La prison militaire du Cherche-Midi à Paris par Delphine Mélet

Qui connaît encore aujourd’hui l’existence de l’ancienne prison militaire du Cherche-midi qui se situait à l’angle de la rue du Midi et de la rue du Regard dans le VIe arrondissement de Paris ? Pratiquement personne. Car aujourd’hui, il ne reste de cette prison qu’un monument et deux plaques dédiées à la mémoire de plusieurs hommes. L’historien Jacky Tronel a beaucoup fait pour mieux appréhender cet établissement, notamment sur son blog.


En effet, si la majorité des personnes ignore jusqu’à son nom, elle ignore aussi son histoire. Cette prison en fonction du XIXe au XXe siècle est méconnue de tous : qui sait en effet qu’Alfred Dreyfus fut incarcéré et jugé dans cette prison ? Qui se doute que sous l’Occupation des hommes et des femmes ont été arbitrairement enfermés pour leurs opinions ? Qui sait donc, combien de personnes ont été enfermées pour des actes qu’ils n’avaient pas commis. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous parlons de « trou noir »[1] pour évoquer l’histoire de cette prison et plus particulièrement pendant la période de l’Occupation.


Les recherches effectuées par le « programme du Cherche-midi » à la Fondation Maison des sciences de l’homme permettent de lever le voile sur ces incarcérations, notamment les emprisonnements d’opposants politiques. Parfois, les injustices sont telles qu’elles donnent naissance à des situations où se révèlent de beaux signes et gestes de solidarité.[2]

 LE SIEGE DE LA JUSTICE MILITAIRE


Nombreuses sont les personnes qui confondent l’histoire, le lieu et les fonctions de la prison militaire du Cherche-midi au numéro 38 de la rue du Cherche-midi et du conseil militaire qui se trouvait au numéro 37. Cela n’est pas étonnant car au XIXe et XXe siècle, ces deux bâtiments se faisaient face et constituaient le siège de la justice militaire. La confusion est aussi due au temps car les bâtiments et leurs fonctions ont subi des évolutions majeures qui ont bouleversé les espaces et les activités. 


L’hôtel des conseils de guerre de 1800 à 1907


Au numéro 37 de la rue du Cherche-midi se situait l’Hôtel des conseils de guerre, en fonction de 1800 à 1907. En 1907, cet hôtel est détruit lorsque l’on décide de prolonger le boulevard Raspail. 

Avant d’avoir cette fonction, il s’agissait de l’hôtel de Toulouse[3] appartenant à Mme de Vérue qui en fit l’acquisition en 1821. Habité ensuite par plusieurs personnes, il devient propriété de l’Etat sous la Révolution et c’est vers cette période qu’on décide d’y installer le conseil de guerre qui siégeait auparavant à l’Hôtel de ville. On y installe aussi à la même époque, la maison d’arrêt et de justice[4]
Ce bâtiment, aujourd’hui disparu, a une histoire méconnue mais à qui nous devons une scène très fameuse des Misérables[5]. Au temps où le bâtiment abritait déjà le conseil de guerre, Pierre Foucher y logeait en tant que greffier et se lia d’amitié avec Joseph Léopold Sigisbert Hugo, rapporteur du conseil de guerre de Paris et père du poète Victor Hugo. C’est grâce à cette amitié que Victor Hugo rencontra Adèle Foucher, qui devint sa femme quelques années plus tard et c’est dans ces mêmes lieux qu’eurent lieu, le 12 octobre 1822, le dîner de noces de Victor et Adèle qui inspira le poète pour le mariage de Cosette et Marius dans Les Misérables.
En 1907, cet hôtel est démoli et les activités sont transférées au n°38 de la rue du cherche-midi de 1907 à 1960. A son emplacement se trouve un bâtiment qui héberge un des anciens commutateurs téléphoniques.



La prison du Cherche-midi (1847- 1961)


Au numéro 38 de la rue du cherche-midi se situait, avant que les tribunaux militaires ne les rejoignent en 1907, la prison militaire d’arrêt et de correction dite « la prison militaire du Cherche-midi ». Comme le dira Paul Fromageot dans son ouvrage La Rue du Cherche-midi et ses habitants depuis ses origines jusqu’à nos jours, « Ici le boulevard Raspail cesse ; la sombre et laide bâtisse de la Prison militaire apparaît intacte formant l’encoignure peu aimable de la grande et belle voie nouvelle »[6].


