Compiègne. Le camp d’internement de Compiègne-Royallieu par Sarah Desève

« Compiègne / Royallieu » est le seul camp en France qui ait dépendu uniquement de l’administration allemande et du service de sécurité Nazi, de juin 1941 août 1944.
Royallieu a été le deuxième plus grand camp d’internement de France sous l’occupation, après celui de Drancy. Il a alors abrité environ 54.000 personnes, principalement juifs ou résistants.

Histoire du lieu

 
La caserne militaire de Royallieu a été construite en 1913. Elle abritait alors le 54 ème régiment d’infanterie. Elle garde ce rôle jusqu’en 1939, avec cependant une interruption durant la guerre de 1914-1918 pendant laquelle le camp est réquisitionné comme hôpital. En 1939-1940, Royallieu redevient d’ailleurs un hôpital militaire. En mai 1940, cet hôpital militaire est réquisitionné par l’armée allemande pour son casernement. Le bâtiment garde alors cette fonction durant environ un mois.
C’est le 21 juin 1940 que Royallieu est transformé un camp d’internement et de transit, alors appelé « Frontstalag 122 ».
Pour l’architecture, les nazis se sont inspirés des bâtiments militaires déjà existants et les ont renforcés et entourés de barbelés. Ils y ont également ajouté des miradors avec des projecteurs pour pouvoir surveiller le camp 24h/24, cependant, les responsables du Frontstalag 122 ne vivaient pas à l’intérieur du camp et laissaient donc régulièrement les prisonniers seuls.
Le camp était divisé en trois parties :
Le « Camp A » rassemblait la plupart des prisonniers français politiques (communistes, résistants…). Cette partie, la plus importante du camp (les prisonniers politiques représentaient environ 70% des internés), représentait à elle seule 12 bâtiments. Les militants communistes organisaient leur propre vie dans le camp, séparant leurs vêtements et le peu de nourriture qu’ils avaient et permettant à leurs enfants d’avoir accès à un enseignement minimum, chacun partageant son propre savoir avec les autres.
Le « Camp B » rassemblait quant à lui les prisonniers anglo-saxons. Ils étaient séparés pour des raisons pratiques de langage. Certains parlaient français et pouvaient traduire à leurs compatriotes les ordres donnés par les responsables.
Le « Camp C » rassemblait les ressortissants russes, les femmes, puis, entre décembre 1941 et juillet 1942, les juifs. Le nombre d’arrestation de juifs en France augmentant très fortement, une partie des déportés est internée à Royallieu en attente d’un départ vers un autre camp. A partir du moment où seuls des juifs sont internés dans le camp C, cette partie du camp devient la plus difficile à vivre. La plupart des personnes internées y mourraient très rapidement de faim ou de maladie. En effet, ils étaient très peu nourris et l’hygiène y était déplorable ce qui favorisait beaucoup le développement des maladies.
Le camp pouvait accueillir jusqu’à 3000 prisonniers. Les allemands, après avoir regroupé les prisonniers effectuaient un tri et renvoiyaient des centaines de personnes, ce qui n’était pas du goût des autorités françaises qui craignaient que ces personnes une fois rentrées racontent ce qu’il se passait à Royallieu et affolent le reste de la population.

 

 
Pendant l’été 1941, la résistance française s’est intensifiée et la répression est devenue de plus en plus forte. Hitler a alors exigé que 100 otages soient fusillés pour un officier allemand tué. Une véritable tuerie s’est ainsi mise en œuvre et de nombreux otages ont été exécutés dans les forêts avoisinant le camp.
Le premier convoi « répression » est parti de Royallieu vers Auschwitz le 6 juillet. Il était destiné à faire peur aux communistes et aux résistants en leur montrant ce qu’ils risquaient.
Mais très vite, la politique d’extermination s’est mise en place et des dizaines d’autres convois ont eu un tout autre objectif. Le dernier convoi, qui était parti le 25 août 1944, a été arrêté par les alliés à Péronne.
On estime qu’environ 2300 personnes ont été fusillées ou massacrées à Royallieu. D’après le Mémorial de la Déportation, 37285 internés ont été déportés sous le titre de la « répression » entre de 6 juillet 1942 et le 17 août 1944. 26 convois ont ainsi quitté le camp. Le nombre total de déportés sous le titre de la répression en France, toujours d’après le mémorial, ayant été d’au moins 86.827, le camp de Compiègne/Royallieu en aurait déporté plus de 43%.
Après la seconde Guerre Mondiale, le camp est devenu le « quartier Royallieu » utilisé comme centre d’instruction pour l’Armée de l’Air. Des appelés du contingent y sont venus jusqu’à la fin des années 1950. La formation au combat durait alors environ 60 jours et 1000 recrues étaient formées en même temps. Dans les années 1970, le quartier a abrité le 58e régiment de commandement et de transmissions, puis le 51e régiment de transmissions de 1979 à 1997. Enfin, l’armée s’est retirée des lieux. C’est là qu’a commencé à naître l’idée de créer sur ce lieu un mémorial.

