La prison Juliette Dodu à La Réunion : fermeture de la « honte de la République » par Cyril Chatelain

La prison de Saint-Denis est demeurée à son emplacement d’origine depuis sa fondation en 1718. La prison proprement dite occupait l’espace à l’angle des rues Juliette Dodu et Labourdonnais de Saint Denis formant une enceinte où se côtoyaient les tribunaux, le greffe, la maison de police ainsi que la prison civile.

Vue de la prison Juliette Dodu depuis un mirador


Plan de la prison civile, du greffe et de la maison de police de Saint Denis

L’usure du bâtiment liée aux conditions climatiques intenses impose le 8 juillet 1771 une ordonnance du gouverneur de Bellecombe et Sir Honoré de Crémont, chargeant Maître Notaise de procéder à la translation temporaire du bloc de Saint-Denis dans la place d’artillerie. A ce moment, une incertitude demeure toujours, a t’on construit une nouvelle prison ou a-t-on largement rénové l’ancien bâtiment ? Toujours est-il que la date de retour des détenus dans cette nouvelle enceinte est inconnue. La prison s’est agrandie au fil du temps et des arrêtés dirigeaient vers elle des catégories nouvelles de détenus. C’est ainsi qu’on retrouve différents travaux dont nous ne retiendrons que les principaux puisque la prison de Saint Denis est une structure presque organique qui ne cesse d’évoluer au gré des abattage ou des érection de cloisons répondant ainsi aux lois pénitentiaires et au volume de la population devant être accueillie derrière ses murs. 
Ainsi, le projet Spinasse en 1829 qui prévoyait la construction d’un bâtiment de 30 m sur 6 m de large entre le quartier des femmes et les cuisines pour y loger le greffe, les appartements du concierge ainsi que de nouvelles cellules pour un coût estimé de 40 000 francs de l’époque. Finalement, celui-ci demeura à l’état de projet et fit place au projet Dumas qui fut réalisé la même année et qui consistait à faire construire dans l’intérieur de la prison un bâtiment pourvu d’un seul rez-de-chaussée, traversé en son milieu par l’entrée principale et qui recevrait les prisonniers blancs d’une part et servirait, plus tard, à l’agrandissement du local destiné aux noirs. En 1836, décision est prise de construire un bâtiment de 33 m sur 6 m de large avec des murs épais de 60 cm le long de l’actuelle rue Juliette Dodu. L’année 1845 voit l’apparition d’un nouveau bâtiment destiné aux esclaves qui sera parallèle à celui de la rue Labourdonnais. L’année 1846 est marquée par l’implantation d’un étage sur le bâtiment du projet Dumas. De même, on va construire un étage sur un nouveau bâtiment qui accueillera la conciergerie, la chapelle, l’atelier, l’infirmerie et les logements du concierge et du guichetier. Fin 1846, le bâtiment central où on plaçait les hommes dangereux est démoli tandis qu’en 1848, la colonie acquiert le terrain de Jean-Baptiste Campredon afin d’y construire dès 1850 un bâtiment destiné aux femmes détenues. Dans la seconde moitié du XXème siècle, viennent se rajouter dans les cours et espaces laissés libres, des constructions qui oblitèrent quelque peu l’intérêt que peuvent avoir les constructions plus anciennes et en gênent leur lisibilité. Les plans de construction sont ainsi plus des schémas théoriques que la réalité. En effet, avant sa fermeture, « les fréquents articles de presse font état de l’insuffisance des locaux actuellement. Une nouvelle centrale devrait voir le jour au Port, la maison d’arrêt seule restant à Juliette Dodu. Les travaux d’amélioration et de rénovation y sont constants… on abat des murs pour en reconstruire d’autres à longueur d’années. A l’époque où je rendais visite à Monsieur P., il y avait deux cours à la maison d’arrêt : l’une ne recevait qu’une quinzaine de personne, l’autre tout le reste. Dans cette immense cour, un préau avec seulement deux bancs de pierre scellés, qui fait office de réfectoire, d’abri en cas de pluie, de salle de télévision… On est loin ici des prisons « quatre étoiles » décriées par certains, mais on est loin aussi des locaux anonymes et figés de Fleury-Mérogis. Chacun se connait car chacun se côtoie » [1].


