Louviers, la prison devenue école de musique par Fanny de Saint-Jores

En 1470, les religieux de Sainte-Barbe de l’ordre de Saint-François quittent leur couvent du Mesnil Jourdain, sur le plateau au dessus de la vallée de l’Eure pour s’installer à Louviers et créent ainsi le couvent des Pénitents. C’est grâce à une généreuse donatrice que les moines acquièrent un terrain rue de l’Isle. C’est sur ce terrain qu’à partir de 1646 est édifié le bâtiment conventuel. Le convent est construit dans le style architectural caractéristique de l’ordre de Saint-François au 17e siècle. Le couvent, comme de nombreux bâtiments religieux est confisqué aux religieux en 1790 à la suite de la Révolution Française.

                               

Après avoir été récupéré par la municipalité pour servir de local à la Société populaire locale, il devient une maison d’arrêt et de correction par l’arrêté de la commission administrative du 1er octobre 1793. C’est avec la loi du 29 septembre 1791 que sont créées les maisons d’arrêt. Elles doivent être placées à proximité des tribunaux. On retrouve mention de cela dans l’article 603 du code de l’instruction criminelle : «Indépendamment des prisons pour peines, il y aura, dans chaque arrondissement, près du tribunal de première instance, une maison d’arrêt pour y retenir les prévenus. » Une maison d’arrêt reçoit les inculpés, prévenus et condamné à moins d’un an et un jour. Sont également placés dans les maisons d’arrêt les mineurs, à la demande de leur parents dans le cas où il n’y aurait pas de maisons de correction à proximité.

                                      

Les bâtiments ne sont pas agencés pour favoriser la transformation en prison. Il a cependant fallu faire avec les constructions existantes. Cependant un projet de travaux voit le jour. Il explique qu’il faut démolir les cloisons de distribution, boucher des baies et des portes inutiles ou nuisibles à la sûreté. De plus, une partie du 2° étage sera destinée aux prisons (maison d’arrêt et infirmeries), certainement le 1er étage et rez-de-chaussée sera destiné aux ateliers de travail pour les hommes et les femmes. Les travaux prévoient également la construction de deux préaux séparés dans le jardin avec une clôture en maçonnerie. La clôture des pièces ne fut que théorique, la séparation n’intervient qu’en 1913.


Illustration : Plan du Rez-de-chaussée de la Prison, source: INHA archives nationales


Illustration : Plan du 1er étage de la Prison, source: INHA archives nationales

Illustration : Plan du 2e étage de la Prison, source: INHA archives nationales

Certaines pièces servaient de lieux de punition : cachot et chambre de discipline. Depuis l’interdiction des châtiments corporels et pour augmenter le degré de la peine, on a ouvert ces deux lieux d’enfermement avec des conditions que l’on peut considérer comme inhumaines. Ils se trouvent dans un souterrain humide et obscur. Un nouveau cachot est ensuite construit en 1826, un peu plus grand avec 7,5 m², il est entièrement obscur.

                             

Il n’y avait pas séparation entre les détenus, ainsi il y avait une confusion des sexes, des âges mais également des types de détenus. De plus, les conditions de vie étaient assez mauvaises. La salubrité : le bâtiment est très humide puisqu’il est situé sur l’Eure. Un grand nombre de maladies se développaient à cause de cette humidité : fièvre, choléra, rhumatisme. De plus les malades n’étaient pas séparés des prisonniers en bonne santé ce qui accentuait la contagion. Avec la présence de plusieurs usines de textile notamment en amont de la rivière, l’eau était impropre à la consommation. Il y avait donc de nombreux malades , 4 à 8 % des prisonniers. En plus de ces mauvaises conditions d’hébergement, il n’existait pas d’infirmerie. Les décès de détenus n’étaient donc pas exceptionnels. La prison était également confrontée à des risques d’évasion, en effet, le toit, le jardin et le sous-sol sont idéals. Les barreaux en fer sous l’eau ne sont installés qu’en 1829. La sécurité présentait donc elle aussi des dysfonctionnements. Dans le cadre de l’uniformisation des lieux de peine, en 1801 il est décidé un nouveau règlement qui indique les services minimum à fournir aux détenus ; le premier concerne la nourriture qui permet d’assurer la survie. A Louviers, la ration de pain est fixée à 750g par jour, fournie par un boulanger extérieur. La soupe est cuisinée par le gardien. Les prisonniers et la commission de surveillance se sont souvent plaints, indiquant qu’elle était mauvaise et non réglementaire. Le deuxième service est le vêtement. La prison de Louviers disposait d’un vestiaire avec de quoi se vêtir et se chausser, il n’y avait pas de costume carcéral (malgré les préconisations du règlement de 1841). Le vestiaire est très hétérogène. La literie est également concernée par ce règlement, elle doit fournir hygiène et humanité aux détenus. Le règlement impose la fourniture d’une à deux couvertures par prisonnier et un sommier. A Louviers, on ne trouvait que quelques lits en fer à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. Sinon Il y avait des dortoirs avec de la paille fourni par le gardien. A Louviers, on voit apparaître quelques baquets de lavage en 1879.

