Gaillon et son château. Une maison centrale de détention, un camp d’internement administratif, des graffitis par Guillaume Gohon

Le château de Gaillon dans l’Eure est un élément patrimonial majeur de Normandie. Ancienne demeure d’été des archevêques de Rouen, les deux derniers siècles ont fait disparaître une part importante des trésors d’architecture et de mobilier, mais ils ont également enrichi une autre forme de patrimoine : celui de la détention.

Le château avant la prison


Les bâtiments que nous pouvons encore observer aujourd’hui sont le fruit d’augmentations successives réalisées par les archevêques de Rouen, soucieux de trouver à Gaillon le confort et la splendeur d’une résidence d’été luxueuse. Dans la seconde moitié du XVe siècle Guillaume d’Estouteville fait bâtir un nouveau corps de logis (« hostel-neuf ») dans ce qui n’était alors qu’une forteresse.


C’est à Georges d’Amboise Ier (1460-1510) que l’on doit la révolution architecturale qui va s’opérer au tournant des XVe et XVIe siècle. Principal ministre de Louis XII, Vice-roi du Milanais et homme d’art, il fait venir d’Italie de nombreux peintres, architectes et sculpteurs. Le pavillon d’entrée est alors construit ainsi qu’une série de bâtiment parmi lesquels une grande aile s’ouvrant sur la vallée avec une large galerie. La cour d’honneur, sa fontaine génoise et son portique forme un ensemble novateur. Conçue sur le modèle palatial, la chapelle comporte deux niveaux : la Chapelle-Basse pour le personnel de l’archevêque et la Chapelle-Haute destinée à son usage, à ses familiers et aux chanoines qui résident au château. Georges II (1488-1540) succède à son oncle au siège archiépiscopal et termine ce qui se présente comme le premier château Renaissance en France. 


Par la suite, l’histoire du château est marquée par les ajouts successifs des archevêques qui trouvent à Gaillon un espace où ils peuvent bâtir aisément, à l’inverse du palais archiépiscopal de Rouen, que les primats de Normandie n’occupent plus guère préférant suivre la Cour en hiver et s’éloigner des puanteurs de la ville en été. Au titre des ajouts il faut particulièrement signaler, la construction par Jean-Nicolas Colbert (fils du célèbre ministre et archevêque de Rouen de 1691 à 1707) d’une grande aile à l’opposé du pavillon d’entrée, œuvre de Mansart.



Le château de Gaillon par Hubert Robert (vers 1773). Placée dans la Salle des Etats de l’archevêché de Rouen, cette toile (4 x 3,20 m) avec les vues de Dieppe, du Havre et de Rouen, montre l’attachement des archevêques à leur demeure estivale.

En 1791, le domaine est saisi comme Bien National puis vendu le 27/11/1796 pour 75.000F. Les propriétaires qui se succèdent vont alors dépouiller le château de ses richesses. Certaines de ces pièces majeures de la Renaissance ont heureusement intégrées depuis des musées (le manteau d’une cheminée représentant Saint-Georges visible au Louvre, des médaillons au Musée des Antiquités de Rouen) ou dans des églises (une partie des stalles a été réutilisée pour la basilique Saint-Denis).


Le château est ainsi voué à la destruction par manque d’entretien et par la récupération des matériaux.


La maison centrale de Gaillon puis le camp d’internement administratif

Bien qu’appartenant à deux domaines très distincts, l’histoire du château et celle des prisons vont ici se mêler pour former une nouvelle période dans l’historique des lieux. Le méticuleux travail réalisé par Céline Joubert permet d’étudier ce siècle d’occupation carcéral. Nous utiliserons principalement ici ce mémoire universitaire, référence essentielle pour ce sujet.


