La prison de Maubeuge

Prison de Maubeuge
 Le 24 juin 2010, la prison de Maubeuge a fêté ses 20 ans. Ouvert depuis le 9 Juillet 1990, le centre pénitencier de Maubeuge est  l’un des établissements français qui fonctionne sur le mode de « gestion déléguée ».

Cette « auto-gestion » s’illustre par la pose de bracelets électroniques. Pour éviter l’enfermement et pour désengorger la prison. Le placement sous surveillance électronique paraît être une alternative privilégiée.

En effet, dans les différents arrondissements qui entourent la prison, près de soixante-dix personnes purgent leur peine avec un bracelet électronique à la cheville.  Ce placement sous surveillance électronique est aussi très intéressant d’un point de vue économique. Selon l’Observatoire International des Prisons (OIP) le coût d’une journée de détention en centre pénitentiaire est estimé à 84 euros, face à 12 euros par jour sous placement électronique. Autre aspect intéressant de ce système de surveillance à distance, la vie « ordinaire » peut continuer pour les détenus, surtout pour les détenues. Dans un récent article paru dans la voix du Nord, le journaliste Matthieu Bouton a passé du temps avec Louise (le prénom a été changé), une ancienne consommatrice d’héroïne condamnée en avril 2012 qui a purgé sa peine dans le centre pénitencier de Maubeuge. Pour elle, l’incarcération n’était pas envisageable, elle n’aurait pas pu supporter cela psychologiquement. Ainsi quand elle a entendu parler de ce système, elle a tout de suite choisi cette alternative qui lui permet de pouvoir élever son jeune enfant et de conserver une vie sociale. Sa famille peut lui rendre visite avec des horaires limités mais ils ne sont pas obligés de passer par le parloir. Louise peut aussi maintenir une activité professionnelle ; elle doit cependant respecter scrupuleusement  les horaires qu’impose sa peine et ne pas commettre d’infractions à celle-ci. Si un manquement aux horaires est détecté, elle risque un séjour immédiat derrière les barreaux, sa plus grande peur actuellement.
Le bracelet électronique alerte un boîtier téléphonique installé dans chaque maison en cas d’infraction. Les agents centralisateurs de Lille contactent alors le prévenu. Si ce dernier ne répond pas, l’agent pénitentiaire prévient le procureur et la gendarmerie. Si l’on découvre que le détenu a arraché son bracelet, celui-ci est aussitôt condamné pour évasion.
Néanmoins, cette peine alternative n’est pas une solution miracle. C’est le constat fait par Pascal Carlier, juge d’application des Peines dans la Région Nord, pour lui « les détenus en fin de peine calculent entre sortir 4 ou 6 mois avant avec un bracelet ou rester en prison en attendant les 2 à 3 mois de réduction de peine ». Parfois certains détenus refusent tout simplement de mettre un bracelet.


Outre, le port du bracelet électronique, la prison de Maubeuge est connue pour mettre en avant la culture et l’art. Bien qu’une prison reste une prison, la culture a pu percer les épais murs de ce centre pénitencier grâce à un atelier d’arts plastiques. Dans cet atelier, les détenus font tout : découpage, collage, peinture, fusain et crayon gris avec une ligne directrice : « Le sujet n’a pas d’importance. Ce n’est qu’un prétexte. La liberté se trouve dans les dessins ».
Autre manifestation mettant en avant la culture, au printemps 2009, onze détenues ont participé à un projet culturel dont l’objectif était de « découvrir » ou pour certaines redécouvrir  un patrimoine humain et économique. Durant quelques mois, elles ont été confrontées à des métiers disparus. Ainsi, seulement cinq d’entre elles se sont essayées aux techniques de filage de laine, soufflage de verre et tournage de bois et fer forgé.  Cette manifestation leur a permis de s’exprimer une nouvelle fois en-dehors des murs de la prison.
La prison de Maubeuge se veut novatrice dans sa façon de concevoir l’emprisonnement. Le directeur veut que l’accompagnement humain soit la clé de la réinsertion des détenus dans le « monde réel »

Article réalisé par Cindy Vautier et Philippe Lecompte