D’un point de vue historique, la prison militaire se trouvait à l’emplacement d’un couvent dirigé par les dames de Saint-Thomas de Villeneuve qui y avaient fondé, en 1669, la communauté du Bon-Pasteur. La Révolution nationalise les biens et attribue ce bâtiment au ministère de la Guerre qui y installe à tour de rôle un magasin aux effets de campements à la garnison de Paris, un atelier de réparation de l’habillement des troupes et un dépôt de subsistance. Puis, en 1847, on détruit les bâtiments pour construire une prison destinée à remplacer l’ancienne prison militaire qui, jusqu’en 1853, était basée à l’Abbaye près de Saint-Germain des-Prés. Elle est prévue pour accueillir 200 détenus.



QUELLE JUSTICE ?


A l’origine, la prison du Cherche-midi est une prison militaire prévue pour accueillir des individus qui n’ont pas respecté le code de la justice militaire et qui sont jugés. Cependant, les recherches récentes montrent que bien d’autres individus ont été incarcérés, qu’ils aient fait ou non l’objet d’un procès devant l’autorité militaire, et que celui-ci ait été ou non « juste ».

Alfred Dreyfus

L’évènement historique[7] le plus connu sur la base de faux est le jugement d’Alfred Dreyfus le 22 décembre 1895. La prison ainsi que le conseil militaire ont été le lieu de l’emprisonnement et du jugement d’Alfred Dreyfus. Le premier conseil de guerre qui a eut lieu au n°37 de la rue du cherche-midi a d’ailleurs été celui d’Alfred Dreyfus. Jugé en effet par celui-ci pour haute trahison, Dreyfus est incarcéré à la prison du 13 octobre 1894 au 17 janvier 1895 avant d’être envoyé à la prison de Saint-Martin de Ré pour y être enfermé à perpétuité.


Les archives de la Bibliothèque de l’Hôtel de ville, nous renseignent sur la prison dans laquelle se trouvait Dreyfus[8]. Avec le récolement de la sous série J13, faisant référence à la justice militaire et réalisée par le service Historique de la Défense, on sait que le numéro inscrit sur la liste des écrous et attribué à Dreyfus, était le n°1075. De son incarcération dans cette prison, il ne nous reste que des lettres écrites à sa famille et notamment à sa femme et sa fille.


Des enfermements arbitraires et excessifs


D’autres actes que nous prouvent les statistiques établies par le programme du Cherche-midi et notamment par Jacky Tronel[9], montrent que la prison a été le théâtre de nombreux abus d’enfermement. Ces statistiques ont été volontairement effectuées à l’année du premier conseil de guerre, en 1897, et sont parlantes : pour la majorité des personnes, les raisons d’enfermement les plus nombreuses sont les actes d’insoumission, c’est-à-dire « le soldat appelé ou rappelé, qui bien qu’ayant reçu un ordre de route, ne répond pas à la convocation de l’autorité militaire. »[10]

Dans cette catégorie, sont aussi rangé par exemple ce que l’on nomme « les objecteurs de conscience » ou les anarchistes c’est-à-dire ceux qui refusent de partir au combat pour des convictions religieuses ou politiques. On peut ainsi facilement se rendre compte que les enfermements pour raison d’insoumission sont souvent un prétexte pour enfermer des hommes qui protestent contre les idées du gouvernement. Il est vrai que le mot « insoumission » laisse entendre beaucoup de choses…
A cette même époque et dans les décennies qui suivent, on constate que les prisons se remplissent à cause de l’opposition au combat. En effet, durant la première Guerre Mondiale notamment, avoir l’esprit patriotique est essentiel pour défendre son pays de l’ennemi et celui qui prend position contre est souvent condamné à l’emprisonnement, il est considéré comme traître ou ennemi de la patrie.

Des résistants à la prison du Cherche-midi


Pendant, la deuxième Guerre Mondiale, sous l’Occupation, les emprisonnements se font par centaines. On peut remarquer que ce mouvement s’observe depuis quelques années. On constate ainsi nombre de communistes à la prison du Cherche-midi, un nombre qui va croître après la dissolution du PCF en septembre 1939. Pour beaucoup, les raisons de l’emprisonnement sont un prétexte. Les opposants à un régime deviennent rapidement ses victimes. De plus, le nombre de communistes enregistrés dans les registres d’écrou est inférieur au nombre total de communistes emprisonnés, ils étaient bien plus nombreux.

