Jean Dauga, une affaire criminelle de Meurthe-et-Moselle par Fanny Lebigot

Frédérique Volot est l’auteur d’un ouvrage intitulé Les grandes affaires criminelles de Meurthe-et-Moselle, aux éditions de Borée, publié en 2009. Invitée de jacques Pradel sur Europe 1, dans son émission « Café crimes », elle raconte de manière passionnante l’itinéraire meurtrier de Jean Dauga dit « l’homme à la pèlerine » qui fit dix victimes avant d’être arrêté, condamné à mort par la cour d’assises de Meurthe-et-Moselle et guillotiné devant la prison Charles III à Nancy, le 23 janvier 1890.


                                                      


Jean Dauga est né le 8 mars 1849 à Larée (dans le Gers) dans une famille modeste. Son père, métayer de son état, ne donne guère le bon exemple à son fil, il boit et est fainéant, c’est sa mère qui doit gérer la maison. Lorsqu’elle décède en 1868, Jean Dauga a dix huit ans et il quitte le domicile familial. Il se fait alors embaucher comme domestique au sein d’une ferme, dans un village du Gers. Seulement quelques temps après son arrivée, un crime odieux est perpétré dans une ferme voisine. Un domestique a reçu un coup très violent de fourche sur la tête. Sur le coup le crime reste inexpliqué. Les deux hommes auraient eu, selon Frédérique Volot, un différend. Elle souligne également que Jean Dauga ira même jusqu’à collaborer avec les gendarmes en les menant sur des fausses pistes. 
En 1869, il doit partir faire son service militaire. C’est un coup de chance pour lui car cela lui permet de se faire oublier. Il fait la guerre de 1870 et participe à la Commune. Il s’en sort avec les honneurs. En 1873, il intègre à Versailles une école afin de devenir gendarme. A priori, il est promis à un brillant avenir. Entré dans la gendarmerie, il est affecté dans les Vosges à Remiremont. C’est là qu’il tombe amoureux d’Eugène Delpierre qui a alors dix huit ans. Ensuite, alors qu’il est affecté au fort de Razimont, il mate la grève des ouvriers chargés de la construction du fort. Il est récompensé. 
Mais en 1876, il quitte l’armée pour pouvoir épouser Eugénie. De leur union naîtront deux enfants. Toujours selon notre auteur, c’est cet événement qui va définitivement précipiter Dauga dans le crime. Le couple fait un bref séjour à Paris avant de revenir à Remiremont où Dauga se fait engager comme typographe chez un imprimeur. En 1881, il doit partir pour faire sa période militaire règlementaire comme réserviste en tant qu’ancien gendarme. Il repart pour Toulouse. Il saisit l’occasion de rendre visite à son père. Au même moment, une voisine de son père, la veuve Courrèges est massacrée, sa tête « réduite en bouillie ». Cette fois, les gendarmes soupçonnent Dauga car ils font le rapprochement avec le premier meurtre commis 12 ans auparavant. En effet, il a utilisé le même mode opératoire. Il est alors arrêté et passe devant la cour d’assises du Gers en 1881. Mais, acquitté car faute de preuve, il s’en retourne tranquillement à Remiremont. Il reprend sa place dans l’imprimerie qu’il quitte en 1887. 
Sa famille a de graves problèmes financiers et les dettes s’accumulent, ce qui pousse plus que jamais Dauga à tuer. Il fera 8 autres victimes.
Dans la nuit du 26 au 27 avril, il assassine avec une hache les époux Pernod à Golbey, près d’Epinal dans les Vosges.
Le 15 mars 1888, c’est au tour des époux Martin, buralistes, d’être retrouvés morts à Saint Nabord, près de Remiremont, l’un dans le bureau de tabac, l’autre dans leur maison. 
A partir d’avril 1888, il retrouve un travail dans une autre imprimerie à Pont-à-Mousson par l’intermédiaire d’une petite annonce. Seulement l’argent qu’il y gagne, il le dépense pour lui et uniquement pour lui. Il passe beaucoup de temps dans les bars où il pose des questions sur les habitants du coin et ce qu’ils possèdent. En fait, c’est comme cela qu’il choisit ses victimes. Frédérique Volot précise que tous les 8 du mois, Dauga dépense sa paye dans des maisons closes où les filles le surnomment « l’homme à la pèlerine » à force de le voir vêtu avec. Ce vêtement lui permettait de cacher facilement l’arme avec laquelle il attaquait ses victimes.


