Naissance de la prison réunionnaise

Située à 800km à l’Est de Madagascar, elle est restée vierge jusqu’en 1638, date de sa découverte par l’équipage du vaisseau dieppois le Saint-Alexis. Elle prend alors le nom d’île Bourbon en 1642, marquant la véritable prise de possession de l’île au nom du roi de France Louis XIV. En 1663, Louis Payen et dix esclaves malgaches s’installent sur l’île devenant ainsi les premiers habitants permanents. Le pouvoir central réagit et engage une politique de peuplement avec l’envoi d’Etienne Regnault par Colbert en 1665 qui devient le premier gouverneur de l’île (1665-1671). Vingt colons débarquent avec ce dernier, suivis de deux cents autres qui marquent les premiers pas de la colonie. Cette dernière va alors s’organiser selon le modèle métropolitain tout en l’adaptant aux moyens matériels et financiers insulaires. L’ensemble des données concernant l’univers carcéral réunionnais est à envisager sous cette double lecture à savoir d’une part la volonté d’appliquer au mieux les textes du pouvoir central tout en devant se résoudre à une application partielle ou imparfaite au regard des contraintes budgétaires, matérielles et humaines locales. Le peuplement insulaire va se réaliser avec une utilisation massive d’esclaves dont le nombre ne va cesser d’augmenter passant de 268 adultes en 1708, à 4 500 en 1736 et à 23 000 en 1779. Après une parenthèse anglaise de 1810 à 1814, l’île revient dans le giron français. Le décret d’abolition de l’esclavage est voté le 27 avril 1848 ; le commissaire de la République Sarda Garriga est alors envoyé à La Réunion et le 20 décembre 1848 est proclamée l’abolition qui ne prendra véritablement effet qu’en 1851. La Réunion comptait alors 103 000 habitants dont 62 000 esclaves[1].

« Au début de sa colonisation et pendant plus d’un demi-siècle, l’île Bourbon était restée sans pouvoir judiciaire, sans prison. »[2]. L’île va progressivement se doter de structures pénitentiaires au gré des évènements. La première trace que nous avons est celle du gouverneur Pronis dont la brutalité d’exercice lui avait valu l’hostilité des habitants qui finirent par se rebeller et le jeter en prison en 1646. Il faut entendre ici le mot prison comme étant un lieu privant le détenu de liberté. Il devait s’agir d’une case ou d’un petit espace fermé pour l’occasion. Henri Azema nous fait ici lecture de différents actes de rébellion contre les gouverneurs successifs donnant à penser qu’un lieu de détention devait exister mais qui toutefois ne peut tenir le statut de prison puisqu’il devait s’agir tout au plus d’un cachot ou d’un lieu faisant office de prison. La croissance incessante de la population d’esclaves va pousser les « maîtres » à recourir « à l’action du ‘Conseil Provincial’ que venait de créer un édit royal au mois de mars 1711, et qui siégeait tantôt à St-Paul, tantôt à St-Denis. Ce conseil était composé des directeurs généraux de la Cie des Indes, du gouverneur, de marchands, d’habitants et de prêtres. Les décisions étaient rendues au nom du roi et de la Cie des Indes. »[3] Cette société puritaine soutenait que par des punitions sévères et exemplaires on arriverait à faire disparaître les mœurs dépravées. Face à l’augmentation de la population insulaire, se développe l’appareil légal répressif qui nécessite bientôt une réelle prison. C’est ainsi sous le régime du Conseil Provincial et sous le gouvernement de Beauvoilier de Courchant que l’on décida, en date du 23 novembre 1718, de construire une prison dans chacune des quatre paroisses de l’île à savoir Saint-Paul, Saint-Denis, Sainte-Marie et Sainte-Suzanne : « Le Conseil Provincial voyant la nécessité qu’il y ait dans l’île des prisons sûres, a ordonné qu’il en soit fait une de grandeur suffisante dans chaque quartier, à la corvée des habitants des dit quartiers, et la Compagnie [des Indes] fournira les clous et les serrures. »[4] Ainsi apparaissent les premières prisons à la Réunion. Toutefois, les conditions climatiques accélèrent dramatiquement la détérioration des constructions : « En 1771, M. de Bellecombe, commandant pour le roi et sir Honoré de Crémont ordonnateur, avaient constaté que la plupart de ces blocs, notamment celui de St-Denis, tombaient de vétusté. Ils résolurent de reconstruire immédiatement ce dernier qui était le plus important et recevait les principaux prisonniers […] jusqu’au jour où fut achevée la construction de la nouvelle prison qui allait se retrouver dans son emplacement primitif où se voit la geôle actuelle. La nouvelle prison se montra plus confortablement édifiée que l’ancien bloc et mieux disposée pour recevoir les différentes catégories de condamnés. »[5] La cour contenait plusieurs blocs séparés et était bordée par un bâtiment central possédant un étage divisé en plusieurs cellules.

Cette époque de création du réseau pénitencier insulaire se double d’une organisation nouvelle en introduisant le « registre du bloc » sur lequel étaient inscrits le nom du prévenu, la date de son entrée en prison et le lieu de son arrestation ; au jour du jugement, il était conduit au tribunal sous la garde de l’inspecteur de police chargé de l’extrait de ce dit registre. Après examen par le chirurgien pour relever d’éventuelles traces de flétrissures, le prévenu était ensuite mis sur la sellette pour subir l’interrogatoire des juges. C’est ainsi que naît la prison réunionnaise dans une société intégralement marquée par l’esclavage et l’isolement face à la lointaine métropole.
[1] ADR – PB188, Rapport sur la question de la main d’œuvre et la reprise de l’immigration indienne présenté à la Chambre d’Agriculture au nom de sa commission, Saint Denis, Impr A. DUBOURG, 1905, 41p.

[2] ADR – PB263, AZEMA Henri, Premières peines et premières prisons à l’île Bourbon, Saint Denis, imprimerie Drouhet, 1930, p.1

[3] Ibid. p.8
[4] Ibid. p.9
[5] Ibid. p.18