Sous l’Occupation, la prison du Cherche-midi est la seule prison qui passe totalement sous commandement allemand. Elle relève alors de l’Etat-major du Militärbefehlshaber in Frankreich qui siège à l’hôtel Majestic, avenue Kleber. Les principales personnes qui y sont emprisonnées sont des opposants politiques et la plupart résistants. 
De cette période très importante pour l’histoire de la prison, nous ne connaissons pratiquement rien : en 1944, les Allemands fuient la ville en détruisant toutes les archives. Les seules sources sont les témoignages des résistants enfermés dans la prison. On sait par ailleurs, grâce principalement aux recherches de Jacky Tronel, que la prison du Cherche-midi n’était pas utilisée pour des peines courtes, se sont des « prisons d’instructions »[11]. Et la plupart du temps, les prisonniers qui avaient subi des interrogatoires et souvent des tortures étaient emmenés au Mont Valérien, à Ivry ou dans les fossés de Vincennes pour y être fusillés. Certains cependant, pouvaient être condamnés à la prison à perpétuité. D’autres, qui n’étaient pas considérés comme un danger, étaient relâchés. 
C’est à partir de témoignages que le programme du Cherche-midi a pu se faire une idée de la vie qui s’était formée au sein de cette prison. Ainsi, le témoignage a été recueilli par Michel Lemoine[12] auprès d’Henriette Docquier qui avait 22 ans en 1941 et qui faisait partie d’un réseau de résistants. 
Ce témoignage est précieux et touchant car il apprend beaucoup sur les conditions de vie des détenus et sur la vie qu’ils ont menée pendant cette période. 
Dans cette prison, les conditions de vie étaient des plus dures : les surveillances oppressantes, la violence, la méchanceté, la perversité et les manœuvres d’intimidation sans compter les séances d’interrogatoires. A cela, il faut ajouter les conditions des cellules, il serait plus exact de parler de cages, sales, sombres et peu ventilées. 
Il y avait des cellules collectives et individuelles, séparées entre le quartier des femmes et celui des hommes. Bien que les règlements aient parfois dû être revus lorsque la capacité initialement prévue avait atteint son maximum.
Pour résister à cela, il fallait « un moral d’acier ». On peut donc admirer le courage de ces personnes. Pour maintenir aussi ce moral, c’était le sentiment de cohésion, d’entraide qui était à l’honneur. Enfermés pour les mêmes raisons, partageant la même situation et les mêmes idées, ils avaient tissé des liens. Michel Lemoine écrit que cette situation était similaire à une « ambiance de pensionnat »«cette façon festive de résister aux brimades leur donnait le sentiment d’appartenir à une communauté, à un clan très solidaire. Honoré d’Estienne d’Orves en était l’âme ».


En effet, Honoré d’Estienne d’Orves, militaire engagé dans la Résistance, a été enfermé à la prison en 1941. Durant la seconde Guerre Mondiale, il sert dans la marine. Lors de la capitulation, il désobéit à ses supérieurs hiérarchiques et décide de continuer le combat. Pour lui, un combat n’est jamais perdu tant qu’on a encore les moyens de se battre et de vaincre. Il met sur pied un commando et constitue le premier groupe marin, puis, devenu le 1er octobre 1940 capitaine de corvette, il rejoint le deuxième bureau de l’Etat major des forces navales françaises libres et jette les bases du réseau Nemrod. Il opère d’abord en Angleterre mais très vite, il désire aller sur le terrain. Il réussit notamment à établir le contact entre la France et Londres. Mais trahi lors d’une mission par un « membre » du réseau, il est arrêté dans la nuit du 21 au 22 janvier 1941. Il est envoyé avec vingt-six membres de son réseau au tribunal, à la prison du Cherche-midi où il tiendra, pendant de nombreux mois de détention, une place centrale en cherchant à rassurer et redonner espoir aux détenus. Avec l’admiration de tous, le 29 Août 1941, il est fusillé au Mont-Valérien.


