecteur général des prisons de la Seine au début du XIXe décrivait alors les lieux en ces termes : « La cour du bagne présente un carré long qui doit avoir à peu près trois cents pieds dans un sens, et cinquante dans l’autre. À la droite est le bâtiment du bagne qui forme, dans toute sa longueur, quatre salles égales pouvant servir au logement d’environ deux mille forçats ».
L’établissement ferma ses portes en 1852 et fut complètement évacué au mois de juin, au grand regret de tous les services de l’Arsenal qui perdaient ainsi une main-d’œuvre abondante et peu coûteuse.

La vie au bagne 

Le Code Pénal de 1810 ne décrivait que sommairement le sort des condamnés au bagne par le biais de l’article 15 : « Les hommes condamnés aux travaux forcés seront employés aux travaux les plus pénibles ; ils traîneront un boulet à leurs pieds, ou seront attachés deux par deux avec une chaîne, lorsque la nature du travail auquel ils seront employés le permettra ».
À leur arrivée au bagne, les condamnés, hormis quelques privilégiés, étaient donc ferrés. M. Moreau Christophe décrivit également ce passage obligé de la vie des bagnards : « On place à la partie inférieure de la jambe, une manille. C’est une pièce de fer parabolique, du poids de deux à trois livres, et percée à chaque bout d’un trou dans lequel on met un fort boulon, qui est arrêté lui-même par une clef de fer rivée à froid. Ensuite, les forçats sont attachés par couple, au moyen d’une chaîne adaptée à leur manille. […] Le poids de la manille et de la chaîne est de douze livres à peu près. On appelle cette chaîne guirlande, parce que, remontant du pied à la ceinture où elle est fixée, elle retombe en décrivant un demi-cercle, dont l’autre extrémité est rattachée à la ceinture du camarade de chaîne. »

A partir de ce moment, les journées des bagnards étaient extrêmement codifiées comme le révéla avec beaucoup de précision Benjamin Appert, un jeune philanthrope passionné par cet univers et auteur en 1836 de Bagnes, prisons et criminels : « Le mouvement journalier de la chiourme est ainsi réglé au bagne de Rochefort : Au coup de canon de diane, on commence à déferrer la fatigue, et ensuite les consignés. Au son de la cloche de l’embauchée, la chiourme sort des salles ; la visite des fers et la fouille se font avec attention, et la chiourme est envoyée sur les travaux. Le premier mars, la chiourme rentre dans les salles à onze heures et demie. Chaque homme reçoit sa ration de vivres. À une heure un quart, la chiourme sort des salles et est envoyée sur les travaux ; elle rentre toujours une demi-heure avant la débauchée des ouvriers. Chaque homme reçoit à la rentrée du soir quarante-huit centilitres de vin (la ration sans travail ne comporte pas de vin). Du premier avril au premier novembre, la chiourme sort des salles à une heure trois quarts après midi ; du premier novembre au 31 mars, elle sort à sept heures un quart et rentre à trois heures du soir ; toujours une demi-heure avant la débauchée des ouvriers. Comme il n’y a qu’une séance jusqu’au 31 mars, ils reçoivent leur ration complète à la fois. La rentrée totale de la chiourme est annoncée par le son de la cloche ; alors chaque sous-adjudant de garde fait compter les hommes de sa salle : cette mesure est nécessaire et se fait à la rentrée du matin comme à celui du soir. Au coup de canon de retraite, l’appel nominal se fait dans les salles : une heure après, les sous-adjudants, chacun dans sa salle, donnent un coup de sifflet pour annoncer le silence qui a lieu peu de temps après, et qui dure jusqu’au lendemain ».
Les bagnards étaient le plus souvent employés pour hâler les navires dans l’estuaire de la Charente ou bien travaillaient dans l’Arsenal maritime, en fonction de leurs compétences professionnelles. Des travaux harassants qui, ajoutés aux mauvais traitements des gardiens et aux conditions d’hygiène désastreuses (Rochefort était entouré de marécages), entraînèrent des taux de mortalité parmi les plus élevés du pays.
Cette situation sanitaire désastreuse choqua le docteur Louis René Villermé qui consacra un article des Annales d’hygiène publique et de médecine légale , parue en 1831, à la mortalité au bagne de Rochefort. Ses statistiques faisaient froid dans le dos ; de 1767 à 1802, un prisonnier sur quatre en moyenne y décédait chaque année. Ce taux diminua entre 1803 et 1827 pour arriver à un sur douze mais il restait encore très élevé pour l’époque.
Cette mortalité faisait cependant le « bonheur » de l’école de médecine navale, qui jouxtait l’établissement. La phrénologie était en effet expérimentée à Rochefort. Les médecins adeptes de cette discipline utilisaient ainsi les corps des bagnards pour mener à bien leurs expériences et former leurs élèves.
Aujourd’hui, une collection de crânes de détenus, décédés durant leur emprisonnement, étiquetés selon leur condamnation, est présentée au Musée d’histoire de la marine de Rochefort. Il s’agit là malheureusement de l’unique témoignage laissé par ce bagne et ses hommes au destin tragique.


Sources
Archives de l’arrondissement maritime de Rochefort – Série O
“Le bagne de Rochefort”, André-Roger VOISIN
“De l’état actuel des prisons en France”, L.-M. MOREAU CHRISTOPHE
Article de Jean-Claude Vimont, “Phrénologie à Rochefort, L’école de médecine navale et le bagne”


1 réponse

  1. Anonymous dit :

    C'est une tâche indélébile sur notre histoire que ces différents bagnes au pays des droits de l'homme et à la sortie du siècle des lumières. Nous devons en parler et reconnaitre et surtout accepter nos errements passés …..