Japon. La prison d’Abashiri par Sakura Nagaya


L’origine de la prison d’Abashiri

Dans le temps, on disait que s’évader de la prison d’Abashiri était un véritable exploit, tant ses murs étaient considérés comme étant infranchissables dans tout le Japon. La prison fût aussi appelée ‘L’enfer de l’extrémité nord” car les conditions de vie des prisonniers (malnutrition, mauvais traitements, etc) ajoutées aux conditions climatiques étaient extrêmement dures. Actuellement, elle incarne la prison représentative du Japon. La prison est toujours en activité mais les anciens bâtiments ont été regroupés à 2 km au sud de la prison. Aujourd’hui, elle est divisée en deux parties dont l’une, l’ancienne, est conservée et ouverte en tant que musée de la prison d’Abashiri grâce à la fondation d’utilité publique dotée de la personnalité juridique en charge de la partie historique de la prison d’Abashiri.

L’histoire depuis 120 ans

Abashiri est une ville située sur l’île d’Hokkaidō au Japon. En 1880, les prisonniers politiques furent nombreux à y être détenus à cause de la guerre civile. La capacité de détention carcérale fut largement dépassée. 
En plus, Hokaido était importante afin de protéger le pays de la Russie. Et surtout, défricher le terrain d’Hokkaido était également stratégiquement primordial. Le gouvernement décida de bâtir une prison particulière à Hokkaido pour accueillir des prisonniers en surnombre alors que les places étaient saturées dans les autres prisons. En 1890, l’autorité politique d’Hokkaidō décida de construire des prisons sectorielles à Abashiri. Les premiers prisonniers furent envoyés sur l’île pour participer à son développement via la construction d’une route de plus de 160 kilomètres à Abashiri.
● 1890 : Inauguration de la première prison non nommée d’Abashiri
● 1891 : Construction d’une route grâce aux travaux forcés
● 1903 : Appellation officielle de la prison d’Abashiri
● 1984 : Ouverture des bâtiments actuels de la prison d’Abashiri
● 2006 : Ouverture d’un nouveau bâtiment de la prison d’Abashiri(400 personnes)


La construction d’une route de plus de 160 kilomètres par les prisonniers

La construction de 1891 fut menée par environs un millier de prisonniers, travaillant jours et nuits et causa d’innombrables décès parmi eux. Il y eut plus de 200 victimes dont notamment quelques gardiens de prison. En 1905, au Parlement, les parlementaires discutèrent de ce problème et enfin ils décidèrent d’annuler ce projet.
De nos jours, depuis cette date noire, on est parvenu à maintenir la prospérité de Hokkaido.
Des morts furent enterrés dans la rue et après les années 50, des chercheurs de la région et des gens de Hokkaidō exhumèrent leurs corps et les enterrèrent ailleurs.



Le Musée de la prison d’Abashiri

Le musée permet de conserver un témoignage de cette histoire et de protéger l’histoire de ces prisonniers et de promouvoir les anciens bâtiments en tant que preuves historiques. 
La particularité de cette prison
L’édifice de la prison, datant de 1913, fut édifié avec des briques. Pour l’époque, ce bâtiment était vraiment moderne. Suite à la destruction de ce bâtiment en 1974, de moins en moins de bâtiment historiques furent détruits et ainsi, de nos jours, on ne peut presque plus voir des bâtiments ‘’modernes’’ de cette époque. Désormais, un mur peint remplace le mur de briques détruit.
Contenu de l’exposition
● L’entré principale (construction : 1924 / reproduction : 1983 /longueur totale : 23.22 m)




La porte principale de la prison fut baptisée ‘’la porte en briques rouges’’. De chaque coté de la porte, il y a une chambre, le coté gauche est utilisé pour l’accueil et le droit est employé pour formuler des demandes d’entrevue et en tant que salle d’attente.
Les briques furent confectionnées selon la méthode traditionnelle de l’époque, en mélangeant du sel dans une marmite de brique pour ajouter un aspect luisant aux briques. Le sel est fondu par une chaleur de plus de 1160 degrés, ce qui confère aux briques leur couleur marron si caractéristique. La taille des briques est plus petite que celle d’aujourd’hui.
Le secret de leur fabrication est définitivement perdu. Ainsi, les briques d’Abashiri sont inestimables pour étudier la conception ancienne des briques. 
● La salle du discours (construction : 1912 / reproduction : 1981 /surface : 404.87 mètres carrés)


Cette pièce servait à éducation religieuse à destination des prisonniers. Façonnée dans un style japonais, à l’exception du lustre, elle embrassait les cultures orientales et occidentales.
Après la guerre, la salle fut aménagée pour le cinéma et employée par moment comme salle de discours simple lors de la venue d’une personnalité. En hiver, elle fait office de salle de sport.
● La prison aux cinq ailles étoilées (construction : 1912 / déplacement: 1985 /surface : 3333.72 mètres carrés). 
Ce bâtiment fut ouvert de 1913 à 1927 et ses plans furent calqués sur ceux de la prison de Louvain en Belgique. Grâce à cette forme particulière, il est facile de la surveiller avec un petit nombre de gardiens. Il y a 226 chambres comprenant quelques chambres individuelles et d’autres collectives de 3 à 5 personnes. Du couloir, on peut regarder l’intérieur mais de l’intérieur, on ne peut pas regarder en dehors. Concernant les chambres individuelles, on ne peut pas voir ni à l’intérieur ni à l’extérieur .



Sources :
http://www.kangoku.jp/index.html (en japonnais) (consulté le 25 janvier 2013)
Prison Abashiri (article Wikipédia en japonnais, en français)