On peut aussi évoquer une autre personne détenue aussi à la prison du cherche-midi et également évoquée dans le témoignage de Michel Lemoine, c’est Agnès Humbert[13], écrivain. Lorsque la guerre commence, elle est assistante au Musée des Arts et Traditions populaire. Investie dans le Front populaire, militante et antifasciste, elle refuse l’armistice : pour elle, la guerre n’est pas finie, elle entre dans la résistance. Mais en avril 1941, elle est arrêtée et envoyée à la prison du Cherche-midi. 


Elle aussi aura dans cette prison une place importante et sera à l’origine d’une grande partie de la bonne entente qui régnera dans la prison. Elle chante des chants patriotiques et comme elle a réussi à conserver sa montre, elle indique aux autres les moments où la garde est absente, si bien qu’ils l’avaient nommée « lapin de couloir ».Elle sera ensuite envoyée en camp de concentration en Allemagne et lorsqu’elle est libérée à la Libération, elle écrit tout ce qu’elle a vécu pendant cette guerre et publie un an plus tard « Notre guerre, souvenirs de résistance ».
On ne compte pas le nombre de personnes enfermée à la prison du Cherche-midi sous l’Occupation mais on peut donner quelques autres noms comme Jean Suret-Canale, Paul Langevin ou encore Alfred Fabre-Luce. 
Ce sont des gens vraiment remarquables et il est très intéressant de connaître leur histoire et le courage dont ils ont fait preuve. Il n’est donc pas surprenant que, entre autres pour conserver cette mémoire historique et commune, on ait eu l’idée de construire en ce lieu un bâtiment susceptible de réunir les différentes sciences humaines et sociales et qui se nommerait la Maison des Sciences de l’Homme. Sur un terrain, donc, chargé d’histoires humaines. C’est pour cette raison que Fernand Braudel, à l’origine de ce projet, dira « aimer, c’est ressusciter »
Deux plaques ont d’ailleurs été réalisées en mémoire de ces hommes et de ces femmes placés dans la jardin de la Maison des Sciences de l’Homme :
Sur la figure 1, on peut lire : « Prison militaire du cherche midi. Le 1er novembre 1940, ici furent incarcérés des lycéens et des étudiants qui, après l’appel du 18 juin, se dressèrent les premiers contre l’occupant ».
Et sur le figure 2 : « Ici s’éleva de 1853 à 1964 la prison militaire du Cherche midi. Le capitaine Dreyfus y fut condamné en 1894. Le capitaine de corvette d’Estienne d’Orves, héros de la France libre, fut interné en 1941 avant d’être fusillé. Des étudiants furent incarcérés et torturés. »[14]


LA MAISON DES SCIENCES DE L’HOMME

Ainsi, de 1944 à 47, la prison du cherche-midi revient de nouveau sous l’autorité militaire française et devient le « maison d’arrêt du cherche-midi », puis dissoute en 1947, elle passe sous le contrôle du ministère de la justice et devient une simple maison d’arrêt. Mais, insalubre elle est rasée en 1961 pour laisser place à la Maison des Sciences de l’Homme. En 1963 s’ouvre alors la Fondation Maison des Sciences de l’Homme


