La prison Charles III de Nancy à l’heure de la démolition par Fanny Lebigot

Jusqu’à sa fermeture en juin 2009, la prison Charles III à Nancy était l’une des plus anciennes prisons encore en service en France. Construits en 1716 à la périphérie de la ville, les bâtiments abritaient à l’origine la Manufacture des Tabacs du Duc Léopold, transformée par Napoléon en manufacture d’Etat puis en maison de correction en 1824, avant de devenir une maison d’arrêt en 1857. Au fil du développement de la ville, le bâtiment s’est retrouvé petit à petit inclus dans le tissu urbain. La maison d’arrêt aura traversé trois siècles avant que la ville ne décide sa démolition complète afin de laisser la place à un « écoquartier » dans le cadre du Projet Nancy Grand Cœur. Le démantèlement a effectivement eu lieu pendant l’été 2010 à coup de pelleteuses.

Façade de la prison Alexandre Prévot / Flickr)

Parallèlement, un centre pénitentiaire moderne d’une capacité de 600 places s’est construit et a ouvert ses portes entre Nancy et Maxéville. Il a été inauguré par Rachida Dati, alors garde des sceaux, le 9 juin 2009.


Centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville.Estrepublicain.fr. Photo A.Marchi

L’ancienne prison souffrait d’une assez mauvaise réputation. Il faut dire que les détenus y vivaient dans des conditions particulièrement difficiles : insalubrité, surpopulation… Elle était même selon le Républicain Lorrain, dans un article du 22 décembre 2011 : « la maison de détention la plus vétuste de France ».

Intérieur des locaux (Anthony Picore / Le Républicain Lorrain / MAXPPP)

Voici comment la prison est décrite dans deux quotidiens locaux :


– Extrait d’un article du Républicain Lorrain paru le 29 octobre 2009 et repris sur le site Forum-prison.fr : « Ici, ont vécu sur trois niveaux, plus de trois cents personnes, entassées de deux à six dans des cellules au confort plus que rustique. Les murs des cellules n’ont pas vu de peinture depuis des années, celle qui existe tombe en lambeaux, les plafonds s’écaillent ou s’ornent de trous, parfois de dessins, une fenêtre protégée par un grillage fait descendre une lumière grise. Les rares portes épaisses des cellules qui sont encore en place laissent apparaître des dessins, des graffitis, des gravures de femmes nues punaisées. La nuit, l’oculus de la taille d’une balle de golf était le seul contact possible des détenus bouclés avec les surveillants. »

– Extrait d’un article de l’Est Républicain du 08 février 2007 par Philippe Mercier : « Odeurs de vieux bois, relents de cave, puanteurs rances dans des cellules de 9m2 pour six détenus couchés sur des lits superposés dont certains sommiers sont en tôle avec des trous dedans. L’été, avec la chaleur et la surpopulation, c’est l’enfer ! […] Les cellules du rez-de-chaussée ont été refaites, pas les autres. Les douches sont sommaires. Les murs lépreux. Le moindre bruit résonne dans les coursives ouvertes sur deux niveaux. Le décor de « Prison Break » n’est pas loin, mais ce n’est pas du cinéma. Les cris font froid dans le dos. Le bruit des gâches électriques qui se referment… Click ! ».


Intérieur des locaux. Estrepublicain.fr (photo d’archives)
Intérieur des locaux. Estrepublicain.fr (photo d’archives)

Un « groupe de mémoire »



Avant la démolition, André Rossinot, maire de la ville, a rappelé que la prison Charles III : « est un lieu marqué par l’histoire », c’est la raison pour laquelle un « groupe de mémoire » soutenu par la mairie a été formé. Ce groupe, chargé de réfléchir à un futur lieu de commémoration et à une manière de conserver des traces de la prison, était composé d’habitants du quartier, de membres d’associations d’anciens combattants, de représentants de communautés juives et de six membres du conseil municipal des jeunes. Jean-Marie Conraud, né en 1928 dans les Vosges, en faisait également partie. Cet ancien militant syndical qui se définit lui-même comme un «curieux sauveteur de mémoire régionale » avait en 2005 animé bénévolement un atelier de menuiserie pour les détenus de la prison. Selon lui, « l’histoire de la prison est très mal connue », c’est pourquoi il s’y est intéressé de très près. Il est l’auteur d’un ouvrage intitulé Charles III, une prison en ville – L’histoire de l’enfermement à Nancy (paru en avril 2009 aux éditions Serpenoise). On y apprend notamment que Nancy a compté jusqu’à onze prisons jusqu’à l’ouverture de Charles III en 1857.


