Guyane, le bagne des Iles du Salut par Agathe Rimbaud


Historique

Les peurs sociales et politiques amènent à la volonté d’un déplacement des bagnards dans les colonies. L’abolition de l’esclavage avait réduit la main d’œuvre coloniale. C’est ainsi qu’une voie s’ouvre pour les bagnes d’outre-mer au milieu du XIX siècle. La Guyane est choisie par Napoléon III comme site pour l’exécution de la peine des travaux forcés
Le 31 mars 1852, la première frégate, l’Allier, part du port de Brest à destination de la Guyane. Elle débarque aux îles du Salut avec deux cent quatre-vingt-dix huit condamnés. Ces bagnards venaient des bagnes de Brest et de Rochefort. Une loi de 1854 sur l’exécution de la peine des travaux forcés va multiplier les transports au delà des mers, en Guyane, mais aussi en Nouvelle-Calédonie.
Jusqu’en 1883, les bagnes dépendent du ministère de la marine. A partir de cette date, ils passeront sous la tutelle du ministère des colonies. 
Le 8 Août 1923, le Petit journal fait paraître un article sur le bagne de la Guyane signé Albert Londres. Par cet intermédiaire, l’auteur a pu dévoiler à un très grand nombre des réalités et turpitiudes du bagne. Cet ouvrage est encore aujourd’hui une source de référence.
Le 17 Juin 1938, un décret loi est voté. Il supprime les transportations en Guyane. Ainsi, le 22 Novembre 1938 fut le jour du dernier transport de relégués à destination de la Guyane.
En 1946, le bagne de la Guyane ferme à jamais ses portes.
De 1945 à 1949, l’Armée du Salut soutiendra et aidera les derniers bagnards à retourner en métropole où à se forger un nouvel avenir.
Le 17 août 1946, il arrive cent quarante-cinq détenus en provenance de Guyane au port de Marseille. Le 1er Août 1953, les tous derniers bagnards ou surveillants rentraient en France sur le « San matteo ».

Spatialité


Les Iles du Salut comptent trois îles : 

– L’île du Diable, qui, après avoir abrité des transportés puis des lépreux, est désaffectée. Après la détention de Dreyfus (1895-1899), l’île est réservée aux condamnés politiques.
– L’île Royale est le lieu d’internement des condamnés les plus dangereux. On y trouve aussi un hôpital et des bâtiments administratifs. 
– L’île Saint-Joseph est réservée à la réclusion et à l’asile d’aliénés.
D’origine volcanique, à 14 kilomètres de la côte, ces trois îles constituent les îles du Salut. Elles sont rattachées au département de la Guyane. Seules l’île royale et l’île Saint Joseph sont aujourd’hui accessibles.
Quelques photos récentes de l’île Royale


   


  

La vie au bagne


La vie quotidienne du bagne est organisée par une multitude de lois, de décrets, d’arrêtés et de circulaires. Les types de punitions, le travail, la nourriture, les vêtements jusqu’au port de la barbe sont réglés dans ces textes. 
Les manquements à la discipline relèvent de commissions disciplinaires. Les peines encourues sont la cellule et le cachot. Quant aux crimes et délits commis en cours de peine, ils sont jugés d’abord par des conseils de guerre puis, après 1889 par le Tribunal maritime spécial. Les peines infligées sont la réclusion cellulaire, les travaux forcés et la peine de mort pour les crimes de sang.
Les conditions de vie des condamnés malades ou âgés et invalides sont encore plus difficiles et les réclamations d’Emile Louis et de Gustave Besnard décrivent respectivement la situation des lépreux sur l’îlot Saint-Louis et celle des « Impotents » au camp des Hattes, qui sont de véritables mouroirs.

                                     

Les bagnards sont classés en trois catégories qui définiront leur emploi durant leur incarcération et dès leur arrivée. La troisième classe, appelée « la fatigue », correspond au type d’emplois les plus pénible.


Ils sont aussi placés en fonction de leur profession. L’organisation du bagne repose sur le travail des condamnés : cuisiniers, boulangers, jardiniers, maçons, menuisiers, tailleurs, infirmiers, tous les corps de métier sont représentés.
Le 4 septembre 1891, un décret d’application est créé sur les règlements disciplinaires des établissements pénitentiaires. On y a interdit toute rétribution ou salaire pour le travail réalisé par les condamnés. Pour exemple, certains des condamnés sont encadrés par des contremaîtres choisis parmi les détenus et appelés « porte-clefs » qui sont les intermédiaires entre l’administration et leurs co-détenus. Ils assistent les surveillants dans leur tâche de maintien de la discipline.