En 1843, on crée à Louviers le premier règlement particulier. Il comprend 27 articles qui concernent la vie quotidienne des détenus. On trouve par exemple l’interdiction des trafics de nourriture et de boissons. La volonté de discipliner les détenus est présente avec des horaires fixes qui rythment la vie carcérale. Le but est de modeler les prisonniers avant de les rendre à la société.
La prison reçoit entre 20 et 40 prisonniers. Les catégories évoluent avec les variations économiques, sociales et politiques. En règle générale, les hommes emprisonnés à Louviers sont des adultes qui ont commis un vol et sont issus des classes les plus pauvres. Le vol représente 52 % des délits. Pour les femmes c’est à peu prêt la même chose, mais on trouve également des cas d’infanticide. Les enfants sont enfermés avec les adultes jusqu’au milieu du XIXe siècle. La prison est gérée par un gardien chef et un gardien ordinaire. Il n’y a pas de directeur nommé, le maire de la ville assure donc cette fonction. Le personnel a en charge la moralisation des détenus. En effet plusieurs écrits montrent cependant que de nombreux trafics avaient lieu dans les murs de la prison. Les gardiens effectuent un travail administratif en plus des taches de la vie quotidienne comme assurer la sûreté ou nourrir les détenus. Ils sont nommés par le préfet sur proposition de la municipalité, mais également de la commission de surveillance de la prison. À partir de 1842, on voit apparaître une nouvelle catégorie de personnel, les surveillantes, comme il n’y a pas de congrégation religieuse à Louviers, ce sont les femmes des gardiens qui occupent cette fonction de surveillance.
La commission de surveillance est fondé en 1810 mais elle se généralise dans tous les département à partir de 1819. Elle a en charge le contrôle du fonctionnement des prisons dans les arrondissements de justice (salubrité, discipline, nourriture, vestiaire). Lors de son contrôle elle doit faire des préconisations pour améliorer le fonctionnement. Elle a un droit de regard sur tout ce qui touche à la prison. À Louviers, elle est composée de notables de la ville nommés pour cinq ans, il y a des représentants du personnel judiciaire et du personnel administratif, des industriels locaux, un curé mais également à partir de 1880, c’est-à-dire soixante-dix ans après sa création, un docteur.
Entre la fermeture de la prison dans les années 1930 et 1990, les bâtiments sont laissés à l’abandon. En 1990, l’école de musique s’installe dans les bâtiments de la prison. Le bâtiment conventuel, le cloître ainsi que le pont sont inscrits au titre des Monuments Historiques depuis 1994. Depuis l’automne 2012 l’école de musique a regagné cet espace après des travaux d’aménagement réalisés par un cabinet d’architecte, Opus 5. Le projet comporte la construction d’une partie neuve et la restauration de l’existant. Selon eux, le projet doit «Conjugu[er] pierre, eau et végétal, l’endroit forme un tableau impressionniste que nous voulions mettre en exergue». 
Pour la partie neuve, il y a eut deux extensions, dans la cour ainsi que sur la partie sud du cloître Sur les façades de l’est et du sud, les architectes ont choisi de mettre des panneaux de béton. Pour la façade nord, c’est le choix d’une façade en verre qui a été fait, il forme un miroir le jour et la nuit il permet d’apercevoir la salle de l’orchestre. Pour la restauration, ce sont les joints qui ont été refaits sur les façades.
Les travaux de restauration de l’ancienne prison ont laissé de côté la période carcérale pour faire ressortir le cloître du XVIIe siècle.

                                  


                                  

                                 


                                  


Sources :
LA PRISON DE LOUVIERS AU XIXe SIECLE, Conférence de Mademoiselle Myrtal GOSSIN, Etudiante en Histoire, le 7 avril 2001 (Société d’étude diverses de Louviers et de sa région) (On peut consulter son mémoire de maîtrise réalisée sous la direction de J-C Vimont à la bibliothèque universitaire de la faculté des Lettres de Mont-Saint-Aignan)
HISTOIRE DE LOUVIERS : des origines à nos jours, A Levasseur. Ed. Bertout, 1993 
http://gallica.bnf.fr
http://www.lecourrierdelarchitecte.com/article_3436
http://sedlouviers.pagesperso-orange.fr/
http://criminocorpus.cnrs.fr


Vous aimerez aussi...