Domenjod : figure de proue de la pénitentiaire

Ouvert le 11 décembre 2008, le centre pénitentiaire de Saint Denis s’inscrit dans le cadre du programme « 13 200 » mené par l’administration pénitentiaire qui tend à remplacer les structures pénitentiaires les plus anciennes où se mêlent vétusté et surpopulation.
//www.youtube.com/get_player

La loi d’orientation et de programmation pour la justice du 9 septembre 2002 a prévu la construction de 13 200 nouvelles places de détention afin d’améliorer les conditions de détention et de respecter les règles pénitentiaires européennes en la matière. Domenjod fait ainsi parti des premiers établissements construits au nom de ce programme puisque les premières réalisations ont ouvert en 2007. Ce nouveau centre pénitentiaire comprends 573 places réparties en deux quartiers « hommes » (453 places), un quartier « mineurs » (40 places), un quartier « femmes » (30 places), un quartier d’accueil (25 places), un quartier d’isolement, un quartier disciplinaire, un quartier de semi-liberté (25 places). Il comprend par ailleurs une unité de consultation des soins ambulatoires et une unité d’hospitalisation carcérale [1]. Les effectifs du centre pénitentiaire de Saint-Denis s’élèvent au total à 271 personnes et comprennent trois personnels de direction, dix-sept personnels administratifs, trois personnels techniques et deux cents quarante-huit personnels de surveillance.

Intérieur de Domenjod, photo: Le Quotidien.re
Graphique du taux d’occupation carcérale à Saint Denis, source DAP


L’ouverture de ce vivier de place supplémentaire se voulait désengorger l’ensemble des établissements pénitenciers de l’île et avait l’objectif secret de vider la maison d’arrêt de Saint Pierre aux conditions de détention proche de celles qui régnaient à l’ancienne Juliette Dodu. Alors que l’administration pénitentiaire se complait à présenter, à travers les graphiques du taux d’occupation carcéral par ville, un effondrement de la courbe. Il faut bien évidemment voir un calcul en trompe l’œil car dans l’exemple de Saint Denis, alors que le taux d’occupation carcérale est passé de 250% en 2008 à 80% en 2011, la population carcérale dionysienne est dans le même temps passée de 300 détenus à 458 détenus en absorbant la surpopulation carcérale du Port-Plaine des Galets. On note la même tendance d’ailleurs sur le graphique représentant l’évolution du taux d’occupation carcérale de Saint Pierre avec une chute brutale du pourcentage à l’ouverture de Domenjod qui pour cette prison marque la volonté de l’administration pénitentiaire de profiter de l’ouverture de Domenjod pour fermer la prison de Saint Pierre. Or la hausse toute aussi brutale de ce pourcentage le mois suivant nous indique l’impossibilité de remplacer les deux prisons emblématiques de la réunion par une unique prison notamment pour des questions géographiques et de découpage de la carte judiciaire.


Voulant s’inscrire dans la rupture face à ses ainées aux conditions de détention longuement critiquées, Domenjod propose une architecture moderne qui fait de cet établissement un espace de détention dont la double orientation principale réside dans la sécurité et les conditions de détention humaines [2]. La structure de la prison ainsi que les technologies employées visent à réduire à sa plus simple expression les risques d’évasion ainsi que de prémunir l’établissement de tout risque d’émeute tout en intégrant la contrainte climatique. 


[youtube=https://www.youtube.com/watch?v=1ShbxmuBYiI]
Alors que les évasions n’étaient plus monnaie courante à Juliette Dodu depuis l’arrêt des corvées extérieures, les émeutes étaient beaucoup plus fréquentes et traumatisantes pour le personnel de l’administration pénitentiaire contribuant, à travers les relais médiatiques, à l’image négative de l’ancienne maison d’arrêt de Saint Denis. Depuis son entrée en service, le centre pénitentiaire n’a eu à déplorer qu’une seule évasion le 27 avril 2009. Celle-ci a eu lieu en hélicoptère. L’établissement n’est en effet pas équipé de filet de sécurité, le climat cyclonique réunionnais interdisant un tel dispositif du fait du risque de voir les pylônes d’amarrage tomber sur les bâtiments sous l’impact de l’intempérie. Cependant, ce centre de détention ultra moderne ne peut masquer les failles naturelles de l’emprisonnement. On continue ainsi de trouver un mal être chez les personnels qui se plaignent notamment de leur faiblesse numérique ainsi que du budget alloué aux solutions alternatives à la détention. 


//www.youtube.com/get_player

Domenjod est ainsi présentée comme étant le nouveau fer de lance de l’administration pénitentiaire à la fois en terme de sécurité mais également de condition de détention. Les cellules y sont individuelles et non plus collectives comme à Juliette Dodu permettant un meilleur contrôle du détenu, assurant sa sécurité et celle du personnel. Toutefois, l’enfermement individuel pose lui aussi un certain nombre de question notamment en terme de désocialisation qui y apparait plus profond. La vétusté de Juliette Dodu posait certes des problèmes d’hygiène démultipliés par une surpopulation permanente mais elle permettait les échanges sociaux entre détenus, risquant de pénaliser encore un peu plus les chances de réinsertion, tandis que d’autres y verront l’occasion d’empêcher « l’école du crime » de se réaliser. Afin de rompre avec le passé carcéral insulaire, Domenjod se veut être un exemple comme l’atteste sa nomination en qualité de site pilote en matière de prévention contre le risque de suicide. Ainsi, 80 % de ses personnels a suivi une formation spécifique sur la détection de ce risque en amont, avec une attention toute particulière concernant les mineurs, les nouveaux arrivants et le quartier d’isolement. Un travail étroit y est par ailleurs effectué en liaison avec les magistrats et l’association d’accueil des familles afin de pouvoir recueillir le plus d’informations possible sur les détenus et leur état psychologique. Le centre pénitentiaire a ainsi obtenu le label AFNOR s’agissant de l’accueil de l’arrivant et de la grille de repérage du risque de suicide. L’établissement est également doté d’une cellule de protection d’urgence visant à placer les détenus à risque et/ou en crise sous observation durant 24h. Autant d’action visant à faire oublier la « honte de la République » qu’était Juliette Dodu.