Le projet
Ce projet est l’aboutissement de deux démarches. 
La première est celle de Fernand Braudel, historien français (1902-1985), qui veut une « grammaire des cultures » : c’est un héritage culturel qu’il s’agit de conserver. 
Par ailleurs, au lendemain de la guerre, les chercheurs doivent faire face à un nouveau paysage auquel il faut s’adapter. Il s’agit de décrypter le monde contemporain, à la fois avec la vision française des Sciences humaines et sociales dominée par les humanités et à la fois avec la conception américaine de ces sciences. 
Tout cela aboutit à l’idée selon laquelle, dans cette nouvelle époque qui naît, il faut « décrypter le monde contemporain » en s’éloignant de la vision française qui enferme chaque discipline dans son domaine, casser donc la relation entre les disciplines et en construire une nouvelle. 
Les américains deviendront un partenaire de cette Maison des Sciences de l’Homme notamment via la fondation « Ford foundation »[15].
Construction et administrations
Le bâtiment a réuni différentes équipes des sciences humaines et sociales qui étaient éparpillées dans différents endroits de Paris. L’EHESS et le CNRS ainsi que de nombreux instituts.
Il a été construit par les architectes Lods, Beauclair, Malizard et Depondt qui ont utilisé des nouvelles technologies afin d’imaginer un endroit où puisse régner une atmosphère propice à la concentration et à la réflexion et répondant au projet que poursuit la Maison des Sciences de l’Homme. 
La fondation est dirigée par un administrateur qui est nommé par le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche sur proposition du conseil d’administration. Ont successivement dirigé la fondation de puis sa construction : Fernand Braudel, Clemens Heller, Maurice Aymard, Alain Iribarne et depuis 2009, Michel Wieviorka[16] qui dirige à sont tour le « programme du cherche-midi ». 
Le bâtiment de la FMSH a déménagé depuis peu car le bâtiment datant de 1963 doit être « désamianté ». La FMSH a déménagé au 190 avenue de France dans le 13ème arrondissement. On ignore à cette date ce que deviendra le bâtiment au n°38 de la rue du cherche-midi[17]
Programme du Cherche-midi
Le « programme du Cherche-midi » voit le jour en 2002, à l’initiative de Jean Barin et il est sous la tutelle successive de Maurice Aymard, Alain Iribarne et Michel Wieviorka. C’est un projet de recherche qui consiste à étudier la prison du Cherche-midi ainsi que les bâtiments annexes car ils sont liés à l’histoire de la Maison des sciences de l’homme, elle-même construite sur un terrain qui a une histoire riche et complexe. Cette étude concerne plus précisément l’Hôtel des conseils de guerre, la maison de justice militaire et la maison militaire d’arrêt et de correction. 
Le 12 juin 2009, une conférence-exposition sur le thème Les justices militaires en Europe de l’ancien Régime à nos jours a eu lieu à la Fondation maison des sciences de l’Homme pour présenter le résultat des recherches. Les recherches continuent.



[1] Expression que l’on trouve dans le « programme du Cherche-midi », projet de recherche à la FMSH.
[2] Photographie de Delphine Mélet
[3]Dans Le Petit Journal du 18 avril 1905, article deThomas Grimm conservé dans les Archives de la Bibliothèque de l’hôtel de ville de Paris (BHVP).
[4]Photographie provenant du site de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme.
[5]On possède plusieurs sources sur cette histoire, principalement des journaux datant du début du XIXe siècle. Ainsi que dans le livre de Jean Colson, Vie et Histoire du VIème arrondissement. Paris, 1998.
[6] Photographie issues du site de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme.
[7] Nous parlons d’événement historique car il a donné lieu à un scandale politique majeur à l’engagement de Georges Clémenceau et d’Emile Zola (« J’accuse ») pour reconnaître l’innocence de Dreyfus.
[8] « Dans cette prison, Dreyfus n’a pas à proprement parler, occupé une cellule mais plutôt une chambre analogue à celle des hôpitaux militaires. Il se compose d’un lit de fer, d’une table de nuit en bois gris à dessus noir, de trois chaises, d’une table de bois blanc servant de table de toilette et d’une autre table sur laquelle le prisonnier prend ses repas ». Article datant de 1897 de Robert d’Arlon conservé dans les archives de la Bibliothèque de l’Hôtel de ville.
[9]Jacky Tronel est diplômé de l’EHESS, membre du comité scientifique de la Revue Histoire pénitentiaire et du comité de rédaction de la revue histoire arkheia. Il mène le programme de recherche sur la prison du cherche-midi.
[10]CF. La prison militaire du cherche-midi : « un trou noir de l’histoire » de Jacky Tronel exposé à l’occasion de la conférence-exposition les justices militaires en Europe de l’Ancien régime à nos jours organisé par la fondation Maison des Sciences Humaines.
[11] Jacky Tronel in site Histoire pénitentiaire et justice militaire [en ligne]. URL : http://prisons-cherche-midi-mauzac.com/actualites/le-blog-histoire-penitentiaire-et-justice-militaire-un-an-deja-7028
[12]Michel Lemoine, Paroles de femmes : des résistantes à la prison du cherche-midi. A l’occasion de la conférence-expositions de 2009.
[13]Agnès Humbert : Notre guerre. In site « dailymotion » [en ligne]. URL : https://www.dailymotion.com/video/xf27ln_agnes-humbert-notre-guerre_news
[14]Photographie de Delphine Mélet
[15]Maurice Aymard, in site « La fondation Maison des Sciences de l’Homme » 
[16]In site de la fondation Maison des Sciences de l’Homme [en ligne]. URL : http://www.msh-paris.fr/fondation/missions/.
[17]Photographie provenant de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme


Vous aimerez aussi...