//www.youtube.com/get_player

En effet, malgré sa vétusté, la prison de Saint Denis possède avec celle de Saint Pierre une caractéristique unique celle d’avoir des détenus « libres » dans la cour intérieure durant l’ensemble de la journée alors que dans les autres établissements, il ne s’agit que de quelques heures de balades tout au plus. Ainsi, la vie se passe à la lumière du soleil pour répondre au mieux à l’exiguïté des espaces intérieurs conjuguée à la surpopulation chronique de l’établissement. L’établissement est divisé en trois quartiers : le quartier des prévenus (en attente de jugement ou d’une décision en appel), le quartier correctionnel (domaine réservé uniquement aux condamnés selon la loi) et celui des femmes. Sa capacité d’accueil est de 96 et elle accueille 155 hommes et femmes. Chaque nouveau pensionnaire franchit la grande porte, parcours quelques mètres avant d’entrer dans un sas pour tomber sur la cour d’honneur. A sa droite, une salle pour la fouille : les bijoux – excepté les alliances ou les objets à caractère religieux – sont enregistrés puis gardés dans un casier jusqu’à la libération. Deuxième étape, le greffe où se déroulent la prise d’empreinte et la séance photo. Il lui sera ensuite remis draps, couvertures, tube de dentifrice… du quartier des prévenus, hurlements, sifflets et invectives en guise de bienvenue au « club » sont généralement adressé au « novice »… Il ne reste plus au détenu qu’à traverser un corridor entouré de barreaux. D’ici, les surveillants peuvent observer les faits et gestes des prisonniers. Dans la cour, pas plus grande qu’un terrain de basket, certains jouent au football. Des lavabos d’un autre âge longent les murs. Un mini –préau dont le toit en tôle est censé protéger les prévenus de ce maudit soleil ou encore de la pluie. Il fait par ailleurs office de réfectoire, de salle de télévision et de lecture… Un surveillant perché dans un mirador et armé d’un pistolet semi-automatique modèle 953 balaye de son regard le quartier des prévenus situé du côté de la rue Alexis de Villeneuve. Neuf cellules en tout, quatre au rez de chaussée et cinq au premier étage. Ils sont généralement dix détenus à partager la même chambre, éclairée à la lumière blafarde d’un néon. Des lits superposés aux cornières rouillées occupent toute la pièce. Des graffitis en tout genre couvrent les murs alors qu’à l’entrée un ventilateur récemment installé rend les nuits chaudes et humides plus supportables notamment pour le prévenu qui a eu la malchance d’hériter de la couchette du haut, très proche du plafond en dalle de béton. Des sacs, des vêtements et divers objets s’entassent sur les matelas, donnant un aspect fouillis. Dans l’air confiné des cellules, les mêmes odeurs de WC bouchés et de moisi. Ca pue !

Intérieur de cellule de la maison d’arrêt Juliette Dodu
Le régime cellulaire est le même pour les trois quartiers avec certaines variantes : les «semi-libres » vont travailler la journée en extérieur avant de réintégrer les murs de la prisons à 17h ; ceux qui ont eu la chance de suivre quelques études peuvent travailler au service de l’économat ; enfin on trouve neuf détenus cuisiniers. Ces deux dernières catégories sont hébergées dans le quartier des condamnés mais ne partagent leur cellule qu’à deux ou trois. Le quartier des détenus est conçu de la même façon que celui des prévenus à une exception près : l’insalubrité y est plus frappante encore. D’ailleurs, le premier étage a été abandonné puisque le plafond de bois est totalement pourri. 

Quartier des condamnés

Située face au quartiers des condamnés, séparées par une allée et un imposant mur, les cellules des femmes. Ce quartier est sans conteste celui qui laisse transparaître le moins de cicatrices du temps. Très peu de graffiti dans ce quartier isolé du reste de la prison. On y trouve des photos de modes et des revues spécialisées : Marie-Claire, Femme Actuelle, Glamour… les lits bien rangés, la présence d’un bouquet de fleurs dans un vase marquent une grande volonté des femmes de garder leur dignité. La cour n’offre guère plus d’espaces ombragés qu’ailleurs mais elles peuvent se réfugier dans un local où aucune odeur nauséabonde n’empeste. Un petit lavoir reste toujours même s’il a perdu sa raison d’être puisqu’elles disposent d’une buanderie. Le temps y est rythmé par les cours de poterie ou de couture…