Au cours de l’An IX, un décret décide de créer des centres pénitenciers qui sont appelés à partir de juin 1802 « Maisons centrales de détention ». Suivant le mouvement de mise en place de prisons par l’Empereur, la création d’une centrale pour l’Eure, l’Eure-et-Loir, la Seine-Inférieure, le Calvados, la Somme et l’Orne est décrétée le 16 juin 1808. Le département de l’Eure est choisi pour sa position géographique. Le préfet est alors désigné pour proposer une liste de bâtiment permettant d’accueillir à moindres frais l’établissement. Ecartant les projets d’installation dans les anciens bâtiments monastiques de Bonport, de Saint-Sauveur et des Jacobins d’Evreux, le ministre de l’Intérieur choisit le 04 février 1809 le site de Gaillon. Ce choix est motivé par deux aspects : Gaillon est très centré par rapport à la zone desservie et la proximité de Louviers offre une source de travail. Le château est alors racheté en octobre 1812 pour la somme de 90.000F.


Les travaux de réhabilitation de l’ancien château vont prendre de nombreuses années durant lesquels se succèdent les difficultés et les scandales financiers suite à des affaires douteuses entre entrepreneurs et responsables. Le budget initial est très largement dépassé et la somme total dépasse 1 127 000F ! 

Bien que les travaux soient loin d’être terminés (ils ne le seront qu’en 1827), les premiers condamnés sont amenés le 04 novembre 1816. 
Le profil des condamnés est très large. Se retrouvent à Gaillon les hommes, les femmes et les enfants sans distinction de délits (beaucoup pour vols) mais dont la peine est supérieure à 1 an (entre 2 et 5 ans en général). On trouve très peu de condamnés à la réclusion.


Tout au long du XIXe siècle, le type de « pensionnaires » de la centrale évolue. On ne trouve plus de nouvelles arrivées de femmes à partir de 1839 : il faut dire que malgré les dortoirs séparés et l’attention du directeur, un certain nombre de grossesses montre qu’hommes et femmes pouvaient entrer en contact…


Les registres de l’administration montrent que la maison accueille une majorité de jeunes hommes (21-40 ans) même si la part des 16-21 ans tend à augmenter à partir de 1846.

En 1858 et 1859, on note la présence exceptionnelle de prisonniers politiques.
Les prisonniers dorment dans de grands dortoirs subdivisés en petites sections afin de faciliter le maintien de l’ordre. Considérant que l’oisiveté est mère de tous les vices, l’administration ne laisse que peu de temps les prisonniers séjourner dans les chambres en dehors des heures de sommeil. 
Par conséquent, l’administration et l’entrepreneur désigné organise des ateliers de travail. Cette activité permet d’occuper le condamné environ 12 heures par jour mais également de payer une partie des frais de fonctionnement de l’établissement. Le détenu obtient également une rémunération dont le montant est fixé par le préfet : la majeure partie est conservée par l’administration qui la verse au détenu le jour de sa libération tandis qu’une faible part permet d’améliorer le quotidien avec l’achat de nourriture supplémentaire auprès de la cantine.
Les ateliers sont assez diversifiés et évoluent selon les marchés passés entre l’entrepreneur de la centrale et les entreprises extérieures en quête de main d’œuvre moins onéreuse.
On notera ainsi que Gaillon a notamment été centre de production de : chaussons, tapis/paillassons, peaux, brosses, boutons de nacre, cordonnerie, peluche, menuiserie, peignes, accordéons, allumettes, serrureries, bonneterie, instrument pour l’optique et les mathématiques ou encore de fleurs artificielles pour les couronnes mortuaires !
Et lorsque le travail nécessite plus de main d’œuvre qu’il n’y a de détenus disponibles, le directeur n’hésite pas à demander la venue de nouveaux condamnés à d’autres prisons…
La réutilisation d’un bâtiment ancien et d’un autre usage n’est pas sans poser de difficultés. Ainsi en 1819, les cuisines installées dans la Tour de la Sirène sont trop éloignées du lieu de distribution pour que tous les détenus puissent manger chaud… 
L’installation du réfectoire dans la galerie donnant sur la vallée permettra d’améliorer les choses.
Il en est de même pour la surveillance. Les bâtiments sont entourés d’un fossé qui sert de chemin de ronde. En dehors d’une insurrection de 150 détenus en 1817, on note relativement peu de d’évasions. 
Ce qui préoccupe beaucoup la direction, c’est le respect de la moralité. En 1837, dans sa « notice sur la maison centrale de Gaillon », Doublet de Boisthibault remarque la mauvaise situation des latrines qui « malgré l’active surveillance des gardiens ne peut être que dangereuse pour les mœurs »… Il en est de même dans les dortoirs où les rapports entre détenus sont combattus avec virulence.
Dans le même but de moralité, la place de la religion est très importante. Indépendamment de l’office, des confessions, des séances de catéchisme et de lecture sainte, les références au culte sont omniprésentes : les corps de bâtiments portent le nom de saints et les citations religieuses sont peintes dans les lieux de vie tels que le réfectoire : « Il y a mille fois plus de bonheur au ciel pour un pêcheur converti que pour celui qui est toujours demeuré juste ». Céline Joubert montre dans son étude que la religiosité est beaucoup plus forte qu’à l’extérieur au point que l’ancienne chapelle-basse s’avère trop petite.



