Le centre de détention du Port – Plaine des Galets

Cet établissement s’est ouvert en deux temps. Tout d’abord en 1974 avec l’inauguration du centre de détention puis en 1989 avec celle du secteur « maison d’arrêt / maison centrale / quartier mineurs » dont les travaux ont débordé sur le centre de détention avec de gros travaux de rénovation. Il accueille le siège de l’unité opérationnelle de la Réunion et assure la gestion administrative et financière des établissements de l’île ainsi que du service pénitentiaire d’insertion et de probation. Ce centre de détention bénéficie d’un domaine de de 35 hectares lui permettant de mettre en œuvre sa politique de réinsertion par le travail agricole. Cette orientation fait bien évidemment écho à la tradition insulaire concernant le travail des détenus. Devenu centre de détention depuis 2009, la prison du Port a introduit depuis lors un système de régimes différenciés composés de trois régimes et répartis entre deux zones bien distinctes : « dans le quartier haut se situe le quartier centre de détention à responsabilité (CDR). Il est composé de 312 places réparties sur 12 bâtiments accueillant chacun 26 personnes. Les portes des cellules y sont ouvertes et les mouvements libres. Dans le quartier bas est regroupé le quartier centre de détention intermédiaire (CDI), anciennement le quartier MA et le quartier centre de détention contraint (CDC), anciennement le quartier MC, où les portes des cellules sont fermées et les mouvements des personnes encadrés. Les condition de détention varient selon le quartier dans lequel vous êtes affectés. Ainsi, au sein du CDC et du CDI, les repas sont distribués en cellule et l’accès aux douches est restreint. Alors qu’au CDR, l’accès aux douches est libre et les repas sont distribués au réfectoire et pris en commun »[1].
[youtube=https://www.youtube.com/watch?v=SUy6ovYl-4A]

En effet, mettre les détenus au travail devait amortir les frais engagés pour l’enfermement et l’entretient des prisonniers. Toutefois, malgré une grande quantité d’arrêtés concernant le prix de la main d’œuvre pénale, le rêve de combler les dépenses engagées pour la surveillance et l’entretient des détenus restera, comme en métropole, une simple illusion ; malgré une réelle volonté de rentabilité : l’inspecteur, du directeur des prisons Dansan (directeur des prisons de la Réunion, nommé le 12 février 1910), conclu son rapport ainsi: « En terminant, je dois insister sur les excellents services que rend M. Dansan fonctionnaire énergique et actif qui a su tirer de la main d’œuvre pénale un rendement inconnu jusqu’à ce jour. »[2]
La Colonie va cependant tenter d’atténuer l’impact des prisons sur son budget en percevant une redevance « en atténuation des frais de nourriture et d’entretien des condamnés. […] En sus de cette redevance, la colonie fait recette des eaux grasses, des économies de bois, des cessions de macadam, du remboursement des effets perdus ou détruits par la faute des hommes » auxquels il faut rajouter l’ensemble des punitions qui touche à la fois les détenus mais également les personnels qui ne font pas l’objet d’amende mais de baisse de salaire/pécule en fonction des fautes qui leurs sont reprochées. Cette volonté s’inscrivait bien sûr dans le contexte de l’époque puisqu’en 1821, dans le compte rendu de sa visite des prisons, Barbé-Marbois exprime l’opinion commune des réformateurs : « Ce qui punit le plus les détenus dans les centrales, ce qui les corrige, c’est la règle de conduite, l’assiduité au travail et la propreté qu’on leur fait observer » [3]. En métropole, autour de 1822, les entrepreneurs n’ont qu’à installer les métiers [à tisser], quelques machines ou « mécaniques », apporter la matière première, diriger les travaux par leurs employés (les gardiens payés par l’Etat assurant la discipline et la surveillance), revendre les produits finis ou demi-finis et payer les détenus au prix très bas convenu dans le cahier des charges. Tous les espoirs sont placés dans le travail : rôle éducatif, importance pour la réinsertion sociale du détenu, complémentarité avec les entreprises libres. A la Réunion, pas d’entreprise générale puisqu’il n’y a pas d’industrie même si les idées sont les mêmes : le travail a lieu principalement hors les murs et celui qui dispose de cette force de travail est le Gouverneur. La marge de manœuvre du directeur des prisons est extrêmement faible, il se contente d’appliquer les directives données par le Gouverneur qui décide d’accepter les demandes de tel ou tel service, collectivité ou particulier faisant de la main d’œuvre carcérale, au-delà de la donnée économique, un levier de son clientélisme.

Vue aérienne du « projet Bardzour »
Aujourd’hui, le centre de détention du Port promeut le travail de la terre pour ses détenus qui assurent la culture et la récolte de fruits et légumes (y compris bio), et dont le produit est essentiellement utilisé par la cuisine de l’établissement. [4]. Le centre de détention s’inscrit également dans une logique de développement durable, permettant à l’administration de redorer son image médiatique tout en travaillant à la réinsertion des détenus à l’instar du projet Bardzour qui vise à développer l’autonomie énergétique de l’île en installant une ferme solaire au cœur du centre pénitentiaire et permettant d’alimenter le tiers de la population du Port, soit près de 4 000 foyers. Cette initiative s’inscrit dans le Grenelle de l’environnement en s’inspirant des exemples des établissements norvégiens de Bastoey et Halden. De plus, le centre de détention propose des formations diplômantes aux métiers qui s’inscrivent dans le cadre du développement durable à l’image des métiers du photovoltaïque, du solaire thermique, de l’agriculture biologique et de l’électricité du bâtiment.

Entrée du centre de détention du Port – Plaine des Galets

Le centre de détention du Port, fort de ses 226 personnels, a une capacité d’accueil de 560 places. Alors qu’il servait à désengorger une Juliette Dodu au bord de l’explosion, il atteignait au premier trimestre 2008 un taux de surpopulation de 115%. L’ouverture de Domenjod en décembre 2010 a permis son désengorgement. Toutefois le projet de modernisation et de restructuration de cet établissement pourrait réduire de 30 à 40 places les capacités d’accueil de ce site alors même que la fermeture de la maison d’arrêt de Saint Pierre s’impose chaque jour un peu plus.




[1] Rapport 2010 de l’Observatoire International des Prisons sur les prisons d’Outre-Mer

[2] ADR – 1M4007, Rapport d’inspection de F. Dansan, 1er avril 1913.

[3] PETIT Jacques-Guy, Histoire des galères, bagnes et prisons XIIIe – XXe siècles, Introduction à l’histoire pénale de la France, Toulouse, Editions Privat, 1991, p.148