Couloir de la prison Juliette Dodu

Les cellules des quartiers disciplinaires et d’isolement se trouvent dans la partie la plus ancienne de la maison d’arrêt de Saint Denis. Situées au premier étage, il y fait très chaud et la pénombre y est de mise. Derrières des barreaux doublés d’une porte en bois massive, un lit, un socle en béton recouvert d’une mousse. La loi prévoit un maximum de 45j de mitard selon la gravité de la faute commise en prison (bagarre, évasion ou caïdat). La cellule d’isolement n’a pas de mal à trouver des pensionnaires depuis que la justice s’intéresse aux cols blancs. Ils y sont soit à leur demande soit sur décision du juge d’instruction. Les détenus ayant commis des viols ou meurtres d’enfants demandent par peur des représailles à être également à l’isolement. Désignés sous le terme de « pointeurs » dans les prisons métropolitaines, on parle à la Réunion de « marmailles roses ». Les détenus en cellule disciplinaire ou d’isolement ont droit à une heure de promenade quotidienne dans une petite cour qui sert également de salle de musculation. Cet espace recouvert et entouré de barreaux a été créé spécialement pour Agamemnon. La hiérarchie sociale de l’extérieur trouve son écho à l’intérieur des prisons ; ainsi le seul détenu à posséder une télévision pour lui seul est un « col blanc ». 


Vue de la cour intérieure de la prison Juliette Dodu

Le travail pénitentiaire au service de la colonie

En effet, en dehors des quelques tâches d’entretient proposées, l’oisiveté règne. On est bien loin de la situation coloniale où le travail de la population carcérale était une obligation. On peut d’ailleurs le fragmenter en trois ensembles distincts : le travail intérieur, le travail extérieur et les corvées. Pour le premier, le principal employeur est le service des Ponts et Chaussées Extérieurs avec le cassage de macadam, la construction, l’élargissement et l’entretient de voiries, suivi du service des Postes avec l’installation et l’entretient de lignes télégraphiques. Les communes font régulièrement des demandes de main d’œuvre pénale pour l’assainissement et la désinfection à la chaux. Ce rapport à l’hygiène se retrouve dans la corvée du service de prophylaxie réalisé par l’entreprise privée Salaun consistant au ramassage des bidets en l’absence de tout à l’égout. Enfin, on retrouve l’entretient des édifices public : hôtel du gouvernement, musée Léon Dierx, Archives, Conseil Général, caserne de gendarmerie, palais de justice ou encore le jardin colonial. On trouve également trace de nombreux travaux plus ou moins ponctuels comme la réparation de l’embouchure de l’Etang bouchée par les cyclones et risquant d’inonder Saint Paul mais aussi la construction d’une boulangerie à Saint Denis ou encore les dames de la paroisse de l’Assomption qui requièrent une corvée de main d’œuvre pénale pour leur ramener des fougères afin d’orner leurs reposoirs. Le seul arbitre demeure le gouverneur qui agit en fonction des intérêts de la colonie mais aussi au regard de ceux de sa clientèle.


Les travaux intérieurs consistent principalement au cassage du macadam qui a fait l’objet d’un ratio défini par l’administration comme étant égal à 0,375 mètre cube par détenu et par jour. Si ce dernier n’est pas atteint, les détenus doivent poursuivre en dehors des heures de travail (6h-10h et 13h-17h). Le cassage du macadam en intérieur est l’affaire des condamnés aux travaux forcés mais, en fonction des besoins, des prévenus ou des détenus devant rester dans l’enceinte de la prison centrale. Les femmes, quant à elles, doivent s’occuper de la confection des droguets et des costumes des gardiens et plus largement des travaux de couture ainsi que du nettoyage des vêtements. On a ensuite une liste de petits travaux réalisés par les prisonniers pour le directeur, les avocats ou d’autres personnalités ou notables de la colonie comme réparer une armoire pour l’hôtel des Inspecteurs, confectionner deux bassines pour Mr Deloy, souder 5 bouts de tuyaux pour Désiré Marie Jeanne [agent de prison], préparation de bois pour poulies, emmanchement des massettes pour le cassage du macadam, confection de gamelles en bois pour la prison, d’une vitrine de salon pour Madame Ouzoux Médecin, un sommier pour Mr Dumesgnil, rotinage de fauteuils, confection de boites en fer blanc pour le bureau du secrétaire général, réparation du grillage en bois du Directeur Robert, tamis pour tabac pour Mr Bellanger, réparation de la table à toilette de Mr Desrieux (avocat), rotinage des chaises de Mr Cérisier, confection d’un bureau pour Mr Desrieux… Ces petits travaux artisanaux étaient réalisés en fonction des capacités des détenus. 


