Chine, aspects des prisons au Tibet par Gao Yue

La Chine utilise le terme de prison pour les installations où sont détenues des personnes formellement reconnues coupables, selon la juridiction chinoise, d’un délit et condamnées par une cour de justice. Or, la majorité des prisonniers condamnés pour un délit l’ont été par un comité administratif ou sur une décision de police. Ainsi les bâtiments où sont détenus ces condamnés non jugés par une cour ne sont pas considérés par les Chinois comme des prisons.

À Lhassa, jusqu’au milieu du XIXe siècle, les condamnés étaient soit enfermés dans la prison d’État de Shöl, soit confiés à un gouverneur de district qui était responsable de leur garde,. Certains criminels étaient condamnés à porter des chaînes et à mendier dans les rues afin de subvenir à leurs besoins .






Selon un document officiel du gouvernement chinois intitulé Cent questions et réponses (1988), il n’y avait qu’une seule prison et deux brigades de rééducation dans la Région autonome du Tibet. Par la suite, le chiffre officiel est monté à trois en 2000 : 
⊙La prison de la région autonome du Tibet 
⊙La prison de Lhassa,
⊙La prison de Bomi 
(Cette affirmation est contestée par d’anciens prisonniers et divers opposants ou observateurs du régime chinois). 
La prison de la région autonome du Tibet est la seule à avoir une population féminine et est la plus grande des trois prisons. 
Selon la China Society For Human Rights Studies, la population carcérale de l’ensemble des trois prisons est de 2 300 détenus, 76 % des détenus sont tibétains, 20 % chinois, 4 % relevant d’autres minorités ethniques, soit une proportion de 8,77 détenus pour 10 000 habitants et quelque 60 % des détenus ont été condamnés pour vol, 30 % pour crimes avec violence et moins de 5 % pour crimes contre la sécurité nationale.
Les trois prisons proposent aux détenus des cours de littérature, de mathématiques, de droit et de gestion. Les détenus ont aussi la possibilité d’apprendre l’horticulture, la couture, l’entretien et la réparation automobile. Différents menus sont proposés en fonction de l’origine ethnique des détenus. Les détenus ont droit à une visite familiale par mois.


Prisons et camps des années 1951—1959

Le 14e dalaï-lama, à l’âge de 16 ans, accède au pouvoir par anticipation le 17 novembre 1950, près d’un mois après le début de l’intervention militaire chinoise au Tibet. Choqué par l’utilisation de la cangue, il libère tous les prisonniers. Il envoie une délégation à Pékin et ratifie l’Accord en 17 points sur la libération pacifique du Tibet , selon lui sous la contrainte.
Le 27 septembre 1954, il est choisi comme vice-président du Comité permanent de l’Assemblée nationale populaire. Avec le 10e Panchen Lama, il se rend dans la capitale chinoise pour rencontrer le président Mao Zedong et assister comme délégué à la première séance de l’Assemblée nationale populaire, où il discute principalement de la constitution chinoise.
Durant les quelques années où il dirige le Tibet, dans une collaboration difficile avec le gouvernement central, le dalaï-lama rapporte avoir établi un système judiciaire indépendant et aboli le système de la dette héréditaire, qui était « le fléau des paysans et de la communauté rurale ».
Le 10 mars 1959 a lieu le soulèvement à Lhassa. Le 17 mars, il s’enfuit à Tawang, en Inde, traversant finalement la frontière le 31 mars.
Dès 1950, les prisons et les camps de travail se multiplient à Lhassa avec la prison de Drapchi, au Kham avec Garthar, au Gansu avec Lanzhou. À Lhassa, ville de 30 000 habitants, six centres de détention sont ouverts. Les prisonniers « sont des esclaves corvéables à merci pour l’édification du Tibet socialiste sous l’égide de la Chine ». Ils sont utilisés pour la construction des routes, le fabrication des matériaux, les tâches agricoles et ce « jusqu’à épuisement » .
Selon le gouvernement tibétain en exil, en 1956, à la suite des révoltes de la résistance tibétaine dans l’est du Tibet, l’armée chinoise arrête des nobles, des moines âgés et des chefs de la résistance, les torturant et les exécutant en public pour décourager la résistance.

La prison de la région autonome du Tibet



La prison de la région autonome du Tibet, construite à l’origine pour servir de garnison militaire tibétaine, fut transformée en prison après le soulèvement tibétain de 1959 contre la Chine. Créée en 1960, la prison de de la région autonome du Tibet est la plus grande des trois et la seule à avoir une population féminine.
Ouverte officiellement comme prison en 1965, elle est formée d’une série de neuf unités et a été récemment agrandie et restructurée. La population carcérale est estimée à 1000 détenus dont 600 considérés comme prisonniers politiques, âgés de 18 à 85 ans, parmi lesquels beaucoup de moines et nonnes. Quatre catégories de délinquants ne peuvent pas être incarcérés : les femmes enceintes, les femmes ayant un nourrisson, les personnes gravement handicapées et celles atteintes d’une maladie grave.
Les droits des détenus sont inscrits dans une brochure qui leur est remise lors de leur incarcération. Les détenus peuvent obtenir une réduction de peine pour bonne conduite. C’est le cas chaque année de 30% d’entre eux.
La prison de la région autonome du Tibet a sa propre clinique dotée d’un personnel soignant de 13 médecins et infirmiers. Elle a aussi sa propre pharmacie. En cas de maladie grave ne pouvant pas être traitée sur place, le détenu est envoyé dans un hôpital public ou dans un hôpital de 60 lits, réservé à la population carcérale, qui vient d’être construit à côté de la prison régionale du Tibet. Il est doté d’un équipement médical moderne, pratique la médecine occidentale ainsi que la médecine tibétaine et compte 20 médecins.
Selon les réfugiés tibétains en exil, la prison a acquis une réputation tristement célèbre et est redoutée des Tibétains en raison de sa gestion dure. Des associations de Tibétains en exil ont fait état de brutalités.
Sources :
Articles Wikipédia (Prison chinoise, Prison de Drapchi)
http://www.bjreview.cn/Cn/China/China2001-31-2.htm (en chinois)