La prison d’Evreux durant la seconde Guerre Mondiale par Céline Aubin


Même si les informations sont relativement maigres, nous disposons de plusieurs éléments concernant le devenir de la prison d’Evreux durant la Seconde Guerre mondiale.


Tout d’abord, la population carcérale va connaître une forte augmentation dès 1939. Selon Alexandra Etienne, il y a principalement deux raisons à cela : la répression grandissante à l’encontre des populations étrangères mais aussi le transfert de prisonniers des établissements parisiens (comme Fresnes ou la Santé) vers Evreux. Il est aussi à noter que, sur ordre du préfet du 1er septembre 1939, les exécutions sont suspendues et les détenus prolongent donc leur séjour dans l’établissement, accroissant l’effectif. 
Néanmoins, cette situation va être de courte durée. En effet, dès juin 1940, d’importants bombardements allemands s’abattent sur la ville entraînant l’évacuation de la prison le 12 du même mois : les prisonniers sont remis en liberté (et seront à nouveau écroués plus tard). Le 15 juin les premières troupes allemandes entrent dans la ville et elles l’occuperont jusqu’en août 1944. Si les bombardements ont relativement épargné l’édifice, on peut noter que très rapidement, la prison se trouve privée d’eau, de gaz et d’électricité.


Pierre Sémard
La prison n’échappe pas à l’occupant qui l’utilise et y perpétue un certain nombre d’exécutions (une centaine selon A. Etienne) dont la plus marquante est celle de Pierre Sémard. 
Né en 1887, Sémard est connu pour être un syndicaliste CGT et membre du Parti Communiste Français (PCF) dont il a été le secrétaire général entre 1924 et 1929. Son orientation politique et ses activités lui valent d’être arrêté le 20 novembre 1939 et emprisonné à la prison de la Santé au motif d’un détournement de fonds. Evacué à Bourges puis au camp d’internement administratif de Gaillon au début de l’année 1942. C’est le 6 mars 1942 qu’il est transféré à la prison d’Evreux sous autorité allemande. Sur ordre de l’occupant, il y est fusillé le lendemain au titre d’otage. Aujourd’hui, la prison garde la marque de ces événement : la rue où la prison se trouve a été rebaptisée « Rue Pierre Sémard » et sur l’édifice, une plaque commémorative a été érigée en sa mémoire. (PHOTO)

La ville d’Evreux, tout comme sa prison, ne sont libérées qu’en août 1944. La prison n’a pu retrouver ses activités d’avant la guerre qu’après une campagne de travaux de réparations et la réintégration progressive du personnel et des détenus.


Vous aimerez aussi...