Enfin, les corvées consistaient principalement dans l’approvisionnement des ateliers extérieurs et notamment de la maison d’arrêt de Saint Pierre. Toutefois, cette situation ne va pas dépasser 1913 puisque la grève du chemin de fer ainsi qu’un fort cyclone ont entrainé l’arrêt momentané des communications entre Saint Denis et Saint Pierre. La prison de Saint Pierre s’est en effet brusquement trouvée dépourvue de vivres sans pouvoir s’en procurer sur place, obtenant par la suite sa liberté d’approvisionnement. Les corvées permanentes sont en réalité un détachement de prisonniers au service d’une institution : hôpital colonial, asile des aliénés, léproserie et Lazaret (centre de quarantaine) ; tous ces lieux dont l’imaginaire effraie à l’époque. Les femmes sont employées à la maternité. Enfin, il est à noter que la main d’œuvre pénitentiaire doit réaliser les emménagements et les déménagements des fonctionnaires. Le travail carcéral s’est peu à peu effacé de la prison centrale avec l’arrêt des travaux extérieurs après le passage en 1946 du statut de colonie à celui de département d’Outre-Mer marquant l’effondrement du nombre d’évasions. La concentration de la population carcérale dans une même enceinte empêche la poursuite du travail et vient placer détenus et surveillants dans une position attentiste et oisive qui ne se ponctue que de récurrents « mouvements d’humeur » pour ne pas les qualifier de mutineries.

La dernière exécution publique


La prison est également un lieu de mort. Alors qu’en France métropolitaine, la publicité des exécutions a été supprimée depuis le 24 juin 1939. A la Réunion, la dernière exécution publique a eu lieu le 10 avril 1940 suite au meurtre de Marie-Emma Lambert, 78 ans, commerçante de la Rivière des Roches près de Saint Benoit le 24 octobre 1937. Mariaye Candassamy et Govindin arrêté respectivement le lendemain et le surlendemain vont faire l’objet d’une instruction des plus lentes alors même que les tribunaux ne sont pas surchargés. Les deux assassins devront attendre le 4 février 1939 avant de passer devant la Cour d’assises qui les condamnera à mort. Alors que les exécutions se déroulaient sur la place faisant face à la prison jusqu’à la fin du XIXème siècle , la guillotine est installée depuis lors sur le Barachois à une centaine de mètre de là. Depuis le 24 décembre 1941, un arrêté précise les conditions dans lesquelles se dérouleront à la Réunion les exécutions capitales : « [elles] auront lieu désormais exclusivement dans l’enceinte de la prison centrale à Saint Denis. Seront seules admises à assister aux exécutions capitales les personnes indiquées ci-après : le président de la Cour d’assise, l’officier du Ministère Public, un juge du tribunal du lieu d’exécution, les défenseurs du condamné, un ministre du culte, le directeur de l’établissement pénitentiaire, le commissaire de Police et s’il y a lieu les agents de la force publique requis par le procureur et le médecin de la prison. »[2]. Toutefois, la colonie tente de maintenir les hommes sur son territoire par tous les moyens, traumatisée par la peur de la fuite de la main d’œuvre suite à l’abolition de l’esclavage. Bien que la Réunion se tourne sur le système de l’engagisme, la main d’œuvre pénitentiaire n’est pas à négliger freinant au mieux les procédures visant à expulser les détenus du sol réunionnais en limitant les relégations, les interdictions de séjour qui se placent bien souvent à l’échelle départementale en métropole sont restreintes à certains quartiers ou villes de l’île. C’est ainsi le même esprit qui commande les autorités judiciaires à ne prononcer que rarement les peines capitales. Paradoxalement aux conditions de vétusté de la prison, une certaine sociabilité qui pouvait y régner semble faire barrage au risque de suicide en milieu carcéral.


Entre souvenir et avenir : Juliette Dodu un patrimoine en sursis ?

