La maison d’arrêt de Tulle par Lolita Delesque

Comme dans toute recherche, les sources sont primordiales. En travaillant sur la maison d’arrêt de Tulle, il a été difficile d’accéder aux sources. Malgré cela, nous avons réussi à trouver quelques informations comme par exemple dans le rapport de visite du 19-20 octobre 2009.


Une maison d’arrêt, c’est un établissement pénitentiaire pour les prévenus, les condamnés dont la durée de peine à purger est inférieure à un an et les condamnés en attente d’affectation dans un établissement pour peine (centre de détention ou maison centrale). Après la seconde Guerre Mondiale de nombreux établissements ont été bombardés et détruits. Voilà pourquoi à partir de 1945, on décide de les reconstruire ou de les restaurer. L’isolement cellulaire est prescrit dans les principes de la réforme pénitentiaire énoncés en 1945.
Dès la fin des années 1950, les maisons d’arrêt sont vétustes et surencombrées. Les événements d’Algérie ne sont pas sans effet sur le parc carcéral. Huit nouvelles maisons d’arrêt vont être construites, parmi elles la maison d’arrêt de Tulle.


Carte des établissements pénitentiaires en France,
source : http://ldh.npdc.free.fr/carte.htm

La maison d’arrêt de Tulle a été construite entre 1955 et 1960, il s’agit d’une petite structure de 1112 m². Elle a accueilli ses premiers prisonniers en aout 1961, notamment les généraux et officiers de l’armée française impliqués dans le putsch d’Alger. L’ancienne prison de Tulle se trouvait en centre-ville à côté d’une école. Cette dernière voulant étendre ses bâtiments, la commune acheta l’emplacement de la prison qui fut alors rasée.

La nouvelle prison a été construite sur les hauteurs de la ville, sur l’emplacement d’anciens abattoirs, dans le virage en épingle à cheveux. D’après Pierre Calvas, celle-ci aurait couté près de 46 millions de francs anciens.

L’établissement est composé de deux étages reliés par un escalier au milieu de la coursive. Elle comportait trente-quatre cellules et deux logements pour le personnel de direction. Le quartier de semi-liberté se trouve au 1er étage. L’établissement est constitué de deux quartiers de détention appelés « petit quartier » dans l’aile gauche et « grand quartier » qui se trouve dans le prolongement de l’accès, ce dernier est recouvert d’une verrière qui donne une grande clarté à l’ensemble.
Il existe deux cours de promenade pour la détention : une grande cours de 300m² pour pratiquer le football, la pétanque et une plus petite de 200m² pour téléphoner et jouer au ping-pong. Les détenus ont accès à la bibliothèque et à des activités sportives. La prison ne possède pas de mirador mais un mur d’enceinte avec un câblage électrique de 10 000 volts. 
De 1975 à 1981, un Quartier de Haute Sécurité (QHS) fut établi dans la maison d’arrêt de Tulle ce qui s’explique par son important niveau de sécurité. En 1985, l’établissement est devenu une maison d’arrêt. 
A l’heure actuelle, la maison d’arrêt se trouve au sein même de la ville de Tulle, au n°26 de la rue Souham (rue en épingle à cheveux). Elle est non loin de la Préfecture de la Corrèze. 
Elle est sous la direction interrégionale de Bordeaux qui dirige quatorze maisons d’arrêt, une maison correctionnelle et cinq centres de détention. Elle est située dans le ressort de la cour d’appel de Limoges et du tribunal de grande instance de Tulle et de Brive. 
La maison d’arrêt ne reçoit que les hommes majeurs. Les femmes et les mineurs sont incarcérés à la maison d’arrêt de Limoges. 
Cet établissement peut accueillir théoriquement 49 détenus répartis entre le quartier de détention des hommes majeurs (43 places) et le quartier de semi-liberté des hommes majeurs (6 places). Même si l’établissement dispose de 98 lits, elle a accueilli en moyenne 90 détenus en 2008.

Photographie de l’entrée de la maison d’arrêt de Tulle,
Source : http://www.annuaires.justice.gouv.fr/etablissements-penitentiaires-10113/direction-interregionale-de-bordeaux-10122/tulle-10685.html

Les limites de la patrimonialisation 

Il est intéressant de remarquer que les informations concernant la maison d’arrêt de Tulle mais également l’ancienne prison de la Barussie de Tulle sont extrêmement difficiles à trouver et quand on les trouve il devient délicat de les consulter. Par exemple, en s’adressant aux Archives Départementales de la Corrèze, on apprend que les fonds concernant la maison d’arrêt (1925 W, versements qui datent de 1958 à 2000) et l’ancienne prison de la Barussie sont tous soumis à dérogation pour être consultés. Cette mesure vient surement du fait que la maison d’arrêt de Tulle a accueilli lors de ses premières années d’ouverture les responsables du putsch d’Alger (fin des années 1950 début des années 1960).


Dans tous les documents versés aux Archives Départementales de la Corrèze, seul le fond 23 Fi, comprenant des photographies déposées par l’agence de Tulle du quotidien La Montagne sont en libre accès et leur reproduction est soumis à autorisation de l’agence.
Il devient donc difficile de patrimoinialiser un bâtiment que l’on connaît à peine. Cependant sa patrimonialisation peut peut-être passer par l’histoire de ses prisonniers politiques : les généraux et officiers du putsch d’Alger.


Maison d’Arrêt de Tulle,

Source : AD de la Corrèze, fond La Montagne, 23Fi

Sources


1 réponse

  1. carceropolis dit :

    Bonjour,

    Comment contacter les rédacteurs de ce site ? Je souhaite référencer ce blog sur carceropolis.fr, une plateforme sur les prisons françaises.

    Pouvez-vous me contacter sur info@carceropolis.fr

    Merci
    Julien