« La prison d’Ecrouves graciée » par Fanny Lebigot

(en grande partie basé sur l’article : Baptiste Bize, « La prison d’Ecrouves graciée », Est Républicain, 6 mai 2011)


©Anthony Picore, Le Républicain Lorrain

Le centre de détention d’Ecrouves est situé dans l’agglomération de Toul donc à proximité du centre de détention de Toul (2 prisons dans la même agglomération) et à une quinzaine de kilomètres de Nancy. L’établissement a été aménagé dans une ancienne caserne construite en 1913 qui a connu diverses affectations : centre d’internement administratif, camp de prisonniers de guerre et centre de séjour surveillé sous l’Occupation et la Libération. Les locaux ont finalement été cédés définitivement au ministère de la Justice par l’Armée en Juin 1946. Cette prison avait un statut particulier dans le cadre de la Réforme pénitentiaire impulsée par Paul Amor en 1945. Les détenus dont le reliquat de peine n’était pas supérieur à deux ou trois années y étaient adressés pour acquérir une formation professionnelle. Il accueille aujourd’hui des personnes condamnées (des hommes majeurs) à de longues peines. Sa capacité d’accueil est de 271 individus pour 140 membres du personnel.


En juillet 2010, Michèle Alliot-Marie (alors Ministre de la Justice) annonçait la fermeture de l’établissement programmée pour 2017 en raison de sa vétusté. Cette décision a fait polémique et provoqué un certain mécontentement. Pour Nadine Morano (ancienne député de Toul) : « la prison est dans un état de vétusté tel, qu’il faudrait des travaux titanesques pour la mettre aux normes. Une expertise l’a jugée obsolète, inadéquate avec les lois françaises et européennes. » Elle n’est pas contre la fermeture. En revanche, elle souhaite que la reconstruction se fasse sur le territoire. Les syndicats de surveillants lorrains sont fermement contre. Ils souhaitent que la prison soit rénovée et réhabilitée. Ils arguent du fait que des millions d’euros ont été investis pour rénover les ateliers en 2007.

Presque un an plus tard, on peut parler de revirement de situation. Le garde des Sceaux, Michel Mercier, désavoue son prédécesseur en prenant une nouvelle décision : la prison sera finalement maintenue et entièrement rénovée pour répondre aux normes européennes. Le maire de la commune, Roger Sillaire, est très satisfait : « C’est un établissement qui dispose d’énormément d’atouts reconnus par l’administration pénitentiaire, qui fait référence dans le domaine de la formation et qui possède du foncier disponible. » En tout, c’est 20 millions d’euros qui devraient être investis : soit 9 M€ pour le bâtiment A ; 2,5 M€ pour le bâtiment B ; 6 M€ pour la sécurité périmétrique et 2 M€ pour l’accueil familial.

Un lieu chargé d’histoire


Les archives départementales de Meurthe-et-Moselle ont réalisé en 2007 une exposition intitulée Internement et déportation en Meurthe-et-Moselle. Voici un lien où vous trouverez les textes de l’exposition.


Elle retrace l’histoire de l’internement et de la déportation dans le département, présente les lieux de détention et nous livre plusieurs témoignages. Dans ce cadre et suite à la découverte d’un document exceptionnel conservé dans ses fonds (un rapport intitulé Les camps et centres d’internement du territoire de septembre 1939 à juillet 1943 commandé par les autorités de Vichy et dont il n’existe qu’un exemplaire connu), les archives présentent également une étude détaillée sur un patrimoine oublié : le centre de séjour surveillé d’Ecrouves. Les textes ont été rédigés par Tiphaine Winisdorffer et Didier Perrin (avec le soutien de l’Éducation Nationale) et sont accompagnés de nombreux documents qui ont été scannés. Vous les trouverez sur le site des archives de Meurthe-et-Moselle ici.
 Voici un avant goût :
« Le centre de séjour surveillé d’Écrouves représente un aspect longtemps occulté de la Deuxième Guerre mondiale en Meurthe-et-Moselle et ses traces dans le paysage ont aujourd’hui presque totalement disparu. […] Rappelons que le C.S.S. d’Écrouves ouvre le 22 août 1941 mais sa genèse remonte à la IIIe République avec le décret du 12 novembre 1938 instituant l’internement administratif des étrangers indésirables, puis des individus réputés dangereux pour la défense nationale ou la sécurité publique (18 novembre). Ces lois d’exception visent alors les exilés républicains d’Espagne, les étrangers fuyant le IIIe Reich, les communistes français à partir de 1939… »

Entrée du camp, sans date (20,81 x 27,16 cm). Arch. dép. Meurthe-et-Moselle CAB 133

Plan du Centre de Séjour Surveillé d’Écrouves, 1941-1943 (?) (49,21 x 64,90 cm), Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, CAB 133

Chronologie du C.S.S d’Ecrouves, Archives de Meurthe-et-Moselle

Vue générale du Centre de Séjour Surveillé d’Écrouves, non daté,(20,78 x 27,02 cm), 
Arch. dép. Meurthe-et-Moselle CAB 133

La chanson d’Écrouves est un texte retrouvé dans le dossier de Pierre Marchal, arrêté pour des raisons inconnues par les Allemands en mars 1943. On ignore cependant si cet homme en est l’instigateur. Le document n’en reste pas moins exceptionnel car il mêle à la fois une dénonciation vigoureuse du monde concentrationnaire tout en adressant un formidable message d’espoir. Écrouves apparaît ainsi comme un talon de fer, un lieu de misère où l’affaiblissement s’obtient par la faim, les brimades et les travaux serviles. Reste que ce chant, fait de patriotisme et aux accents communistes, est un instrument de propagande à même de rendre moins insupportables les conditions de détention.


La chanson d’Écrouves, 1943 (?), (15,03 x 19,37 cm), Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, 927 W 231.



Sources

Archives de Meurthe-et-Moselle : http://www.archives.cg54.fr/Expo/Ecrouves.htm
Baptiste Bize, « La prison d’Ecrouves graciée », Est Républicain, 6 mai 2011. 
M.-O.N.,  « Ecrouves : la vétusté en question », Le Républicain lorrain, 28 septembre 2010.