La maison d’arrêt de Briey : détenus politiques par Fanny Lebigot

Photo Ministère de la Justice

Située en ville à 80km de Nancy, dans les hauts de Briey, la prison a été construite en 1906. Elle a été une maison d’arrêt jusqu’en 1974 puis un Quartier de Haute Sécurité (QHS) jusqu’en 1982 (date de fermeture de ce type d’établissement). Par la suite, elle redevient maison d’arrêt. Depuis 1990, l’établissement fait office de Centre de Semi-Liberté. En 1996, sa capacité d’accueil est passée de 15 à 25 personnes. Enfin depuis 2004, le CSL est habilité pour écrouer les femmes et les mineurs placés sous surveillance électronique. La semi-liberté est un régime qui permet à un condamné de sortir de l’établissement sans surveillance afin d’exercer des activités : un travail salarié, une formation professionnelle, un stage, un traitement médical… Chaque jour, lorsque l’activité est terminée, la personne doit regagner l’établissement.

L’ensemble en forme de H est composé de trois bâtiments : un bâtiment administratif, un bâtiment cellulaire comprenant 8 cellules au rez-de-chaussée, 12 cellules au 1er étage et 12 au 2ème étage (7 d’entre elles sont aujourd’hui désaffectées) et un bâtiment qui abritait le quartier disciplinaire et les locaux de travail et de formation aujourd’hui désaffectés. Au 1er étage, on trouve un espace commun pour les détenus et au 2ème, un ancien poste de surveillance de la promenade qui n’est plus utilisé. Le mur d’enceinte de la maison d’arrêt d’une hauteur de six mètres a été conservé. Les anciennes cours de promenade de forme circulaire ont été démantelées pour former une cour de promenade de 900 m2 au pied de l’enceinte. Une buanderie a été aménagée dans les anciens locaux des parloirs et une bibliothèque a été créée en détention. Le logement de fonction du chef d’établissement est intra-muros. 
Les détenus sont logés dans des cellules de 9,80m2 et disposent des éléments de confort suivant : un lit, une table, une chaise, un placard, deux étagères, un panneau mural permettant aux détenus d’afficher des photos personnelles par exemple, des toilettes, un réfrigérateur, un four à micro onde, une télévision et des ustensiles de cuisine.



La prison de Briey pendant la guerre d’Algérie

Pendant la Guerre d’Algérie (1954-1962), la maison d’arrêt de Briey a fait partie des nombreuses prisons à accueillir des prisonniers politiques algériens et des militants de l’indépendance algérienne. La Gangrène, journal interdit publié et diffusé clandestinement, fait mention d’une grève de la faim menée pendant dix jours par les détenus algériens de la prison : « pour obtenir leur admission au régime politique, qui leur était refusé.» Toujours selon le journal, ils auraient obtenus satisfaction concernant plusieurs de leurs revendications. 
Voici reproduit ci-dessous l’intégralité d’une lettre écrite par ces détenus algériens qui contient toutes leurs revendications. Le document est issu d’un ouvrage intitulé Le peuple algérien et la guerre : lettres et témoignages 1954-1962 réalisé conjointement par Patrick Kessel et Giovanni Pirelli et publié en février 1963. Il s’agit d’une compilation de documents : des lettres et des témoignages de l’époque écrits par des militants célèbres, des combattants anonymes… C’est le fruit d’un travail de recherche de plusieurs années réalisé en pleine guerre d’Algérie (1954-1962).

« Lettre collective des détenus de la Maison d’arrêt de Briey (Meurthe-et-Moselle). Destinataire inconnu, s.d. (février 1961) […]

Nous déclenchons la grève de la faim illimitée a partir du 13 février 1961 pour protester contre des procédés injustifiables dont nous sommes victimes à la maison d’arrêt de Briey, et pour bénéficier du régime politique. Comme dans tous les autres établissements pénitentiaires.

Nous demandons

1) Un instituteur choisi parmi le plus qualifié d’entre nous pour nous instruire en français et en arabe. l’actuel qui ne vient qu’une fois par mois et des fois pas du tout ne remplit pas bien son engagement, puisque les seules fois qu’il fait la classe il nous parle d’Algérie française. 

2) La promenade collective d’au moins deux heures par jour.

3) ouverture des cellules ou une salle commune Nous demandons l’ouverture de toutes les cellules pendant la journée ou bien l’octroi d’une salle ou nous pourrions habiter tous ensemble 

4) Caisse de secours : c’est à dire que tous les détenus Politique mettent en commun la totalité de leur Pécules. Ils s’occuperont de la gérer eux mêmes sans l’aide de l’administration penitentiaire. Comme cela se fait dans toutes les maisons d’arrêt. 

5) La cuisine. Nous demandons que la cuisine pour les détenus Politiques soi assurée par ses derniers comme partout ailleurs. 

6) La cantine. Il faut qu’on puisse cantiner tout ce dont nous aurons besoin. Tabac et cigarettes de toutes marques, tabac à priser, conserves etc etc. car sur cette question nous sommes considéré exactement comme des droits-commun.

7) La salle, une fois par semaine pour faire en commun notre prière du vendredi.

8) La douche deux fois par semaine et chaude nous signalons qu’actuellement nous ne prenons qu’une douche froide par semaine.

9) Le courier. Nous protestons contre des mesures inqualifiables qui sont prises à notre encontre contre les lettres de nos avocats. Nous demandons que les missives venant de notre famille ou amis ne soient pas retournées ou bien gardées chez Monsieur le Juge d’Instruction. 

10) Une séance de culture physique deux fois par semaine dirigée par le plus compétent d’entre nous. 

11) Transistors et parloirs. Outre l’octroi de postes transistors nous protestant en attirant l’attention des autorités compétentes sur le fait que des membres de notre famille ne sont pas autorisés a nous rendre visite au parloir de la maison d’Arrêt. 

Detenus Politiques de Briey. »
Sources :
Etablissement Pénitentiaire – Centre de Semi-Liberté / Briey, Forum-prison.fr, mars 2010, URL : http://forum-prison.forumactif.com/t402-etablissement-penitentiaire-centre-de-semi-liberte-briey, consulté le 12 juin 2012. 
Rapport de visite, Centre de semi-liberté de Briey (54), 3 novembre 2008, URL : http://www.cglpl.fr/wp-content/uploads/2009/11/Rapport-de-visite-CSL-Briey.pdf, consulté le 12 juin 2012. 
Association RADAR, La gangrène, URL : http://asmsfqi.org/IMG/pdf/02-007-00114-04.pdf, consulté le 12 juin 2012. 
Patrick Kessel, Giovanni Pirelli, Le peuple algérien et la guerre : lettres et témoignages 1954-1962, Editions l’Harmattan, 2003.