Finalement, la prison de Saint Denis possède bien d’autres atouts en matière patrimoniale que le critère architectural qui est en règle générale le seul mis en avant. Tout d’abord, sa longévité exceptionnelle marque une incapacité économique et politique à la fermer et explique son état de délabrement particulièrement avancé. Ce dernier se voit renforcer par les atteintes climatiques et la surpopulation chronique d’une prison couramment occupée à plus de 200% alors même que le nombre de personnels est déficitaire. D’autre part, l’aspect architectural n’est pas à minorer car elle est classée Monument Historique même si la population dionysienne la qualifie volontiers de « verrue urbaine ». On pourrait ainsi parler d’une véritable volonté de survie de la prison Juliette Dodu qui a su s’adapter tant bien que mal aux différentes réformes, entassant derrière ses murs différentes catégories de détenus toujours trop nombreux, imposant d’incessantes restructurations qui peuvent s’assimiler à du bricolage puisqu’il faut sans cesse faire avec les moyens du bord dans un espace très organique et putride comme l’énonce déjà en 1841, dans son rapport sur le budget des recettes et dépenses du service local pour l’exercice 1842, le conseiller colonial Charles Féry-Descland en brossant un sombre tableau de la prison de Saint-Denis : « La commission a examiné la geôle de Saint-Denis. En général, elle a trouvé peu de propreté dans cet établissement. Elle a été péniblement impressionnée de la tenue des chambres et de la mauvaise odeur qu’elles exhalent. L’eau qui parcourt la cour est tout à fait insuffisante ; elle coule lentement dans une grande partie de l’établissement et dans un sillon découvert elle croupit et devient infecte » [3]. Il ne faut pas oublier non plus les multiples traces que les hommes ont pu laisser dans sa chair qu’il s’agisse des tags de la cours, des graffitis intérieurs et autres encoches qui sont autant de stigmates reflétant l’histoire de la prison. Enfin, il faut considérer cette prison comme emblématique d’une époque de la pénitentiaire au jour où l’administration souhaite tourner la page des prisons délabrées du XIXème siècle, de leur mode d’organisation, de l’enfermement collectif, de la vie en communauté. Pour toute ces raisons, il ne faut pas oublier ce qu’a été Juliette Dodu. Ce fut bien évidemment la « honte de la République » mais pas seulement puisqu’à la veille de leur transfert, les« 275 prisonniers qui sont encore à la prison de Juliette Dodu…Et parmi eux 80 ont été impliqués dans ce qu’appelle la direction de la prison « un mouvement d’humeur ». En cause, le fait que le transfert de tous les prisonniers approche à grands pas vers les prisons de Domenjod et du Port. Ainsi, les passages de produits et objets interdits ne pourront plus se faire comme à leur guise » [4]


//www.youtube.com/get_player
De plus, malgré la pression immobilière très forte, l’indécision demeure entre volonté de la municipalité de l’acquérir pour un euro symbolique et celle de l’administration pénitentiaire de faire une large plus-value : « Depuis deux ans, aucun projet n’a été amorcé en vue de réhabiliter ce lieu historique. Invité sur le plateau de Face à l’info, Gilbert Annette déclarait que l’établissement est la propriété du Ministère de la Justice et que de ce fait, la responsabilité de la rénovation du site incombe aux instances étatiques, autrement dit à la Préfecture. Le maire de Saint-Denis a par ailleurs fait savoir que la maison d’arrêt est à vendre depuis le mois d’avril et qu’un investisseur privé s’était d’ores-et-déjà manifesté »[5]. Aujourd’hui encore, son avenir continue de s’écrire avec des points de suspension…

[1] PAYARD Françoise, Dialogue à la prison de Saint Denis – La communication entre un détenu et une visiteuse de l’extérieur, Saint Denis de la Réunion, Université de la Réunion, Maitrise d’anthropologie, Octobre 1987, p. 13-14. 


[2] Anonyme, « La dernière exécution publique », in MAURIN Henri, LENTGE Jacques (dir.), Le Mémorial de la Réunion, 1940-1963, Tome 6, Saint Denis, Australe Edition, 1985, p.23.


[3] CAOM, AOM, Procès-verbaux des séances du Conseil colonial de l’Île Bourbon, Saint Denis, t. VIII, Annexes : p. 10. cité par MAILLARD  Bruno, « Carcer sous les tropiques, La prison pénale à l’île Bourbon (La Réunion) sous la monarchie de Juillet », in Criminocorpus Revue en ligne, 2010. Consulté le 03 novembre 2011, URL : http://www.criminocorpus.cnrs.fr/article646.html

[4] RODIER Melanie, « Les prisonniers ne veulent pas quitter la prison Juliette Dodu », Lundi 8 décembre 2008, [en ligne] http://www.zinfos974.com/Les-prisonniers-ne-veulent-pas-quitter-la-prison-Juliette-Dodu_a2354.html

[5] Anonyme, « Dans les couloirs de la prison juliette Dodu », mercredi 29 septembre 2010,  www.zinfos974.com [Plus disponible en ligne] 


1 réponse

  1. Tant mieux qu'elle soit ferme cette prison pour son grave manque d hygiene ,petit passage en 2005