Les crimes de Pont-à-Mousson /Sourcegallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France 
Jean Dauga dans L’univers Illustré

Comble de l’ironie, Frédérique Volet précise que Dauga mettait « un point d’honneur à payer ses dettes.» C’est le meurtre de trop. Il se trahi lui-même. En effet, après chaque meurtre, il s’en va payer ses dettes. Les autorités finissent par faire le rapprochement. Il a également été « trop bavard » auprès d’un restaurateur en lui dévoilant des détails que seul le meurtrier était en mesure de connaître. Le restaurateur témoignera contre lui. Il est arrêté et traduit devant la cour d’assises de Meurthe-et-Moselle et est condamné à mort. Il est guillotiné le 23 janvier 1890 devant la prison Charles III de Nancy. 

Dauga procédait toujours de la même façon. Il commençait par assommer ses victimes avec un objet contondant avant de les achever avec un outil tranchant. Ensuite, il retournait les lieux pour trouver de l’argent. Concrètement, son seul mobile était le vol.

L’affaire Dauga dans Le Petit Parisien


Pour d’autres détails sur l’affaire Dauga, je vous invite à jeter un coup d’œil à deux forums :
Lorraine-Café (ici)
Forum Guillotine (ici)
On y raconte notamment son procès et son exécution heure par heure. 
En 2008, Jean Dauga n’a pas fini de faire parler de lui. Voici l’article de Bernard Giraud paru le 29 mai 2008 dans le journal L’Union :

« Le crâne d’un tueur en série vendu aux enchère

« C’est une dame du Vouzinois qui l’avait dans son grenier. Elle le tenait de son grand-père, qui avait été moniteur d’anatomie de médecine à Nancy. » Me Dominique Bauer [commissaire-priseur] en parle avec un sourire amusé. Il est vrai que l’histoire de ce crâne est peu banale puisque c’est celui d’un gendarme nommé Jean Dauga, qui s’était spécialisé dans l’assassinat de vieilles femmes pour leur dérober leur argent. L’une de ses victimes, une dame François, chez qui il s’était introduit dans la nuit du 8 au 9 février 1889, à Pont-à-Mousson, fut même décapitée. Moins d’un an après, Jean Dauga subissait le même sort puisqu’il fut guillotiné le 23 janvier 1890. Dans son ouvrage Mon musée criminel (Elibron Classics), Gustave Macé évoque le parcours de ce criminel hors du commun.

Tasse à café


«Pendant vingt années, écrit-il, l’ancien gendarme Jean Dauga sema dix cadavres sur sa route […]. Pour lui, ce n’était qu’un intermède, entre deux parties de cartes, que d’aller assassiner une vieille femme. Après l’avoir volée, heureux de son habile tour de main, il revenait tranquillement reprendre sa place au jeu. » Après son exécution, le corps de Dauga fut enterré mais son crâne fut confié à l’institut médico-légal de Nancy, où il resta plusieurs années. « La calotte crânienne a été découpée, explique Me Bauer. Les médecins de l’époque étaient sans doute curieux de voir à quoi ressemblait le cerveau d’un assassin. Il se dit même que les étudiants en médecine qui passaient par l’institut étaient invités à boire le café dans la calotte crânienne. » Le crâne, qui porte une sobre inscription (« Crâne de Dauga, exécuté à Nancy en 1890 ») n’est pas le premier à passer dans les mains du commissaire-priseur ardennais. « J’ai déjà vendu le crâne d’un explorateur dévoré par des cannibales à la fin du XIXe siècle. C’était il y a vingt-cinq ans et il est parti pour quelques dizaines de francs. J’ai vendu aussi le crâne d’un Indien du Pérou, il y a dix-huit ans. Il avait été adjugé à 1.000 francs ».

Le 7 juin prochain, à 14 heures, à la salle des ventes de la rue d’Alsace, le crâne de Dauga figurera en bonne place entre un piano-forte anglais du début du XIXe siècle, un buffet deux corps ardennais et des tableaux de Jean-Achille Laurent, Favaudon et Fieullien.

Sa mise à prix ne devrait pas dépasser les 20 euros. Pas de quoi en perdre la tête. »