L’art au bagne


Les peintures de bagnards ont été nombreuses. Elles sont aujourd’hui reconnues comme patrimoine culturel pour certaines d’entre elles. Vous pourrez en trouver des exemples en cliquant ici.
Les poteries ou les matériels bricolés ont eux aussi acquis une reconnaissance pour leur valeur historique. Albert Londres a souligné dans son livre la place importante des chants dans la vie des bagnards, notamment « le chant des condamnés à mort ». Le journaliste avait aussi relevé le caractère unique des tatouages des prisonniers des îles en les qualifiant de « littérature de tatoués » : « J’ai vu, j’ai cru, j’ai pleuré », « L’indomptable cœur de vache », « J’ai (puis une pensée était dessinée) à ma mère », « Le passé m’a trompé, Le présent me tourmente, L’avenir m’épouvante. », « Amen. », « enfant de misère », « pas de chance », « Ni dieu ni maître », « innocents », « vaincu non domptés », « Sauve qui peut ! Succombe qui doit ! » D’autres tatouages, sous forme d’illustration, permettent eux aussi de comprendre la vie, les valeurs véhiculées par les bagnards : perruque, lunettes, cordon de la légion d’honneur, signes cabalistiques etc…

Les personnalités incarcérées

Les condamnés sont donc répartis en trois catégories : la première est celle des transportés ou condamnés de droit commun (plus de 50 000 condamnés aux travaux forcés envoyés en Guyane entre 1852 et 1938), la deuxième grande catégorie est celle des relégués (ou multi récidivistes de petits délits, la peine de la relégation, créée par la loi de 1885 équivalant à un exil perpétuel) et enfin la troisième catégorie est celle des déportés (ou condamnés politiques).
Ce qui a nourrit les légendes et les mythes du bagne se trouve être l’évasion, a fortiori dans les îles du salut. Peu de détenus ont réussi « la belle ». Beaucoup se sont noyés ou ont été rattrapés et réincarcérés. Les suites punitives d’une évasion étaient la condamnation à perpuité, ce qui incitait à de plus nombreuses autres tentatives d’évasion. Le plus célèbres des évadés est « Papillon », Henri Charrière. 

Dreyfus

En 1894, Dreyfus fut arrêté et condamné au bagne sur les îles du Salut. Installé sur l’île du Diable où une cabane en pierre était édifiée, il ne s’est jamais révolté. La palissade de son promenoir lui cachait toute la vue sur les autres îles et la mer. Dreyfus y subit des tortures imméritées avec, pendant quelques mois, la mise aux fers chaque nuit. Il passa 1517 jours sur l’île du 13 avril 1895 au 9 juin 1899. Sans emploi, il y écrivit et lu beaucoup. Dès le 5 octobre 1895, il sollicita le président de la République «qu’on fasse la lumière pleine entière, sur cette machination dont ma famille et moi sommes les malheureuses et épouvantables victimes ». Le 10 septembre 1896, il réitère sa demande au président Félix Faure pour qu’on recherche le « véritable coupable, l’auteur de cet abominable forfait »
En 1903, il eut une relance de la révision par Jean Jaurès, et en 1906, Dreyfus fut réhabilité. Il meurt à Paris en 1935.

Jacob

Jacob est une figure emblématique des anarchistes incarcérés aux îles du Salut. M. Leblanc s’est même largement inspiré de ce personnage pour créer Arsène Lupin, archétype du voleur au grand cœur.
Jacob a découvert l’anarchisme a 15 ans. Persécuté par la police, il ne pouvait gagner honnêtement sa vie. Il commit des vols de grande audace pendant quatre ans et redistribuait le produit de ces cambriolages aux plus pauvres. En 1903, il est arrêté. Le verdict du jugement, la condamnation au bagne à perpétuité, est prononcé en Février 1905. Il résista pendant plus de vingt ans à la « guillotine sèche ». Malgré dix-huit tentatives d’évasion, il est libéré en 1928, grâce entre autres, à la campagne de presse d’Albert Londres.Une fois libéré, Jacob continua son militantisme grâce à ses écrits et ses discours pour la cause qu’il avait épousée en 1894.

