La révolte de Toul en décembre 1971 par Fanny Lebigot

La prison de Toul a été mis en service en 1911 dans une ancienne caserne rénovée. Actuellement, devenue centre de détention après avoir été une maison centrale, l’établissement accueille jusqu’à 429 condamnés (hommes majeurs) d’un an et plus dont les perspectives de réinsertions sont jugées bonnes.


Photo : Ministère de la Justice
Photo : NotreFamille.com, Toul Pittoresque – caserne Maréchal-Ney – Bâtiment central

Le 5 décembre 1971, une mutinerie éclate à la centrale Ney de Toul suite au refus par la direction de prendre en compte les revendications des détenus. La suppression des colis de noël par circulaire du ministre de la Justice René Pleven a mis le feu aux poudres. La gestion brutale de l’établissement par Georges Galiana est également mise en cause. Il était auparavant directeur de la prison d’Alger pendant la guerre d’indépendance et directeur de la centrale de Nîmes durant la révolte de 1966. Son despotisme avait déjà été souligné. 

Le scénario de la révolte est le suivant : le 5 décembre à 17 heures, après la séance hebdomadaire de cinéma, 250 détenus sur les 322 refusent de réintégrer leur cellule et restent dans la cour de promenade. Ils exigent de rencontrer le procureur de Nancy et le juge d’application des peines. Mais, la direction ne voulant rien entendre, les détenus se mettent en grève progressivement. L’agitation se poursuit. Le 9 décembre, en arrivant aux ateliers, les prisonniers du bâtiment C expulsent les gardiens armés de leurs outils. Ils se rendent ainsi maîtres du quartier des adultes, dressent des barricades et exigent cette fois le renvoi du directeur, du gardien-chef et de deux surveillants violents. Ils demandent un traitement plus humain et une augmentation de leur salaire. Le bâtiment qui abrite le quartier de jeunes est presque entièrement mis à sac. Les détenus finissent par obtenir une promesse orale. Dès le 10 décembre, les trois quarts de l’effectif total sont transférés. Mais le 13 décembre, les promesses n’ayant pas été tenues, les détenus qui restent cassent les cellules. La révolte est matée par les forces de l’ordre et les derniers détenus sont à leur tour transférés. Ce n’est qu’un début. Par la suite, une trentaine d’autres mutineries éclatent dans des prisons françaises (Nancy, Nîmes…). 
La révolte de Toul crée l’événement et bénéficie d’une forte médiatisation. Michel Foucault et Simone Signoret achètent une pleine page dans Le Monde du 18 décembre 1971 pour dénoncer ce que subissent les détenus et interpeller l’opinion publique. Cela oblige le Ministère de la Justice à créer une commission d’enquête, la commission Schmelk, pour identifier les responsables des dysfonctionnements. Parallèlement, un Comité Vérité Toul (CVT) se crée à l’initiative d’un groupe maoïste de la Gauche Prolétarienne. Le Groupe d’Information sur les Prisons (notamment animé par Michel Foucault) propose une commission d’enquête indépendante et rassemble des témoignages. Edith Rose, psychiatre de l’établissement dénonce les violences commises sur les détenus dans une lettre adressée au Président de la République (Pompidou) et rendue publique. Dans un article de l’Est Républicain, on peut lire que certains détenus sont restés « attachés à leur lit au moyen d’une ceinture de contention pendant huit jours, nourris à la petite cuillère, baignant dans leur excrément. »
Le Portail Michel Foucault présente un ensemble de documents d’archives de Michel Foucault (manuscrits, sonores, filmiques, photographiques) qui ont été numérisés et dont certains concernent la révolte de Toul :






Sources :
Un conflit ouvert, Association Ban Public, URL : http://prison.eu.org/spip.php?article9319, consulté le 13 juin 2012. 
Philippe Artières , « Les mutins, la psychiatre et l’aumônier », Le Portique, mis en ligne le 15 juin 2007, URL : http://leportique.revues.org/617, Consulté le 13 juin 2012. 
Valérie Richard, « Simone Signoret au secours de Toul », l’Est Républicain, 15 avril 2012