La prison cellulaire d’Evreux : origines et application du modèle cellulaire par Céline Aubin


A la suite de la Révolution et de la nationalisation des biens du clergé, la ville d’Evreux se dote d’une prison départementale qui est établie dans l’ancien Grand Séminaire eudiste (ainsi que la Gendarmerie et le tribunal). Bien que les locaux soient à l’origine relativement spacieux et adaptés, la situation se dégrada rapidement. A la fin du XIXe siècle le constat est accablant : les bâtiments sont vétustes et surpeuplés. 

Toutefois, le véritable élément déclencheur à la conception d’une nouvelle prison est la loi du 5 juin 1875 relative au régime des prisons départementales. Celle-ci prescrit que « Les inculpés, prévenus et accusés seront à l’avenir individuellement séparés pendant le jour et la nuit. »
 (article 1er). Le régime cellulaire n’est pas envisageable dans la prison de l’ancien séminaire, trop vétuste. De plus, les responsables locaux sont relativement favorables à l’application de la loi ainsi qu’à un changement de localisation de la prison. 

Comme le fait remarquer Alexandra Etienne (La maison d’arrêt d’Evreux, 1801-1940, mémoire de maîtrise de l’Université de Rouen, sous la direction de J-C Vimont), de la prise de conscience de la nécessité d’une nouvelle prison à son ouverture effective (en 1912), il aura fallu près de 30 ans. En effet, le difficile choix du terrain (sur les hauts d’Evreux, loin du palais de justice) et les accords sur le financement conjoint Etat-Département auront conduit à ce que la construction ne débute qu’en 1907.


La prison en cours de construction


En juin 1912, c’est une prison composée de 108 cellules et d’un quartier de 104 places (pour un montant de 515 998 F), qui accueille les premiers détenus. La nouvelle maison d’arrêt d’Evreux est particulièrement intéressante car ce bâtiment est une véritable application du modèle cellulaire.

Vue d’ensemble de la prison (état 2013, Google Earth) 

La prison a un plan en croix latine. Elle est entourée d’un mur d’enceinte d’une hauteur de 6 mètres. L’inscription sur le portail nous rappelle qu’il s’agit d’une « maison d’arrêt, de justice et de correction ».


Portail d’entrée original (n’est plus utilisé comme tel aujourd’hui) 

Dans cet établissement, tout est pensé pour mettre le prisonnier à l’isolement.
La cellule est le mode de détention le plus répandu dans la prison. L’équipement est le même dans chaque cellule (voir carte postale ci-après) :

Exemple de cellule dans la maison d’arrêt d’Evreux

D’une surface au sol de 10m2 le mobilier est composé d’un lit pliant en fer, d’une chaine, d’un porte-manteau ainsi que d’une table relevable contre le mur. On y trouve aussi un lavabo et un sceau hygiénique. D’une façon générale, les conditions sont assez modernes à l’ouverture de la prison avec la présence du chauffage central et de l’électricité dès 1909. Toutefois, l’isolement du détenu est maintenu même dans les moments de distribution des repas. En effet, un guichet est installée dans la porte afin d’y glisser les plateaux. 


La prison compte également des espaces de promenades extérieurs, eux aussi pensés aussi pour maintenir l’isolement des détenus. On compte, lors de la construction, 20 préaux de forme triangulaire, entourés de murs et disposant d’un abri sur 2 mètres. Ces préaux se situent aux extrémités des ailes. Les détenus y sont conduits cagoulés à tour de rôle.
La logique cellulaire y est poussée jusqu’à la présence de caissons cellulaires en lieu et place de sièges classiques, le but étant que les prisonniers soient isolés aussi dans cet espace vie commune.
L’édifice compte une chapelle servant également de salle de classe.

Vue interne de la « Chapelle-école »

On peut noter que la logique cellulaire se retrouve aussi lors des déplacements des détenus. En effet, la prison est éloignée de 3 kilomètres du palais de justice. Si à l’origine les déplacements se faisaient à pieds, les prisonniers enchaînés les uns aux autres, les critiques de la population et des détenus ont conduit à la location puis l’achat d’une voiture cellulaire vers 1930. 

La prison d’Evreux inaugurée au début du XXe siècle est donc l’une des premières applications du principe cellulaire édicté par la loi de 1875. Son cas est d’autant plus intéressant, car peu de choses ont changé dans cet édifice, d’un point de vue architectural jusqu’à aujourd’hui. En effet, durant le XXe siècle, on a simplement assisté à des travaux d’entretien et non à des modifications majeures du site. Dans les années soixante-dix, la disposition cellulaire permit d’aménager un Quartier de Haute Sécurité (QHS) où les détenus étaient totalement isolés. On possède donc un exemple quasiment intact de l’architecture carcérale du début du XXe siècle. Toutefois, à l’heure actuelle il n’y a pas de protection puisque le site est encore employé par l’Administration pénitentiaire.



Vous aimerez aussi...