Emile François

Emile François se plaint des conditions de vie aux Iles du Salut et son dossier reflète de façon emblématique le fonctionnement de l’Administration pénitentiaire. Il est en effet frappant de constater que, quelles que soient les réclamations présentées par les condamnés, elles font pratiquement toujours l’objet d’une réponse circonstanciée – même si c’est le plus souvent une réponse type (les formules qui reviennent le plus fréquemment étant « allégations mensongères » ou bien « réclamations sans objet »).
Dans un certain nombre de cas, ces réclamations sont suivies d’une enquête et le dossier contient alors les procès-verbaux d’interrogatoires et les rapports qui s’ensuivent. Il est vrai que la plupart du temps, la conclusion est la même, « allégations mensongères » et dans ce cas, le détenu est traduit devant la commission disciplinaire ou même devant le Tribunal maritime spécial s’il y a récidive de « dénonciation fallacieuse ». L’Administration pénitentiaire a pratiquement toujours raison mais elle se croit tenue de se justifier.
C’est exactement ce qui arrive à Emile François : à la suite de sa lettre, l’administration fait une enquête et il est condamné à 30 jours de cachot pour « injure par lettre au chef de l’établissement et au personnel de surveillance ».François est condamné en décembre 1906 à 30 jours de cachot pour « injure par lettre au chef d’établissement et au personnel de la surveillance. » Il sera ultérieurement encore condamné par le Tribunal maritime spécial à 6 mois d’emprisonnement pour « outrage par paroles et menaces à un surveillant militaire ». Il est libéré avec astreinte à résidence le 28 février 1914. La suite de son parcours n’est pas connue.
Lettre d’Emile François au Ministre des Colonies.

Baptiste Graglia

Baptiste Marcellin Graglia, cultivateur originaire des Alpes-Maritimes, est âgé de 27 ans quand il est condamné par la cour d’assises des Bouches-du-Rhône, le 3 juin 1907, aux travaux forcés à perpétuité pour vol qualifié et tentative de meurtre.
La lettre suivante, écrite par Baptiste Graglia, décrit le fonctionnement de cette juridiction particulière au bagne, le Tribunal maritime spécial, constitué entièrement de membres de l’Administration pénitentiaire, y compris pour les défenseurs, ce qui signifie que les personnels étaient à la fois juges et parties. Sa supplique est transmise au ministre des Colonies, qui demande des renseignements sur l’affaire au gouverneur de la Guyane. Celui-ci répond point par point aux accusations formulées par Graglia et conclut : « que les réclamations de Graglia ne sont susceptibles d’aucune suite. » Le 31 juillet 1912, le ministre de la Justice rejette la requête en révision du jugement du 17 décembre 1909.Baptiste Marcellin Graglia est décédé aux Iles du Salut le 8 décembre 1913.
Lettre de Baptiste Graglia au Président de la République

Les Iles du salut : Patrimoine et tourisme

Patrimoine

Les bâtiments du XIXème siècle classés au titre de Monuments Historiques sont nombreux aux Iles du salut. Ce sont tous des établissements publics, propriété de l’Etat. Ces classements ont été opérés en 2000. Cela à l’exception faite des peintures rupestres de la Pointe-Marie-Galante sur l’île Saint Joseph. Cinq roches y sont gravées. Elles sont attribuées à un héritage amérindien. S’y ajoutent des gravures de l’époque du bagne. Ces peintures ont été classées au titre de Monuments historiques en 2002.

La chapelle de l’île Royale : chapelle de l’ancien pénitencier, construite à la fin du XIXème siècle avec ossature et charpente en bois. Les décorations peintes à l’intérieur sont aussi classée au titre de Monument Historique.


L’ancien poste de police : les façades et les toitures 


L’hôpital : Les façades et les toitures. Le sous-sol et voûté avec ses cachots et ses pièces refermant des dessins humoristiques. L’hôpital, rectangulaire, en pierre, daté de 1862-1863, est édifié à la place d’une série de cases en bois. Pourtant il est aussi dit que l’achèvement de la construction de l’hôpital de l’île Royale fut en 1884.

Magasin du Port (ancienne boulangerie) sur l’île Royale. Bâtiment à étage

La maison de Dreyfus sur l’île du Diable

Quartiers des surveillants sur l’île Royale : ensemble d’édifices à l’exception des adjonctions contemporaines

Quartier des Directeurs sur l’île royale : édifices composant le quartier des directeurs ainsi que les abords, terrasses, emmarchements et murs de soutènement

Quartier pénitentiaire sur l’île Royale

Quartier des condamnés à mort sur l’île Royale : bâtiment restauré dans son état actuel. Des parties vétustes jouxtent le quartier à l’état de ruines.