Fontaine du XVIIIème siècle (source: www.ici-c-nancy.fr)

L’agglomération nancéienne a également été à l’initiative d’une importante campagne photographique réalisée à l’intérieur des bâtiments destinée à la réalisation d’une exposition et à un versement aux archives. Les vitraux de l’ancienne chapelle de la prison ainsi qu’une fontaine datant du début du XVIIIème siècle, souvenir de la manufacture, ont été retirés et conservés. Selon le Républicain Lorrain (article du 14 juillet 2010) : «Serrureries, portes, etc. [sont partis] pour le musée national des prisons du ministère de la Justice à Fontainebleau.»


Toutefois, l’intérêt pour la prison ne se limite pas à ses éléments de mobilier, elle est surtout un lieu chargé d’histoire qui fait se rencontrer plusieurs mémoires. 

La première exécution qui eu lieu devant la prison fut celle de Jean Dauga en janvier 1890, un tueur en série qui fit dix victimes. François Salvador, dit « l’artificier assassin » fut le dernier exécuté en public en 1925. Enfin, la toute dernière exécution eu lieu le 30 octobre 1953. C’était René Peter, condamné à mort pour un double meurtre. 

Vue aérienne de la prison (source: www.ici-c-nancy.fr)

Pendant la seconde Guerre Mondiale, des prisonniers politiques, des résistants et des juifs arrêtés ou raflés furent détenus à la prison avant d’être envoyés dans les camps de transit de Compiègne et d’internement de Drancy. A l’époque, une porte avait été percée dans le mur d’enceinte pour créer un accès direct sur la voie ferrée qui se trouve juste derrière la prison pour mieux cacher à la population ce qui s’y passait.


Autre événement marquant, le 15 janvier 1972, eut lieu : « Une grave mutinerie à la prison de Nancy. […] la plus importante depuis le début de l’agitation dans les établissements pénitentiaires. », pour reprendre la une du journal Centre-France daté du lendemain des faits. Elle fut durement réprimée : parmi les mutins, six accusés d’avoir organisé la révolte furent condamnés par la justice. A l’époque, les faits ont largement été relatés dans la presse. Les détenus se révoltaient en fait contre leurs conditions de détention en occupant les toits de la prison. Cette mutinerie faisait suite à plusieurs mouvements de protestation qui ont secoué d’autres établissements notamment au cours de l’automne 1971 alors que les colis de noël avaient été supprimés pour les détenus. On assista alors à une remise en cause du régime pénitentiaire appliqué aux détenus dans les prisons. Des personnalités comme Michel Foucault se mobilisèrent.

Pour ou contre la démolition ?


Démolition de la prison 

Françoise Hervé, adversaire politique du maire André Rossinot s’est exprimée au sujet de la démolition de la prison Charles III dans le NancyMag de Janvier-Février 2011. Elle n’est pas en accord avec ce qui a été fait dans le cadre du projet Nancy Grand Cœur et affirme avoir tenté en vain de convaincre les décideurs de conserver « le noyau d’origine, soit le quadrilatère des bâtiments groupés autour de la cour ». Elle avance des arguments à la fois mémoriels et urbanistiques. Selon elle, je cite : « Aucun substitut (plaque, évocation sur un autre mode, etc.) ne remplacera la « chair » de l’objet et du lieu lui-même. ». En fait, elle craint que la vieille prison soit tout simplement oubliée par les générations futures privées de « mémoire matérielle et concrète ». Selon elle également, les bâtiments de la prison ont été construits dans : « un style peu représenté à Nancy, architecture publique qui utilise les pignons comme façades et joue de la polychromie des matériaux, brique et pierre » et méritaient d’être conservés sur le plan architectural. Elle a pour elle l’avis de l’Architecte des Bâtiments de France qui était défavorable à la démolition. Dans ce cas, pourquoi ne pas avoir conservé au moins une partie des bâtiments ? La vétusté des lieux a certainement été un argument décisif parmi d’autres. Cependant, on peut penser qu’il existe des raisons plus profondes. En effet, la prison renvoie à des « heures sombres » de l’histoire de la ville, un passé difficile à assumer qui ne correspond sans doute pas à l’image que l’agglomération souhaite véhiculer surtout avec la refonte du centre-ville. La question ayant déjà été tranchée, en guise de conclusion, souhaitons simplement que ce pan important de l’histoire de Nancy ne se fasse pas oublier de si tôt.


Projet Nancy Grand Cœur (Source: Le Point.fr © Fabrizio de Andreis)

Voici quelques images d’une très belle galerie photo. Elle nous permet de visiter la prison de manière virtuelle à défaut de pouvoir le faire en vrai :





… pour voir la suite, rendez-vous à l’adresse suivante : http://www.residues.net/charles-III.html


Sources :
Artières Philippe. « La prison en procès. Les mutins de Nancy (1972) » dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire. N°70, avril-juin 2001. pp. 57-70
Blog du GENEPI Nancy : genepi-nancy.over-blog.org 
Galerie Photo Prison Charles III : http://www.residues.net/charles-III.html
Républicain lorrain.fr
Estrepublicain.fr 
Site official de la ville de Nancy