Le château d’If, un site d’exception lié à l’imaginaire par Marie Noury

Au large de Marseille, le château d’if est une forteresse érigée par François 1er sur un îlot de l’archipel de Frioul au centre de la rade de Marseille. Elle a été conçue dans le but de protéger les côtes d’une invasion et de couvrir les sorties et le mouillage de la toute nouvelle flotte des galères royales. La forteresse devait également surveiller Marseille, rattachée au royaume de France en 1480. A l’époque, le roi de France s’étonna que rien ne soit fait pour protéger Marseille. Avant de regagner Paris, il ordonna la construction d’un fort à If et d’un autre sur la colline de la Garde.

                     

Château d’If et Marseille (source: Image Wikipédia)


Les soucis du royaume l’accaparèrent et il se désintéressa un peu de la chose. La municipalité marseillaise s’était engagée à financer la moitié des travaux. Mais, après plusieurs désaccords, rien ne fut construit.

                        

Monte-Cristo if castle – marseille France by JM Rosier.JPG


En 1523, les Marseillais virent, une fois de plus, la guerre arriver. Ils demandèrent de l’aide au roi. Celui-ci envoya à Marseille son amiral La Fayette et un commissaire aux fortifications, Mirabel. Empressement, tout ce qui était en dehors des remparts fut rasé : églises, couvents, maisons tout devait disparaître afin de ne pas faciliter l’approche de l’ennemi. C’est ainsi que furent démolis un certain nombre d’édifice comme les couvents des frères Mineurs, des Jacobins, les églises Ste Catherine, St Pierre, Notre Dame du Bon Voyage… Le siège de la ville débuta au mois d’août. Marseille résista. Le roi vint à son secours, poursuivit l’ennemi jusqu’en Italie. D’emblée, il ordonna la construction des forts. Celle-ci commença rapidement. Cependant, Marseille faisait traîner la construction du fort. Les Marseillais pensaient que le fort, s’il pouvait les protéger, pouvait aussi les surveiller et les empêcher de pratiquer leur commerce. Il faut préciser que Marseille avait, de tout temps, été une cité indépendante et qu’elle n’acceptait pas toujours la main mise du pouvoir royal. Le château fut enfin terminé le 12 juillet 1531, avec ses trois tours, telles que nous le voyons aujourd’hui. Le fort était armé de canons serpentines, grandes couleuvrines et couleuvrines bâtardes, à l’écusson de François Ier : Fleur de lys et salamandre. Le douze octobre 1533, on tira les premiers coups de canons. Des coups d’honneur annonçant l’arrivée du pape Clément VII.


Photo d’Etienne Noël

Le château d’If est l’un des sites les plus visités de la ville de Marseille. Le château et le mur d’escarpe entourant l’îlot ont été classés monuments historiques le 7 juillet 1926.
Le fort a lui-même le plan d’un carré avec des côtés d’une longueur de 28 mètres, flanqué de 3 tours cylindriques. Il se compose de trois niveaux. Chaque tour comporte de grandes ouvertures. La tour Saint Christophe dans le nord-ouest est la plus haute tour et permet de surveiller la mer à 22 m de hauteur. La tour a été construite de 1524 à 1527 et la tour résidentielle associée date de 1529.
Les tours Saint Jaume et Maugovert sont à l’opposé au nord-est et au sud-est du fort. Les tours sont reliées entre elles par une terrasse spacieuse sur deux étages. Le salon et la cuisine sont au rez-de-chaussée et des casemates se trouvent au premier étage. Les trois tours rassemblaient une puissance de feu considérable, ce qui faisait du château d’If une puissante citadelle. En 1702, Vauban fit ajouter une maison de garde, à droite avant la sortie de la forteresse, la caserne Vauban.


source: servicehistorique.sga.defense.gouv.fr

La fonction carcérale de cette fortification

La fonction carcérale a très tôt pris le pas sur le rôle militaire : trois siècles durant, le château a servi de prison à des hôtes célèbres ou anonymes. Cette forteresse devient dès 1580 et jusqu’en 1871 une prison d’Etat. Les opposants au pouvoir y sont emprisonnés, protestants et républicains en tête.
Les premiers prisonniers du château d’If sont enfermés en novembre 1540. Ce sont deux pêcheurs marseillais. En dehors des cellules du rez-de-chaussée, dans lesquelles la promiscuité associée à une hygiène déplorable laisse aux prisonniers une espérance de vie de 9 mois, il est possible, moyennant finance, de louer une cellule au premier étage, appelée aussi « chambre passable » ou « pistole », plus spacieuses, ces cellules ont généralement des fenêtres et des cheminées. Les prisonniers fortunés y étaient enfermés.



On peut citer quelques prisonniers célèbres comme le marquis de Sade, le comte de Mirabeau, enfermé en 1774 sur la demande de son père, Fanny Dillon, épouse du général Bertrand, enfermée en mars 1815, Louis Auguste Blanqui (un révolutionnaire républicain socialiste français, qui s’est battu pour des idées neuves à son époque telles que le suffrage universel « Un homme, une voix », l’égalité homme/femme et la suppression du travail des enfants).


Le nom d’un prisonnier politique de 1848 au château d’If (source: Image Wikipédia)

Photo d’Etienne Noël
Photo d’Etienne Noël
Photo d’Etienne Noël
photo Etienne Noël

Photo d’Etienne Noël

120 personnes furent emprisonnées après les émeutes de 1848. Après le coup d’État du 2 décembre 1851, le château reçut provisoirement 304 détenus en attente de leur déportation vers le bagne de Maison-Carrée (Algérie) ou celui de Cayenne (Guyane). D’autres prisonniers politiques y furent également enfermés lors de la chute du Second Empire (1870) comme Gaston Crémieux, fusillé l’année suivante.
Les derniers prisonniers sont des civils alsaciens et lorrains libérés en septembre 1914.


Vue depuis une cellule (source: Image Wikipedia)


Plan-relief de 1681 du château d’If (Musée des Plans-reliefs, Paris)


Photo d’Etienne Noël

Un lieu mythique

Un lieu mythique mondialement connu. Alexandre Dumas publie Le Comte de Monte-Cristo en 1844. If est le lieu de détention du héros, Edmond Dantès. Le roman rencontre un énorme succès : traduit dans le monde entier, vingt-trois films s’en inspirent. Des visites de la « cellule d’Edmond Dantès » sont encore organisées de nos jours au Château d’If. Le réalisme est poussé jusqu’à avoir creusé une galerie entre la cellule supposée de Dantès et celle de l’abbé Faria. Aujourd’hui sont aussi possibles des visites du centre ville aux endroits cités par Alexandre Dumas dans son roman.

Alexandre Dumas (source: Image Wikipédia)


Le château d’If visité par des touristes aux débuts du XXe siècle