                               


Même incomplète, on peut encore lire cette inscription tirée de la Première Epître de Saint-Paul aux Corinthiens : « Soit que vous mangiez, soit que vous buviez, soit que vous fassiez quelque autre chose, faites tout pour la gloire de Dieu ».


                               

Autre inscription encore visible : « Nous sommes ainsi châtiés à cause de nos iniquités ». Il s’agit d’une adaptation du livre de Tobie : « Il nous a châtié à cause de nos iniquités, et il nous sauvera à cause de sa miséricorde ». On a ici une volonté claire de rapprocher la justice céleste de celle des tribunaux…


La discipline se renforce à partir du milieu du XIXe siècle alors que les conditions de vie se détériorent. L’alcool et le tabac sont interdits dés 1839 tandis que le silence absolu est exigé. Tout ceci n’empêche pas la présence de trafics de tous genres, l’alcoolisme des détenus (et des gardiens !), les violences à l’arme blanche, etc.


Enfin, l’une des spécificités de Gaillon réside dans l’ouverture en mai 1876 d’un quartier de détenus aliénés provenant pour la majorité des autres centrales. Séparés par un mur au reste de la centrale, cet ensemble comporte un parc de 3 hectares et des infrastructures adaptés comme des salles de douches thérapeutiques et des dortoirs où tout le mobilier est scellé au sol et aux murs. 


La maison centrale de Gaillon ferme ses portes le 01 juillet 1901 pour diverses raisons. Le quartier des aliénés reste ouvert 5 ans de plus sous l’autorité du directeur de la Colonies des Douaires de Gaillon. La fermeture de l’établissement n’est pas sans soulever l’émotion de la Municipalité de Gaillon et des habitants. En effet, depuis l’ouverture de la centrale, le village s’était développé puisque le personnel y résidait. Le maire et le conseil municipal sollicitent à plusieurs reprises l’aide de la Préfecture sans grand résultat. 
A partir de 1902, l’armée prend possession du site jusqu’en 1925. C’est de cette époque que datent la plupart des cartes postales concernant le château puisqu’il s’agissait de vues prisées par les conscrits pour leur correspondance. Le château garde pour autant quelques cellules en activité servant de « trou ». La caserne accueille durant la Première Guerre Mondiale un régiment d’infanterie de l’armée belge. En 1925, les militaires quittent les lieux et le château redevient propriété privée


Conscrits devant le pavillon d’entrée vers 1910 (Archives Départementales de l’Eure)


Le rôle carcéral du château réapparaît au cours de la seconde Guerre Mondiale lorsque l’administration réquisitionne l’ancien palais comme Centre d’Internement Administratif des individus destinés à être internés à Drancy mais aussi les « marchés noirs ». A la Libération,

les FFI enferment les personnes accusées de collaboration avec l’occupant. 
Redevenu propriété de l’Etat en 1975, le château fait depuis lors l’objet de restauration constante. Le parti pris a été de rétablir principalement l’aspect du château Renaissance. Ainsi les bâtiments de la centrale, dénaturés par 150 ans d’usages divers ont été pour la plupart démolis supprimant beaucoup de traces monumentales de ce passé carcéral. 
Pourtant, un type de patrimoine subsiste en partie : les graffitis de détenus.

  

Les graffitis

Les graffitis gravés sur les murs ou simplement élaborés au crayon ou à la mine de graphite, constituent l’un des symboles de l’univers carcéral. Qu’il s’agisse de simples comptes des jours passés en détention, d’une signature, de pensées, de caricatures ou de témoignages, les graffitis peuvent être de natures variées.


