La vie quotidienne dans la prison d’Evreux au début du XXe siècle par Céline Aubin


Outre l’architecture et les grands événements qui ont pu marquer l’histoire de cette prison, c’est également sur son fonctionnement qu’il faut s’attarder. En effet, le début du XXe siècle compte de nombreux idéaux et principes qui ont organisé le quotidien des détenus et du personnel, créant une vie particulière à l’intérieur de ces murs.

Population et personnel 


En 1929, on dénombre 116 détenus à Evreux, dont 11 femmes. Au XXe siècle, il y a assez peu d’enfants présents en prison (on les redirige plus volontiers vers les colonies pénitenciers). La population des détenus est composée principalement des ouvriers du monde rural, des professions précaires (journaliers par exemple) ou encore des manœuvres. La population varie au début du siècle en fonction des grands événements, notamment les deux guerres mondiales qui engendrent l’augmentation de la part de détenus étrangers.

Pour gérer cette population et l’établissement, la prison compte un certain nombre d’employés. Ainsi, en 1936, on dénombre, à la direction : un directeur, un surveillant chef et un surveillant commis greffier. Pour la surveillance de la détention : huit surveillants ordinaires et un surveillant chauffeur (pour les transferts au palais de justice notamment). Pour les services d’instruction : un médecin, un aumônier et un instituteur.


Gardiens devant l’entrée intérieure

La moralisation et la « socialisation » des détenus 

Dans la ligne droite de la fin du XIXe siècle, on recherche alors la moralisation et l’instruction des détenus. Ces objectifs passe par plusieurs « outils ».

Tout d’abord, on estime que le travail peut être un moyen utile à leur socialisation future. On peut d’ailleurs noter qu’au début du siècle, le travail peut faire partie de la peine prononcée.


Le travail : il se fait sous le contrôle de l’Etat via la Régie (système qui se généralise en 1926). D’une façon générale, on peut le décomposer en deux grands secteurs  : le travail en atelier (à partir de 1920) : confection de chaussons, d’épingles à linge, de chaines en fer et de lien. Le service intérieur : les hommes exercent des postes de comptables, perruquiers, balayeurs ou encore de cuisiniers. Les femmes sont attachées à des postes de lingères ou de balayeuses.
En faisant travailler les prisonniers, on pensait alors les préparer à une réinsertion plus efficace dans la société à leur sortie. Il s’agissait aussi de leur imposer plus de discipline et de ne pas les laisser à l’oisiveté considérée comme néfaste. Les salaires ne sont pas élevés et certains se plaignent des excès des gardiens chefs qui recherchent le profit et poussent au «travail forcé ». Le travail est donc un élément rythmant la vie des détenus, toutefois, d’autres éléments étaient prévus pour concourir à la « moralisation » des détenus.

La religion : bien qu’entre 1911 et 1927, la prison cellulaire n’ait pas eu d’activités religieuses, faute d’aumônier, la religion avait tout de même une place dans cet établissement. Une chapelle cellulaire a été créée. La religion pouvait être vue comme un ensemble de leçons morales inculquées aux détenus ainsi que comme un outil d’instruction. On peut noter que, contrairement au XIXe siècle, la participation au culte n’est pas obligatoire dès le début du XXe siècle. Néanmoins, dans les années 1930, on peut recenser des plaintes à l’encontre de l’aumônier, accusé d’excès de pouvoir.

L’instruction : le but ici est encore de faciliter la réinsertion sociale des détenus en leur offrant un “bagage” culturel supplémentaire. Cette ambition se traduit par deux « outils » principaux : la présence d’un instituteur public intervenant de l’extérieur. Sont alors inculquées des notions d’histoire, géographie, morale, sciences, mathématiques … Globalement, le résultat est positif car de nombreux détenus, à cette époque, ressortent de prison en sachant mieux lire et écrire qu’à leur entrée ; une bibliothèque gérée par l’instituteur dans laquelle, en 1937, on comptait presque 800 ouvrages dont 523 romans. Les livres ne sont pas véritablement en bon état mais peuvent tout de même être prêtés aux détenus

La prison d’Evreux offre donc un exemple de ce que pouvait être la vie dans une prison cellulaire au début du XXe siècle.

Situation actuelle

Un certain nombre de services et activités subsistent toujours :

La pratique religieuse : à l’heure actuelle, la chapelle originale n’est plus affectée au culte, remplacée par une cellule de 50m2 aménagée où la messe y est célébrée tous les dimanches après-midi. De plus, un service d’aumônerie intervient dans la prison toutes les semaines.
Le travail qui s’effectue toujours pour le service interne ou pour des entreprises externes (publipostage par exemple). On peut relever les salaires sont assez faible (entre 9 et 11 euros par jour)

L’enseignement : des salles de classes sont disponibles ainsi que la possibilité pour les détenus de signer des contrats pédagogiques.

Il est important de souligner que la maison d’arrêt d’Evreux est toujours logée dans ces locaux érigés au début du XXe siècle, ce qui n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes : 

La principale difficulté réside dans les bâtiments en eux-mêmes. En effet, ils sont devenus trop exigus et affichaient en 2009 un taux d’occupation de 167% (270 détenus). De plus, n’ayant pas connus de grands travaux durant le XXe siècle, l’état général est assez mauvais : certaines parties sont dites « insalubres », les détenus se plaignent du manque de chauffage … etc.


Situation de la prison au début du siècle
Situation actuelle
Enfin, il faut noter que la situation géographique du site, si elle posait déjà problème à sa création, présente aujourd’hui de nouvelles difficultés. En effet, éloignée de la ville au début du siècle, la maison d’arrêt est aujourd’hui totalement incorporée dans le tissu urbain. Comme le mentionne le rapport de visite de 2009 : « elle est aujourd’hui enclavée entre les quartiers populaires de la Madeleine et de Nétreville, et cette proximité suscite des difficultés Les appartements de certains immeubles ont même une vue plongeante sur l’établissement, notamment sur ses cours de promenades, ce qui n’est pas sans incidence sur la sécurité. »

Vous aimerez aussi...