Quartier des détenus sur lîle du Diable

Des travaux de rénovation et de valorisation ont été financés par le CNES, centre spatial guyanais, dont ceux réalisés à l’Eglise et au Musée. En 2007, le CNES a continué en restaurant les nouveaux aménagements de la chapelle de l’Ile Royale. Classée monument historique, la chapelle a fait l’objet d’un programme de rénovation et ce, depuis 1999 (remise à niveau du gros œuvre, restauration des fresques sur bois réalisées par le faussaire Francis Lagrange, nouveau mobilier, etc.).

Depuis 2 ans, le CHAM, association de Chantiers d’Histoire et d’Architecture Médiévale a la responsabilité de plusieurs chantiers de restauration. Sur l’île royale, les bénévoles et salariés de l’association restaurent le mur de soutènement du musée et de la case Seznec, le muret de périphérie de la chapelle et le mur de soutien de la terrasse de l’auberge. Sur l’île Saint Joseph, le chemin d’accès aux cellules des condamnés à mort et l’enceinte du quartier cellulaire font eux aussi l’objet d’une réfection.

Le CNES, centre spatial guyanais, a décidé de construire sur l’île royale un hôtel. Des bungalows ont été reconstruits et sont aujourd’hui équipés de chauffe-eau solaires. Le réseau de distribution d’eau et d’électricité fut restauré et divers travaux d’entretien ont été réalisés. En 2011, le CNES décide d’utiliser l’eau de mer pour résoudre le problème d’eau potable sur l’île Royale. Le projet a consisté en l’installation d’une usine de désalinisation dans un ancien bâtiment du bagne situé en face du débarcadère.

Les îles du salut sont aussi classées au titre de Terrains du Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres. Elles deviennent peu à peu une réserve naturelle de végétaux et d’animaux avec la présence de singes, d’agoutis. La réintroduction d’espèces végétales est même l’un des objectifs poursuivis.    


Tourisme

Aujourd’hui, des entreprises assurent la navigation entre Kourou et l’île Royale chaque jour. En voilier ou en catamaran, elles transforment les îles du salut en excursion de rêve pour tous les touristes curieux de l’histoire du bagne ou tout simplement désireux de s’éloigner de la grande terre pour une journée au milieu des cocotiers. En une trentaine de minutes et en compagnie d’un p’ti punch offert sur le pont du bateau, les visiteurs arrivent à bon port. Néanmoins, l’île du diable reste toujours inaccessible aux visiteurs. 
Dans les années 1980, la vocation touristique des îles se confirme. On compte aujourd’hui près de 50 000 visiteurs par an. L’île royale est devenue un paradis vert. Une fois débarqués sur le pont, les visiteurs pourront se rafraichir au restaurant. Une boutique de souvenirs a ouvert ses portes. Le quartier des surveillants et transformé en hôtel. De façon moins formelle, de nombreux jeunes adultes installent leur hamac sur la plage et séjourne un temps sur l’île.

                                    


Sources :

Archives
Les archives de l’Administration pénitentiaire coloniale, conservées aux Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence, sont la première source pour l’histoire des bagnes (voir sur ce site Les archives des bagnes).Ce fonds très riche comporte plus de 100 000 dossiers de condamnés passés par les bagnes de Guyane et de Nouvelle-Calédonie – dossiers individuels qui sont pratiquement la seule trace restant d’une multitude d’hommes dont ils permettent de reconstituer le parcours. Ces dossiers, soigneusement classés par l’Administration pénitentiaire, contiennent parfois des correspondances qui décrivent en détail la situation personnelle des condamnés, les événements qui les ont conduits au bagne et surtout leur vie là-bas.
William Caruchet, Marius Jacob, l’anarchiste cambrioleur, Berlière Jean-Marc, Vingtième Siècle. Revue d’histoire , 1994

 Albert Londres, Au bagne, Edition Arléa, Paris, 1997

http://www.cnes-csg.fr : site du centre spatial guyanais
http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr : archives d’Outre Mer, basées à Aix-en-Provence
http://www.annuaire-mairie.fr/monument-historique-cayenne.html
http://www.bagne-guyane.com/
http://cham.asso.fr