 

 

Patrimonialisation

 
Aujourd’hui, dans les trois bâtiments conservés du site, se trouve un Mémorial de l’internement et de la déportation qui a été ouvert le 23 février 2008. Après la libération, le souvenir des déportés qu’ils soient juifs ou politiques prend une place prépondérante dans toutes les mémoires. En effet, la guerre a laissé derrière elle de nombreuses séquelles et tous les français ressentent le devoir de se souvenir. A Royallieu, on se pose beaucoup de questions sur la façon de conserver une mémoire mais la question même de la conservation de la mémoire ne semble pas se poser.
 
 
Il est décidé de conserver les trois bâtiments restants afin de créer le mémorial en utilisant la «mémoire du lieu». Les bâtiments sont donc à la fois le lieu d’exposition mais également l’objet exposé. Même s’il y a une volonté de conserver ce qu’il reste du camp pour exposer des objets les plus proches possibles de la réalité, les règles de sécurité pour l’accueil du public ont nécessité quelques travaux de réaménagement, notamment de la façade et de l’entrée qui n’étaient qu’une immense clôture isolée et qu’il a fallu transformer en entrée d’exposition. Il a également fallu refaire l’éclairage pour que les visiteurs puissent admirer l’exposition. La partie la plus importante de l’exposition est constituée de vidéo projections et de diffusions d’enregistrements de témoignages. Des lettres, photos et dessins témoignent également de l’histoire du camp. Une frise historique est installée dans le bâtiment, retraçant l’histoire de Royallieu.

 

 
Un tunnel d’évasion retrouvé sur le site est également conservé et fait partie intégrante de l’exposition permanente. En effet, ce tunnel aurait servi à quelques rares évasions réussies. A côté de ce tunnel, on peut entendre un témoignage d’évasions collectives du camp A en juin 1942 et juin 1944.
Le mémorial contient un jardin, qui était un espace extérieur auquel les internés avaient accès. Il abrite aujourd’hui un plan du camp ainsi que des témoignages et des photographies.
Enfin le mémorial contient un « mur des noms », restituant les noms de chacun des internés.

 

 

Conclusion

Le camp de Compiègnes / Royallieu a eu de nombreuses fonctions, principalement militaires, mais il est surtout désormais un lieu chargé d’histoire, notamment concernant l’histoire de la déportation. En effet, Royallieu reste un lieu intéressant et unique car si de nombreux juifs y ont transité avant d’être déportés, ce camp, n’ayant jamais été laissé aux mains des autorités françaises sous l’occupation, abritait principalement des politiques (surtout communistes) et des résistants. Aujourd’hui, on peut visiter ce qu’il reste du camp et ainsi entrer dans cette partie, plus méconnue, de l’histoire de la France occupée. Le lieu d’exposition fait également figure d’objet exposé ce qui fait entrer le visiteur au cœur de l’histoire de la déportation, grâce également à de nombreux témoignages de rescapés.

 

 
 
Bibliographie :
– EISMANN G., MARTENS S. (dir). Occupation et répression militaire allemande. La politique de « maintien de l’ordre » en Europe occupée, 1939-1945, Paris, 2006
www.memorial-compiegne.fr
www.histoire-compiegne.com
www.memoire-vive.net
Illustration :
http://schuman.robertschuman02.org/sites%20eleves/resister%20dans%20les%20camps%20nazis/Resister%20a%20Royallieu/royallieu.htm
http://blogyadvashemfr.blogspot.fr/2008/02/p-18-royallieu-compigne_24.html
http://www.crhq.cnrs.fr

 

 


Vous aimerez aussi...