Le site de Gaillon comporte des milliers d’inscriptions éparpillées dans les 7000m2 de bâtiments. Plusieurs « gisements » témoignent de l’utilisation des lieux comme prison (tour de la sirène, sous-sol de la chapelle, cellules sous les infirmeries…). Témoins du passé des lieux, les graffitis posent souvent des problèmes de datation (la mention de la date n’est pas systématique). Par conséquent, il est souvent difficile de déterminer si le graffiti a été réalisé par un détenu de la centrale, un conscrit, un détenu sous l’occupation, un prisonnier des FFI ou encore un simple visiteur…


Les graffitis peuvent donc être vus à la fois comme un sujet d’étude à part entière et comme un outil pour suivre l’histoire contemporaine. Les plus intéressants de ces témoins historiques sont donc ceux qui comportent le nom, la date et le statut de l’auteur. 


Une étude rapide des gisements permet de voir la cohabitation de témoins de différentes époques voire leurs superpositions.


Deux graffitis gravés et datés de l’époque de la centrale

Les graffitis de l’époque de la caserne, sont certainement les plus nombreux. Pour l’historien, il est malheureusement difficile de connaître le statut des auteurs : simples conscrits ou militaires condamnés à une période de trou…


Les cellules situées sous les infirmeries comportent un grand nombre d’inscriptions datant de la seconde Guerre Mondiale. On trouve sur les mêmes murs les témoignages des personnes incarcérées durant l’Occupation et les traces des individus arrêtés par les FFI. Les auteurs nous renseignent sur la date et les motifs de leur arrestation, leur inquiétude et leur admiration envers la Résistance (surtout après la Libération!).

Certains des graffitis se révèlent assez artistiques. Même si on trouve peu de dessins, quelques vers peuvent être lus dont certains ne manquent pas d’originalité comme ici : « Quand les corbeaux volerons blancs, quand la neige tombera noir, les souvenirs de Gaillon s’effacerons de ma mémoire » (sic)

Un patrimoine bientôt valorisé


La DRAC de Haute-Normandie et le STAP de l’Eure mènent actuellement d’importantes études sur le château de Gaillon visant à restaurer une partie des bâtiments. Le but est d’élargir l’espace accessible par les visiteurs. En effet, depuis 2010 le public peut accéder à la cour centrale et au pavillon d’entrée. Souhaitant rappeler le passé carcéral des lieux, Mme France Poulain, conservateur, espère pouvoir ouvrir prochainement une cellule conservant un grand nombre de graffitis, notamment les plus significatifs de la Seconde Guerre Mondiale. Cette volonté est aussi nécessaire que louable puisque les travaux de valorisation ont pour l’instant concerné le château Renaissance. Il est donc juste de rappeler au visiteur qu’un monument comme celui-ci n’a pas connu qu’un seul et même usage depuis un demi-millénaire. 

La médiation qui pourra accompagner cette mise à disposition du public permettra peut-être de rappeler que Gaillon fut un site important dans l’histoire des prisons françaises puisqu’il incarne les réutilisations de monuments (couvents, châteaux…) pour constituer les premiers grands centres pénitenciers et que sa structure pour détenus déficients mentaux fût le premier établissement français du genre. Gageons que les grands espaces disponibles puissent offrir
à terme un espace dédié à l’histoire du lieu et aux prisons françaises.

Pour approfondir la question :

JOUBERT Céline, Le château de Gaillon : un siècle d’histoire pénitentiaire, mémoire sous la direction de Jean-Claude VIMONT, Université de Rouen, 2010.

LA COMTE (de), Marie-Christiane, Quand Gaillon devient prison, in Connaissance de l’Eure, n°58, 1985


Notes : Nous tenons tout particulièrement à remercier Mme Poulain et Mr Sayette du STAP de l’Eure qui nous ont permis d’étudier la situation sur le terrain pour leur disponibilité et leur riches apports en connaissances.

Crédit photographique : sauf mentions, clichés personnels avec autorisation spéciale du conservateur.


Vous aimerez aussi...