Le donjon de Vincennes, ses prisonniers et leurs graffitis par Solenn Ménard

La structure du donjon résume tout l’art de la fortification au XIVe siècle. La tour, haute de 52 mètres, est flanquée de quatre tourelles aux angles. Les étages du donjon, hormis le dernier, présentent une disposition identique. Quant aux créneaux et aux mâchicoulis du chemin de ronde, ils n’existent plus. Le donjon est entouré d’une enceinte fortifiée qui a son propre fossé. La base des murs présente un talus maçonné qui servait de protection. 

Dès le XVe siècle, le donjon de Vincennes devient « prison d’État » et abrite des prisonniers. Nous allons nous intéresser plus particulièrement au XVIIIe et au XIXe siècles et aux traces laissées par les prisonniers, qu’elles soient littéraires ou picturales. 
Au XVIIIe siècle, ce donjon accueille des prisonniers illustres mais représente le symbole de l’arbitraire royal. C’est notamment lors du siècle des Lumières que l’histoire de certains ouvrages est liée à celle du donjon de Vincennes. Les inscriptions, les graffitis et les peintures murales sont également la marque de passage de certains prisonniers.


Dès le Moyen-Age, les rois de France disposent en raison de leur fonction de haut justicier, dans chacune de leur résidence, d’un lieu pour enfermer leurs prisonniers. C’est le cas pour le château de Vincennes. Sous Louis XI (1461-1483), le donjon de Vincennes devient «prison d’État ». À la fin du XVIe siècle, le donjon est officiellement une prison pour les dissidents religieux (protestants et jansénistes), les opposants politiques et pour quelques criminels. C’est pourquoi, les salles des tourelles furent transformées en cellules. On remarque sur les murs des peintures et des graffitis qui sont l’œuvre des prisonniers.

Les captifs pouvaient voir leur détention adoucie, comme cela fut le cas pour Pierre Ernst Ier de Mansfeld (1517-1604), prisonnier de guerre. Gouverneur de Luxembourg, il fut au service de Charles Quint. Pierre Ernst pendant son enfermement put disposer d’une partie des domestiques du Roi comme les valets de chambre et les cuisiniers par exemple. De plus, il pouvait posséder des animaux de compagnie comme des lévriers et des perroquets. Il n’est libéré qu’après le versement d’une rançon.
À partir du XVIIe siècle, les prisonniers sont incarcérés à Vincennes pour être mis au secret. Cela fut le cas pour Nicolas Fouquet (1615-1680), puissant surintendant des finances sous Louis XIV, enfermé en 1661 sur ordre de ce dernier. Fouquet fut emprisonné au premier étage du donjon. La salle où il était enfermé était auparavant celle des réceptions royales.
Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Vincennes devient avec la Bastille le symbole de l’arbitraire royal. Certains condamnés y sont conduits par lettre de cachet émanant de la justice extraordinaire du Roi en raison de leurs écrits subversifs, comme Diderot en 1749, ou sous prétexte d’inconduite et à la demande de la famille souhaitant se débarrasser d’un parent encombrant, comme cela fut le cas pour le marquis de Sade. 
Au XIXe siècle, après les révolutions de 1830 (Trois Glorieuses) et de 1848 (Printemps des Peuples), les ministres des souverains déchus furent enfermés à Vincennes. Lors des journées de 1830, les insurgés forcèrent l’entrée du donjon pour s’emparer des ministres de Charles X qui s’y trouvent enfermés.
Le donjon continua d’être utilisé comme prison jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale. Depuis 1934, le donjon est aménagé en musée historique.




Le XVIIIe siècle ou l’arbitraire des lettres de cachet

René Diderot (1713-1784) est enfermé le 24 juillet 1749 par lettre de cachet pour sa Lettre sur les aveugles qui est jugée contraire à la religion et ses Bijoux indiscrets contraires aux bonnes mœurs. C’est le commissaire Rochebrune qui a réalisé la perquisition chez Diderot à Paris.
Néanmoins, il est libéré le 3 novembre de la même année grâce à l’enjeu économique que représente pour les libraires sa participation prépondérante à l’Encyclopédie. La Lettre sur les aveugles, à l’usage de ceux qui voyent, parue le 9 juin 1749, vaut à Diderot d’être emprisonné deux ans à Vincennes. En effet, il est accusé de diffuser des thèses matérialistes. Dans cette conversation fictive sur la réalité des mondes visibles et invisibles entre le mathématicien anglais aveugle Saunderson et le pasteur Holmes, Diderot utilise l’expérience d’individus dépourvus de certains organes de perception pour interroger le rapport de l’Homme au réel. Ce texte marque son passage du déisme au matérialisme athée, ce qui est écrit d’ailleurs très nettement : « Il est important de ne pas prendre de la ciguë pour du persil, mais nullement de croire ou de ne pas croire en Dieu »
La Lettre sur les sourds et muets, à l’usage de ceux qui entendent & qui parlent fut rédigée par Diderot durant sa détention de 1749. Cet ouvrage, comme la lettre aux aveugles, est publié anonymement en février 1751, l’année de sortie du premier volume de l’Encyclopédie.




