La prison de Quiévrechain

Prison de Quiévrechain
Une innovation majeure a fait son apparition dans la détention des mineurs dans les établissements pénitentiaires de la région Nord grâce à la création des premiers établissements pénitenciers pour mineurs (EPM). La création des ces institutions est liée à la loi d’orientation et de programmation de la justice votée  le 9 septembre 2002 à Paris. Celle-ci se veut novatrice, elle est créée pour aider les jeunes délinquants à s’insérer ou se réinsérer beaucoup plus facilement dans la vie active pots-incarcération. De plus, ces lieux permettent d’offrir aux jeunes un cadre plus adapté à leur âge et leurs attentes de vie ainsi leur adaptation est plus facile que dans un établissement dit « classique ».


L’établissement de Quiévrechain à Vanneaux, ville proche de Valenciennes est l’un des premiers EPM à être construit en France en début d’année 2007.


Il est constitué de trois espaces :
     – l’extérieur du bâtiment
     – l’intérieur du bâtiment hors détention et,
     – l’intérieur de l’enceinte en détention.

A l’extérieur du bâtiment se trouve l’entrée principale et le parking d’une capacité de stationnement de 60 places, le nombre de visites extérieures est ainsi limité. A l’intérieur de l’enceinte hors détention se trouve la cour d’honneur où se situe le parloir qui donne sur un jardin, les locaux du personnel, sans oublier l’administration de l’établissement. L’intérieur de l’enceinte en détention est composé de nombreuses zones sécurisées au centre desquelles se trouve le terrain de sport. On est loin de l’architecture caractéristique des établissements pénitenciers pour adultes.
L’EPM  de Quiévrechain a une capacité d’hébergement de 60 places pour ses détenus âgés de 13 à 18 ans. Ils sont répartis dans 7 unités d’hébergement réalisées comme des petites maisons avec des accès individuels et possédant leur propre cour qu’une grille doublée d’une haie cache des autres cours. Les maisons sont disposées de telle sorte qu’il n’y a aucun vis à vis entre elles.
Ces 7 unités sont elles-mêmes divisées en sous-unités : 5 unités pour les garçons, 1 unité pour les filles et la dernière unité pour les nouveaux arrivants.
Les cellules sont quant à elles individuelles et mesurent 10 mètres² avec douche et toilettes. Leur présence démontre que cet établissement reste un univers carcéral.


Le cadre semble moins «  difficile » qu’un quartier pour mineurs. De surcroît, le but d’un établissement pour mineurs est de rééduquer les enfants difficiles « à vivre en société » dans un milieu clos, même si cela paraît contradictoire selon les dires des responsables et des délinquants eux-mêmes.
Cette méthode se révèle efficace comme on peut s’en apercevoir dans un article tiré du quotidien La Croix, leur journaliste est allé interroger les mineurs qui confirment les propos du directeur :   Mickaël déjà incarcéré 10 fois : « On fait plus de choses. » Karim surenchérit : «  On ressort avec un projet, ça nous aide à nous insérer ». En effet, les délinquants se voient proposer différentes activités réparties toute au long de leur journée : football, handball, volley-ball mais aussi des cours d’enseignements généraux et techniques.
Cependant, l ‘EPM ne fait pas des miracles et beaucoup de mineurs restent pour de courtes durées dans l’établissement ainsi ils ne peuvent s’adapter à la rigueur des lieux. Durant cette période, ils sont totalement coupés de leurs vies de famille. Ce qui n’est pas au goût de plusieurs syndicats (CGT de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), SNES-FSU…) Ils trouvent que ces établissements sont un coût important au Budget de l’état selon la CGT de la PJJ, la construction des structures s’élève à 90 millions d’euros aux détriments selon eux,  de la prévention et du travail de réinsertion dans un milieu ouvert. Ils regrettent aussi, l’éloignement du cercle familial.
Les EPM ne sont pas populaires, pourtant à travers cette prison, notre société donne aux jeunes détenus une réelle chance de réintégrer une vraie vie en collectivité. 



Article réalisé par Cindy Vautier et Philippe Lecompte