La Théorie de l’impôt valut à Gabriel Honoré de Riquetti, comte de Mirabeau, un premier emprisonnement au donjon de Vincennes en 1760. En effet, dans cet ouvrage, il s’élève contre les fermiers généraux, fait une critique sévère du régime fiscal alors en vigueur et énonce les conditions nécessaires à une judicieuse imposition. Mirabeau fut de nouveau enfermé au donjon. En effet, son père avait sollicité la lettre de cachet qui l’incarcéra. C’est de sa cellule qu’il écrivit ses brûlantes lettres à Sophie de Monnier avec qui il s’était enfui en 1776. Il y reste trois ans, du 8 juin 1777 à 1780, où il a certainement travaillé au premier étage du donjon, dans la tourelle nord-ouest, où il écrit Des lettres de cachet et des prisons d’État. Dans cet ouvrage, il dénonce le système carcéral et se plaint beaucoup du gouverneur de la prison. Cette dénonciation du pouvoir arbitraire eu un tel retentissement que le ministre Vergennes ( 1717-1787) demanda d’en arrêter la publication et de la détruire. 
Donatien Alphonse François de Sade (1740-1814) a lui aussi été emprisonné à Vincennes et cela à deux reprises. Le marquis de Sade est accusé de débauche outrée, il est donc incarcéré le 29 octobre 1763 sur ordre de Louis XV. Il est libéré le 13 novembre 1763, son premier séjour n’aura duré que quinze jours. Puis le 13 février 1777, il est enfermé à vie sur lettre de cachet, demandée par sa famille, pour le protéger de la condamnation à mort, après l’empoisonnement d’une prostituée. Il reste sept ans à Vincennes, avant d’être transféré à la Bastille le 29 février 1784 d’où il est libéré en 1790. En effet, le donjon cesse d’être une prison en 1784 et les prisonniers sont transférés à la Bastille. Durant sa captivité au donjon, il entretient une correspondance avec sa femme, Renée-Pélagie, et rédige Le Carillon de Vincennes ainsi que la première version de Justine ou les malheurs de la vertu.



Plafond de la cellule du Marquis de Sade

Lettre autographe adressée à sa femme depuis le donjon de Vincennes le 17 septembre 1780. 


Comme nous l’avons vu précédemment, le donjon de Vincennes cesse d’être une prison en 1784. Néanmoins, une loi va rétablir son statut de prison le 24 novembre 1790 et dès 1791 le donjon recouvre ses fonctions carcérales.


Le donjon redevient une prison et continue de représenter l’arbitraire royal. En effet, le 28 février 1791, des gardes nationaux commandés par Santerre se dirigent vers le donjon de Vincennes avec l’intention de détruire la forteresse. Les armoiries du château de Vincennes sont brisées par les émeutiers ainsi qu’une inscription qui se trouvait sur le mur du donjon, comme l’illustre la photographie ci-dessous.



Aujourd’hui, cette plaque se situe sur le côté gauche avant l’entrée au donjon.


Le XIXe siècle ou le temps des opposants politiques


Sous Napoléon Ier, la question se pose de savoir s’il faut détruire le château, de plus en plus détérioré ou en préserver la structure. La seconde thèse prévaut : Vincennes sera transformé en un puissant arsenal. Les tours sont rasées jusqu’à hauteur des murailles de l’enceinte. Sur leur plate-forme, des canons sont mis en batterie. Les mâchicoulis et les créneaux du rempart sont supprimés. 
De nouveau, le donjon reçoit des prisonniers d’État. En effet, Napoléon fait arrêter trois évêques qu’il fait emprisonner à Vincennes. Ces cléricaux sont les principaux opposants aux décisions qu’il a prises au sujet de l’église gallicane. Parmi ces Hommes d’Église, Monseigneur Boulogne, évêque de Troyes, a été emprisonné. Il était le confesseur de Napoléon Ier mais a été emprisonné sur ordre de ce dernier. Pour se distraire, il décora sa cellule (il semble que c’est dans cette même cellule que le comte de Mirabeau (1749-1791) a été enfermé) de fresques, comme nous le montre les photographies de sa cellule ci-dessous.


  



Sources :
Cartels du château et du donjon de Vincennes 
Guide Michelin, Paris, Services de Tourisme, 9e édition, août 1958
Photographies personnelles 
Un site original avec de belles reproductions de textes et de tableaux 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search